«
»

Top

Réforme du financement des maladies chroniques

Publié le 12 nov. 2018 • Par Louise Bollecker

Réforme du financement des maladies chroniques

L'Assemblée nationale a engagé vendredi la réforme du financement des maladies chroniques avec l'instauration d'un mode 
de rémunération forfaitaire en remplacement de la tarification à l'activité, pour réduire les dépenses de santé et améliorer la qualité des soins.

 

forfait maladies chroniques

Le texte, inscrit dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécu, qui doit être adopté définitivement d'ici fin décembre, prévoit la mise en place en 2019 de ce forfait dans les établissements de santé pour deux pathologies : le diabète et l'insuffisance rénale chronique

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a indiqué travailler à l'extension du système, dès l'année suivante, à la médecine de ville et à d'autres maladies chroniques. "Nous sommes pragmatiques. Nous avons commencé par le diabète et l'insuffisance rénale à l'hôpital parce que nous disposons déjà de modèles d'expérimentation, d'études sur ces deux pathologies", a expliqué la ministre aux députés qui réclamaient une extension immédiate du dispositif. En France, les pathologies chroniques représentent 60% des dépenses d'assurance maladie alors qu'elles ne concernent que 17% des assurés.

La tarification à l'activité (T2A), qui consiste à facturer chaque acte, et non à se situer dans un budget global, a souvent été dénoncée comme pouvant conduire à pratiquer les examens les plus coûteux. "Il peut y avoir des dérives. On peut favoriser des dialyses (plus de 80% de la prise en charge de l'insuffisance rénale pour 4 milliards d'euros par an) plutôt que la greffe. Cela va permettre de gommer tout cela et d'aller vers des bonnes pratiques professionnelles", s'est félicitée la ministre.

La mesure a été largement plébiscitée dans l'hémicycle à droite comme à gauche. "Faire primer la qualité sur la quantité en incitant à la coordination entre acteurs par la mise en place d'un paiement au forfait nous paraît être une bonne initiative", a salué Caroline Fiat (LFI) pointant "les effets pervers de la tarification à l'activité qui met en compétition les établissements de santé et les conduit à effectuer inutilement certains actes, parce que cela rapporte plus".

 

Qu'en pensez-vous ? 
Êtes-vous satisfait des soins proposés ?

AFP

avatar Louise Bollecker

Auteur : Louise Bollecker, Community Manager France & Content Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le... >> En savoir plus

16 commentaires


jl5api
le 19/11/2018

les économies de la sécu avec cette future loi ,ne sera pas au profit des patients ,bien au contraire c'est alarmant comment estimer un forfait de soin car chaque personne est différente et ne réagit pas de la même façon c'est un leurre et comme d'habitude le coté humain est totalement oublié ,c'est une honte , 


le 03/12/2018
J'ai moi - même 5 ALD Je trouve que la prise en charge totale et intégrale relève d'un droit et d'un du. Les gens n'ont aucunement demandé à être malade et si l'on vas vers un budget global je peux que l'on va vite dépasser la somme. Les maladies n'oublient pas les malades. Par contre on donne 900 euros par mois à vie a des jeunes de 18 ans qui on parait il "un pète au casque" et là c'est normal.

le 03/12/2018

C'est honteux ce forfait n'est pas pris au cas par cas,. Je rejoins @jl5api‍ . 

Déshumanisé l'humain voilà ce que l'état fais des patients chroniques !


Totor644
le 03/12/2018

Bonjour,


La tarification à l’acte (T2A) a été instaurée pour que les dépenses hospitalières soient mieux facturées par l’assurance maladie et ne restent pas une perte nette pour les hôpitaux aggravant le déficit hospitalier. Elle a été très critiquée car il s’agit pour tous les professionnels de santé hospitalier d’enregistrer tous les actes de façon exhaustive, ce qui est un travail supplémentaire. On a aussi accusé cette mesurer d’être une vision uniquement comptable de la médecine, au détriment de la prise en charge du patient. Je ne pense pas que ces reproches étaient justes. Je suis sûr que les médecins ne prescrivent pas un acte médical parce qu’il est le plus cher, mais uniquement parce qu’il est nécessaire (même s’il persiste une fâcheuse habitude de refaire les analyses/examens à l’hôpital alors que l’on dispose de résultats récents et fiables provenant d’autres sources).


Aussi, je suis un peu amusé par l’idée d’un forfait qui, par définition, ne facturera pas tous les actes réalisés : il contiendra un « menu-type » d’actes à réaliser pour prendre en charge un patient dans une situation donnée. Certains patients ne nécessiteront pas tous les actes requis et rapporteront de l’argent à l’hôpital ; d’autres nécessiteront plus d’actes que prévu et feront perdre de l’argent à l’hôpital. Le forfait ne peut être profitable à l’hôpital que s’il prévoit plus d’actes que ceux faits habituellement. De toute façon, tout cela n’est qu’une affaire de transfert de dettes : les dettes passeront de l’hôpital à la Sécurité sociale. Au final, cela ne change rien pour le citoyen.
D’une période à l’autre, les modes changent : la tarification forfaitaire est la nouvelle recette contre le déficit de l’hôpital. L’expérience le dira… ou pas.


Certains disent que cette mesure législative n’améliorera pas l’humanité dans la prise en charge des patients ; c’est possible, mais ce n’est pas du tout l’objet de cette mesure.


Bien à vous.
Philippe


quesaquo
le 04/12/2018

Une façon de subventionner ( de façon implicite) certaines activités soignantes dans des limites budgétisées au mépris des malades? IMPOSSIBLE...INHUMAIN

Vous aimerez aussi

Tout savoir sur la médecine régénérative !

Tout savoir sur la médecine régénérative !

Lire l'article
Comment accepter le diagnostic de sa maladie chronique ? Les membres Carenity répondent !

Comment accepter le diagnostic de sa maladie chronique ? Les membres Carenity répondent !

Lire l'article
10 bruits du corps expliqués !

10 bruits du corps expliqués !

Lire l'article
Pourquoi pleure-t-on ?

Pourquoi pleure-t-on ?

Lire l'article

Discussions les plus commentées