«
»

Top

Comment affronter le froid avec une peau atopique ?

Publié le 7 déc. 2020 • Par Candice Salomé

La dermatite atopique est une maladie chronique inflammatoire de la peau. Elle se développe généralement chez le nourrisson et l’enfant mais peut persister ou apparaître chez l’adolescent et l’adulte. La dermatite atopique se caractérise par une sécheresse cutanée associée à des lésions de type eczéma qui évoluent par poussées. En hiver, le froid et le vent sont propices à irriter encore davantage ces peaux extrêmement sensibles.

Mais alors, quels sont les symptômes de la dermatite atopique ? Pourquoi la dermatite atopique devient pire en hiver ? Comment soigner une dermatite atopique aggravée par le froid ? Quels sont les conseils à mettre en pratique pour affronter l’hiver ?

On vous dit tout dans notre article !

Comment affronter le froid avec une peau atopique ?

Qu’est-ce que la dermatite atopique ?

La dermatite atopique (également appelée eczéma atopique) est une maladie inflammatoire chronique de la peau. Cette maladie non contagieuse est responsable de démangeaisons et évolue par poussées.

Les symptômes courants de la dermatite atopique sont :

  • la xérose (peau sèche)
  • le prurit (sensation de démangeaison de la peau)
  • des plaques rouges
  • des plaques suintantes
  • des lésions vésiculeuse (petites cloques d’eau)
  • un épaississement cutané et, parfois, des croûtes et des œdèmes

L’eczéma atopique se développe à partir de l’âge de 3 mois chez le nourrisson. Les lésions sont généralement présentes sur les zones rebondies du visage et des membres, sur le cuir chevelu et sur les fesses.

Plus tard, on retrouve ces lésions au niveau des plis (derrière les genoux, les coudes et dans le cou), des mains et autour de la bouche.

La plupart des dermatites atopiques disparaissent au cours de l’enfance (50% avant l’âge de 5 ans) mais 10 à 15% des cas persistent jusqu’à l’âge adulte.

Selon les études, 50 à 70 % des enfants atteints de dermatite atopique ont un parent du premier degré (parents, frère ou soeur) qui en a été lui-même atteint.

La dermatite atopique résulte d’anomalies à la fois cutanées et immunologiques, transmises génétiquement :

  • Le patient sécrète des quantités élevées d’anticorps IgE en réponse à des allergènes (poils d’animaux, pollens, acariens…)
  • La peau atopique est sèche et dépourvue de film hydrolipidique naturel protecteur. Son absence permet aux molécules allergisantes de pénétrer dans l’épiderme et d’entrer en contact avec les cellules de défense immunitaire cutanées. Une réponse inflammatoire inadaptée se déclenche alors et les symptômes de la dermatite atopique apparaissent.

Pourquoi l’eczéma atopique devient pire en hiver ?

Le froid et le manque d’humidité en hiver sont des facteurs déclenchants majeurs de l’eczéma atopique, provoquant un dessèchement rapide de la peau, suivi par une altération de la fonction barrière qui peut s’intensifier et être à l’origine d’une infection.

Ce phénomène ne concerne pas uniquement les personnes atteintes de dermatite atopique. L’épiderme humain est recouvert d’un film hydrolipidique très fin qui forme une barrière protectrice. Ce film hydrolipidique se compose d’eau et de lipides. Sa composition varie selon les endroits du corps, selon l’âge, les hormones, mais aussi selon certains facteurs externes : les températures, les soins d’hygiène ou les produits appliqués sur la peau.

Ces modifications de la composition du film hydrolipidique (en eau et en lipides) de la couche cornée de l’épiderme (qui fait office de fonction barrière) sont à l’origine des démangeaisons, bien connues des peaux atopiques.

En hiver, ces modifications sont dues aux changements saisonniers de l’environnement : le froid extérieur mais aussi le chauffage à l’intérieur qui rendent l’air plus sec. Cela entraîne donc une déshydratation de l’épiderme.

Pour les peaux atopiques, dont le phénomène est grandement accentué en hiver, il faut recourir à des antibiotiques locaux et des traitements qui peuvent entraîner une sensibilisation et un inconfort temporaire. Par conséquent, il est important d’appliquer de façon constante de l’émollient sur les peaux atopiques.
Certains soins peuvent être également prescrits en cas de lésions manifestes.

Des douches courtes et tièdes (pas plus de 35 degrés, les peaux sèches ne supportent pas l'eau chaude) sont recommandées. Il faut également utiliser des gels douche spécifiques : un syndet liquide (savon sans savon) ou un pain surgras relipidant.

Enfin, avant d’aller dehors, il faut protéger sa peau du froid en portant des gants, une écharpe en fibres naturelles et en appliquant une crème émolliente sur le visage.

Comment soigner une dermatite atopique aggravée par le froid ?

Si le stade et l’apparence clinique des symptômes de la dermatite atopique sont avancés, il convient de prendre rendez-vous avec son dermatologue. Un traitement sera alors déterminé. Le protocole repose sur des corticostéroïdes locaux ou des inhibiteurs de la calcineurine (ciclosporine ou tacrolimus), des antihistaminiques pour soulager les démangeaisons, et des émollients locaux.

Le protocole médicamenteux repose sur une bonne collaboration entre le patient et le médecin et sa durée dépend des symptômes et de leur évolution. Il est très important d’évaluer et de contrôler le cercle vicieux démangeaisons / grattage car il joue un rôle essentiel dans le développement de la maladie.

Si l’atmosphère du domicile est trop sèche, il convient d’utiliser des humidificateurs. Les vêtements en laine, qui vont accentuer le phénomène de grattage, et les savons trop détergents sont à proscrire. Le coton est à privilégier pour les vêtements ainsi que des nettoyants spécifiques aux peaux atopiques.

Il convient également de bien sécher sa peau après la douche (en procédant par tamponnements pour ne pas agresser la peau), afin d’éviter la constitution de microfissures et de gerçures liées au froid.

Enfin, une hydratation quotidienne de la peau avec des produits adaptés est impérative car elle permet de restaurer le film hydrolipidique et la fonction barrière de l’épiderme.


Cet article vous a-t-il été utile ?

Partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !

Prenez soin de vous !

avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Rédactrice Santé

Créatrice de contenus chez Carenity, Candice est spécialisée dans la rédaction d’articles santé. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la psychologie, du bien-être et du sport.

Candice est... >> En savoir plus

2 commentaires


Hookette
le 17/12/2020

Bonsoir @Candice.S‍ Merci pour cette information


boussafsafb
le 20/12/2020

Trés bon article. Salut!

Vous aimerez aussi

Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Psoriasis

Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Lire l'article
Regard des autres, confiance en soi… contre le psoriasis, les patients partagent leur histoire

Psoriasis

Regard des autres, confiance en soi… contre le psoriasis, les patients partagent leur histoire

Lire l'article
Les 7 idées reçues sur le psoriasis les plus courantes

Psoriasis

Les 7 idées reçues sur le psoriasis les plus courantes

Lire l'article
"Le jeûne intermittent m'a permis de réduire mon psoriasis"

Psoriasis

"Le jeûne intermittent m'a permis de réduire mon psoriasis"

Voir le témoignage

Discussions les plus commentées

Fiches maladies