Qu'est-ce que l’ostéoporose ?

L’ostéoporose se définit par une fragilité osseuse liée à une diminution de la quantité et de la qualité de l’os.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Le nom ostéoporose vient de « ostéo » signifiant « os » et « porose » signifiant « poreux ». Cette étymologie s’explique par l’altération de la masse et de l’architecture osseuses.
Ces deux aspects diminuent la résistance osseuse et rendent l’os faible et fragile. Le risque de fractures est alors augmenté.
La perte osseuse se produit silencieusement, de manière asymptomatique.



Le remodelage osseux est un phénomène au cours duquel l’os est continuellement dégradé puis créé afin de renouveler le tissu. Dans la première partie de la vie, la construction dépasse la destruction : les os grandissent et la masse osseuse finit par atteindre un pic. Ensuite, avec le vieillissement, la dégradation de l’os prend le pas sur la création de masse osseuse : cette dernière se dégrade donc peu à peu.

En savoir plus sur l'ostéoporose

Lorsque le médecin suspecte une ostéoporose, il réalise un interrogatoire et analyse les facteurs de risque d’ostéoporose du patient. Il doit également vérifier qu’il n’existe pas d’autres causes (tumeur, traumatisme, etc.).
Quand un risque ou un antécédent existe, le médecin prescrit un examen d’imagerie appelé « ostéodensitométrie » qui donne la Densité Minérale Osseuse (DMO). Il est réalisé habituellement au niveau de deux localisations : rachis lombaire et fémur. Selon l’intensité de l’écart de la DMO avec la normale, on parle d’ostéopénie ou d’ostéoporose quand la perte osseuse est plus intense.

Les complications les plus fréquentes et les plus sévères sont les fractures. Elles atteignent le plus souvent la colonne vertébrale et les hanches, qui sont des os très sollicités pour supporter le poids. Les fractures de la hanche, survenues après une chute, peuvent entraîner une invalidité et souvent même le décès des suites de complications post-opératoires (immobilisation prolongée).

Les fractures sont parfois spontanées : les vertèbres sont alors tellement affaiblies qu’elles se compriment et s’affaissent seules. Ces fractures provoquent de fortes douleurs, qui s’estompent lentement. La succession de ces affaissements entraîne un dos voûté.

Article rédigé sous la supervision du Dr. Florence LEVY-WEIL, chef de service de rhumatologie au centre hospitalier d’Argenteuil (95).