«
»

Top

Parkinson, une maladie familière mais mal connue

11 avr. 2018

Parkinson, une "maladie de vieux" ? Non, 17% des nouveaux cas ont moins de 65 ans. Les tremblements, unique symptôme ? Loin de là, et ils ne sont pas systématiques. Bien que répandue, cette maladie fait toujours l'objet d'idées reçues.

Parkinson, une maladie familière mais mal connue

Pour Jean-Louis Dufloux, qui jouait beaucoup au tennis, la maladie a débuté par "des difficultés à bouger l'épaule droite". "Les tremblements, ce ne sont pas un des symptômes que j'ai eus au début, raconte-t-il lors d'une conférence de presse de l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM) pour la Journée mondiale de Parkinson aujourd'hui. On peut cacher les symptômes pendant plusieurs années. Puis ça s'impose à vous."

Cet homme de 57 ans a écrit le livre Cinquante et un pour montrer, avec humour, qu'il ne s'agit pas "d'une maladie de vieux". "Les symptômes, ce sont la maladresse, le dérèglement du sommeil : on dort peu, on se lève très tôt, on a des moments de somnolence… Il y a aussi des 'sens interdits' : on perd l'odorat. On a des moments de dépression, qui se déclenchent sans comprendre. Et la maladie fige les expressions du visage... ça permet de gagner au poker !", glisse-t-il dans un sourire.

parkinson-isole

Car les difficultés des malades sont souvent méconnues. L'état physique et psychologique du patient peut varier considérablement dans la journée, par exemple un patient qui marchait quelques minutes auparavant, est soudain bloqué, incapable de se lever pour aller prendre une douche. Et ces situations suscitent de l'incompréhension et des suspicions de simulations.

Parkinson est une maladie neurodégénérative, la deuxième en terme de fréquence derrière Alzheimer. Au fil de son évolution, le risque de dépendance augmente pour les malades, en raison de complications motrices (difficultés de mouvements, chutes..) et cognitives, qui peuvent aller jusqu'à la démence.

Détection précoce

Elle touche 166.000 personnes en France avec environ 25.000 nouveaux cas par an. "La maladie commence bien avant le diagnostic", souligne le Pr Marie Vidailhet, neurologue à la Pitié-Salpêtrière à Paris et chef d'équipe à l'ICM. "Dans un cas sur deux, la maladie débute avant 58 ans, en pleine vie active", renchérit le professeur Philippe Damier, neurologue au CHU de Nantes et vice-président du comité scientifique de France Parkinson. En 2030, on estime que 260.000 personnes seront traitées pour une maladie de Parkinson en France, soit une augmentation de 56% par rapport à 2015.

La maladie est marquée par la dégénérescence des neurones dopaminergiques, qui produisent la dopamine. Ce neurotransmetteur est essentiel pour contrôler les mouvements du corps. Les traitements actuels agissent sur les symptômes mais ne guérissent pas la maladie. Des pistes de recherche existent, même si une application concrète est encore hypothétique et lointaine. Ainsi, selon une étude publiée l'an dernier, des cellules souches d'origine humaine ont permis d'améliorer la capacité de mouvements de singes atteints d'une forme de Parkinson. Autre piste, l'immunothérapie : stimuler le système immunitaire du patient pour éliminer une protéine qui semble jouer un grand rôle dans la maladie, l'alpha-synucléine.

L'enjeu des recherches actuelles est de repérer la maladie le plus tôt possible dans l'espoir de la freiner. Pour cela, les équipes de l'ICM combinent recherche sur le cerveau, techniques d'imagerie innovantes et big data (l'analyse informatique d'un grand nombre de données tirées de l'observation de Parkinson). Le but à terme : parvenir à identifier les facteurs de la maladie, ses pré-symptômes, et prédire son évolution.

-------------------------------------------------------------------

Une campagne pour voir la maladie de l'intérieur

Parkinson vue de l'intérieur, ou presque : des spots de sensibilisation à cette maladie utilisent une technologie mobile qui déclenche le vibreur des smartphones pour recréer, pendant le visionnage, le tremblement des malades. "Seules nos émotions devraient nous faire trembler" - #ShakeParkinsonsOff s'intitule cette campagne lancée par l'Institut du cerveau et de la moelle épinière (ICM).

 

avatar Louise-B

Auteur : Louise-B, Content & Community Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le vécu des patients et qui portent leur voix. Forte d'une formation pluridisciplinaire axée sur le journalisme, elle coordonne la rédaction des contenus des plateformes Carenity et facilite l'expérience des membres sur le site.

Commentaires

le 25/04/2018

je vais encore apporter mon grain de sel.

En effet ce n est pas une maladie de Vieux, mais une conséquence du vieillissement prématuré  du bon fonctionnement de ce cerveau, qui pourrait  être  évité par l apport de nutriments  indispensables tout  une vie et élimination  des déchets (glutation ). L' oxydation est créé par le  stress (cortsol ) la mal bouf excès de viandes rouge, le sucre véritable poison, les laitages et  les produits de synthèses dans l alimentation, les medocs aussi comme ceux dédiés a la MP.

Bref j ai le sentiment  de me répéter , cela doit être  dénoncer pour une meilleure  prévention. 

A bientôt. 

le 07/05/2018

Bonjour, si je vous comprend se que vous écrivez,  j'arrête les médicaments,  la viande rouge , le sucre , les laitages, à j'oubliais la nourriture chimique celle que j'évite au maximum et tout ira bien ! 

Alors je suis désolée mais je n'y crois pas du tout ! 

le 08/05/2018

@pseudo-masqué Avant de constater une pathologie ou après guérison ou le meilleur  moyen  pour aller vers une   remission .

Ce n'est pas d'une croyance quoi que des gens croient bien à  un Dieu qui n existe pas, moi je vous parle physique et réalité. 

Bien A vous .

le 09/05/2018

Bonsoir pour moi la réalité c'est que aucun médecin m'a demandé se que je mange ,pour adapter mon traitement, on m'a parlé d'amiante, de produits chimique, de stress  !!!!!

Dire que la viande rouge ,les laitages ...,font  parti de la "mal bouf " j'ai plus de 30 ans d'expérience dans le domaine de la restauration et je ne pense pas que se soit ça qui m'est rendu malade!

Dites moi quel  sont les aliments  bons pour nous qui sommes atteint cette putain de maladeie de Parkinson .

Cordialement 

le 09/05/2018

@pseudo-masqué Bonjour . Je n'ai jamais écris que la viande rouge etc. seulement l'excès de viande rouge.

Il faut privilégier le pot au feu , la viande à peine saisie car dès qu'elle noircit "grillée" la molécule de Maillard est néfaste pour la santé , oxydante pour notre cerveau que vous devez connaître si vous étiez dans la restauration,  foie et coeur de veau bio, coeur de boeuf. Les abats en générale, le canard, les blancs de poulet. les oeufs.tous les légumes en Bio.  les fromages de chèvres ou de brebis.2 verres de vins rouge maxi par jour ou raisin rouge.Le thé vert, café, un jus de citron tous les matins. Les fruits de saison.

Ce qu'il faut éviter: Les céréales industrielles. Les farines blanches, le sucre, l'excès de sel, le laitages de vache sous toutes ses formes, en boissons: l'eau du robinet , les boissons gazeuses et sucrées, Les jus de fruits de l'agro alimentaire, l'alcool , bannir le vin blanc et rosé. 

 f-19848221525859241.doc  

Lire dossier " Pourquoi un vieillissement cérébral prématuré" extrait de mon futur bouquin.

Vous aimerez aussi

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Lire l'article
Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Lire l'article
Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Lire l'article