Traitements de l'hépatite C

Après un diagnostic d’hépatite C chronique, il convient de consulter rapidement un professionnel de santé. En effet, en fonction du stade d’avancement de la maladie et du génotype du virus, différents traitements sont envisageables.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Dans la lutte contre l’hépatite C chronique, on distingue trois types de traitements :

- Le traitement antiviral
Il vise à éliminer le virus de l’Hépatite C ou à enrayer une fibrose naissante. Remboursé à 100% par la sécurité sociale française, il est une combinaison de deux médicaments : l’interféron pégylé et la ribavirine. Ce traitement anti-viral est donc une bithérapie suivie sur 6 mois à 1 an. L’interféron PEG nécessite une injection par semaine tandis que la ribavirine se présente sous forme de gélules à ingérer quotidiennement. Les doses de ces deux médicaments sont déterminées en fonction du poids du patient.

De nouveaux traitements voient le jour depuis quelques années et verront le jour dans les années à venir, notamment des traitements qui utilisent la ribavirine en combinaison avec d'autres molécules. 

- Le traitement destiné aux symptômes de l’Hépatite C
Ce traitement aide à lutter contre les douleurs musculaires, les troubles digestifs et les autres symptômes liés à la maladie.

- Le traitement de prévention des complications
Il permet de ralentir l’apparition des complications comme la cirrhose ou le cancer du foie.

Soigner l'hépatite C

Le pourcentage de guérison dépend en partie du génotype de l’hépatite C développée. Grâce à la bithérapie, 50% des patients sont guéris. De fait, le taux de guérison est de 80% pour les malades touchés par une hépatite C de génotype 2 ou 3. Dans le cas d’une hépatite C de génotype 1,4 et 5 il est de 50%.
Le traitement est prescrit par un médecin hospitalier et les injections mensuelles d’interféron sont faites par une infirmière en début de traitement puis par le patient lui-même. Les injections et la prise de ribavirine présentent des effets secondaires, notamment durant le premier mois de traitement.

En 2013, une avancée considérable dans le traitement de l’hépatite C chronique de génotype 1 voit le jour. Il s’agit d’une trithérapie, indiquée pour les sujets n’ayant pas déjà été traités ou en échec d’un ancien traitement. Ce traitement constitue un réel espoir d’enrayer la maladie. En effet, pour les hépatites C de génotype 1, qui représentent 60% des cas d’hépatite chez l’adulte, le taux de guérison grimpe à 70% avec la tritéraphie.

Sources : INPES