«
»

Top

Coronavirus et cancer

Publié le 26 mars 2020 • Mis à jour le 26 mai 2020 • Par Camille Dauvergne

Dans le contexte actuel de crise sanitaire, les patients atteints d’un cancer nécessitent une surveillance toute particulière et une adaptation de leur prise en charge lorsque cela est nécessaire.

Vous vous demandez sûrement les risques qu’impliquent vos traitements et vos déplacements ainsi que les précautions particulières à prendre ? Nous répondons à vos questions !

Coronavirus et cancer

En cette période, est-ce risqué de me rendre à l’hôpital pour ma séance de radiothérapie ou chimiothérapie ?


Si vous devez vous rendre à l’hôpital pour vos soins de radiothérapie ou de chimiothérapie, des mesures de précautions ont été mises en places dans les services d’oncologie afin de réduire les risques de contamination des patients et des soignants. Bien que ces mesures soient propres à chaque centre, on peut citer :

  • le patient doit venir seul, sans aidant
  • les visites sont limitées à une par jour
  • la température du patient et l’absence de symptômes - caractéristiques de l’infection COVID-19 - sont vérifiées avant l’entrée du patient
  • un lavage des mains au savon ou au gel hydroalcoolique est obligatoire à l’entrée*
  • un masque peut être donné au patient si le service en possède suffisamment. Le port d’un masque est recommandé pour les patients atteints de cancer de manière générale. Cependant face à la pénurie actuelle, les professionnels de santé en contact avec des malades sont prioritaires
  • les distances recommandées doivent être respectées entre les patients dans la salle d’attente.

Il se peut qu’en sortant de votre radiothérapie, notamment si elle touche la cavité thoracique, vous soyez fragilisé face à une infection au coronavirus. Cependant, nous n’avons pas assez de recul jusqu’ici pour préciser ce niveau de risque, que ce soit pour la radiothérapie ou la chimiothérapie. Il est important de respecter les gestes barrières et le confinement dans tous les cas.

Mes traitements ou mon opération ont été reportés, est-ce grave pour l’évolution de mon cancer ?

Dans certains cas, afin de réduire le risque d’exposition des malades au virus, l’équipe soignante peut décider de reporter votre opération ou les soins en lien avec votre cancer. Il s’agit d’une décision adaptée à chaque patient, suite à un commun accord entre les soignants et le patient. Si un report a été décidé par votre médecin, c’est qu’il estime que cela ne présente pas de risque pour l’évolution de votre cancer dans le temps imparti de la crise sanitaire. En effet, les opérations et soins ne sont pas systématiquement décalés.

Il se peut également que vos soins soient modifiés pour éviter le maximum de déplacements. Un traitement de chimiothérapie peut par exemple être pris par voie orale à la maison au lieu de la voie intraveineuse à l’hôpital. Mais attention, ce n’est pas possible pour tous les traitements !

La téléconsultation est également encouragée pour faire le point avec votre oncologue et recevoir toutes les explications nécessaires à votre prise en charge.

Beaucoup de services d’oncologie mettent également en place un soutien psychologique pour les patients, qui est particulièrement important lorsque l’angoisse d’une infection et d’une modification de prise en charge s’ajoute à votre cancer.

Est-ce grave si mon examen de dépistage est décalé ?

Un examen de dépistage peut être décalé sans risques, encore une fois dans le temps imparti de la crise sanitaire, si vous ne ressentez aucun symptôme particulier évocateur du cancer dépisté.

Cependant, si vous présentez des symptômes, il est indispensable d’effectuer un examen d’exploration dès que possible ! N’hésitez pas à poser vos questions à votre médecin traitant ou bien à votre oncologue, par téléphone ou en téléconsultation.

Mon immunothérapie ou mon hormonothérapie me rend-il plus susceptible vis-à-vis du coronavirus ?

Il est important de distinguer la notion d’immunodépression de celle d’immunothérapie !

L’immunodépression dans le cadre des cancers est souvent due aux traitements (chimiothérapies anti-cancéreuses, immunosuppresseurs, biothérapies, corticothérapie à dose immunosuppressive), et pourrait augmenter le risque de développer des complications suite à une infection par le coronavirus.

L’immunothérapie (comme KEYTRUDA, YERVOY, OPDIVO) consiste à stimuler certaines cellules immunitaires pour les rendre plus efficaces ou à rendre les cellules tumorales plus reconnaissables par le système immunitaire. Il n’y a à l’heure actuelle aucun élément scientifique validé permettant de dire que l’immunothérapie augmente les risques de complications au coronavirus. Il en est de même pour l’hormonothérapie (comme ELIGARD, NOLVADEX, FEMARA).

Quels que soient les traitements que vous prenez, il ne faut en aucun cas arrêter ou modifier votre traitement sans l’avis de votre oncologue. Demandez un avis médical avant de prendre des médicaments et produits sans ordonnance.

Si vous avez été sous traitements anticancéreux, mais que ceux-ci sont terminés depuis plusieurs années, le risque de complication au coronavirus est identique à celui de la population générale.

J’ai un cancer du poumon, suis-je plus à risque de complications suite à l’infection COVID-19 ?

Etant donné la récente découverte du SARS-coV-2 (coronavirus), nous n’avons pas assez de recul et de données permettant d’affirmer que ce cancer du poumon est un facteur de risque, cependant selon le Haut Comité de Santé Publique (HCSP), les personnes atteintes de cancers et sous traitement sont plus à risque de développer une forme grave de l’infection au coronavirus. Cette information a été confirmée par le Pr Fabrice Barlesi, cancérologue - spécialiste du poumon à l'Institut Gustave Roussy à Villejuif Paris, dans l’émission Allô Docteurs du 24 mars 2020.

Le confinement doit-il être plus strict si je suis atteint d’un cancer ?

Bien que les gestes barrières et les mesures de confinement s’appliquent à l’ensemble de la population afin d’obtenir une protection individuelle et collective optimales, les patients atteints de cancers doivent limiter le plus strictement possible leurs déplacements.

N’hésitez pas à effectuer vos courses par drive (commande sur internet et livraison chez vous) si cela est possible, demandez à un proche de vous aider dans les tâches du quotidien pour éviter de sortir (en évitant tout contact rapproché).

Si une activité physique vous a été recommandée, n’hésitez pas à la pratiquer chez vous ! Le CHU d’Amiens propose par exemple une série de vidéos d’activité physique adaptée en cancérologie sur sa chaîne Youtube.

J’ai un cancer, faut-il que j’arrête de travailler ? Quelle est la procédure ?

Si votre activité professionnelle vous expose à un risque de contamination, vous êtes en droit d’exercer votre droit de retrait. Vous pouvez également demander conseil à votre oncologue ou votre médecin traitant afin qu’il vous fournisse un arrêt de travail. 

Par ailleurs, les pouvoirs publics ont mis en place un dispositif dérogatoire permettant aux personnes présentant un risque de développer une forme grave d'infection de bénéficier d'un arrêt de travail à titre préventif, intitulé Déclaration de maintien à domicile. Dans le cadre du cancer, les personnes éligibles à cette démarche sont :

  • les malades atteints de cancer sous traitement ;
  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise :
    • médicamenteuse : chimiothérapie anticancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive,
    • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement

Retrouver la démarche à suivre sur le site ameli.fr en cliquant ici

Qui puis-je contacter si j’ai des questions sur ma prise en charge ?

De manière générale, vous devez être contactés et informés par le service d’oncologie qui vous suit. Si ce n’est pas le cas, ou si vous avez des questions supplémentaires, n’hésitez pas à contacter le service par téléphone, ou encore à effectuer une téléconsultation avec votre oncologue.

La Ligue contre le Cancer a mis en place un numéro vert pour obtenir une écoute, une aide et un soutien : 0800 940 939

Cet article vous a-t-il été utile ? Avez-vous d’autres choses à partager à la communauté ?
Bon courage à tous, prenez soin de vous !

 

avatar Camille Dauvergne

Auteur : Camille Dauvergne, Junior Community Manager France

Etudiante en 4ème année de pharmacie, Camille participe à la rédaction d’articles du Magazine Santé et à la mise à jour des fiches maladies et médicaments... >> En savoir plus

2 commentaires


sylvie7
le 27/03/2020

J'ai un cancer du sein métastasé je suis sous chimio le taxotère ,je n'ai pas de masques et pas de gel et en pharmacie ils n'ont plus rien depuis longtemps comment faire quand on est toute seule ? Ce n'est pas normal.... et je pense à tous les personnelles soignants qui travaillent dans conditions inadmissibles. C'est angoissant d'aller à l'hôpital  ......


BorderlinePower
le 12/04/2020

Je vous remercie pour cet article très intéressant !

Mon opération cancer a été décalée. A vrai dire c'est moi qui a fortement insisté pour la décaler. Je suis passé pour un examen à l'hôpital tout juste au début de la crise Coronavirus et franchement je n'avais aucune envie de me retrouver opéré au milieu de tout cela. Les soignants se voulaient rassurants, mais à leur manière trop insistante de vouloir rassurer j'ai senti qu'eux-mêmes ne l'étaient pas...

Heureusement pour moi, mes tumeurs ont l'air de ne pas avoir trop évoluées.

Pour garder un minimum de défenses immunitaires avec un cancer je pense que les probiotiques ne sont pas de trop. 

Si les dernières infos que j'ai lues sur le Covid-19 vont être confirmées par  des nouvelles études, les probiotiques pourraient même être efficaces pour préparer son corps a lutter contre cette saloperie de virus.(Dans le cas où le virus se propage effectivement dans une bactérie).

Vous aimerez aussi

Qu’est-ce que l’hormonothérapie ?

Cancer

Qu’est-ce que l’hormonothérapie ?

Lire l'article
Journée mondiale contre le cancer : tous concernés !

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Leucémie
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Syndrome de Sézary
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Journée mondiale contre le cancer : tous concernés !

Lire l'article
Immunothérapie : le Prix Nobel de médecine pour deux chercheurs

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Leucémie
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Syndrome de Sézary
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Immunothérapie : le Prix Nobel de médecine pour deux chercheurs

Lire l'article
Cancer colorectal : 2 millions de Français se sont fait dépister

Cancer colorectal

Cancer colorectal : 2 millions de Français se sont fait dépister

Lire l'article

Fiches maladies