«
»

Top

Psychothérapies : bien les différencier pour choisir celle qui convient le mieux !

Publié le 25 juil. 2022 • Par Candice Salomé

Vous faites peut-être face à des difficultés psychologiques. Dans ce cas-là, il peut être difficile de franchir le pas et de consulter un professionnel de la santé mentale. Il existe plusieurs formes de psychothérapies, il peut ainsi être difficile de s’y retrouver et de choisir la bonne approche pour soi. 

Mais alors, quelles sont les différentes psychothérapies existantes ? Comment savoir laquelle est pour moi ? A quoi sert une psychothérapie ? Quand consulter ? 

On vous dit tout dans notre article ! 

Psychothérapies : bien les différencier pour choisir celle qui convient le mieux !

Il existe autant de thérapies que de thérapeutes. Nous pouvons distinguer 5 grandes familles de psychothérapies. Ces dernières se différencient par leurs origines, leurs conceptions de la nature humaine et par le rôle même de la psychothérapie.

A quoi sert la psychothérapie ? 

Quelle que soit la psychothérapie choisie, son but consiste à rétablir l’auto-déterminisme du patient. Si l’on est comportementaliste, on dira que le patient est pris dans ses schémas de pensées. Si c’est une thérapie interpersonnelle, on modélise les problématiques en dysfonctionnement interpersonnel. Au contraire, un analyste pointera du doigt les conflits inconscients

Dans chaque cas, la psychothérapie aide le patient à surmonter une configuration mentale qui le restreint dans sa faculté de choix. Elle tente d’améliorer les symptômes et la qualité de vie du patient en recourant à la parole. 

Aucune psychothérapie ne donne des clés ou des solutions universelles. Néanmoins, le thérapeute va aider le patient à trouver les solutions qui lui sont propres grâce à certaines méthodes spécifiques à chaque type de thérapie. 

Il faut néanmoins savoir que la psychothérapie est un traitement parmi d’autres que l’on peut proposer pour certaines pathologies psychiatriques. Le psychothérapeute ne peut pas poser de diagnostic. C’est le rôle du psychiatre. En fonction de ce diagnostic, le traitement par psychothérapie peut être indiqué. Il ne s’agit, en effet, pas du seul traitement possible ni du premier auquel on a recours. Cela dépend de la pathologie et de la situation. Le traitement sera déterminé par le psychiatre. 

Quelles sont les grandes familles de psychothérapie ? 

L’approche existentielle ou humaniste 

L’approche existentielle est centrée sur le présent et mise sur la capacité du patient à trouver ses propres solutions à ses difficultés, à diriger son existence et à se réaliser pleinement. 

Le psychothérapeute va faciliter l’exploration de soi en instaurant un climat de confiance et de respect visant l’expérimentation de nouvelles façons d’être ou d’agir. La relation thérapeute-patient est donc égalitaire et non directive. 

Parmi l’approche existentielle, on retrouve : la psychothérapie non-directive, la gestalt-thérapie, les différentes approches psychocorporelles, l’approche centrée sur la personne, l’analyse transactionnelle ou encore, par exemple, l’auto-développement. 

L’approche psychodynamique ou analytique 

L’approche psychodynamique-analytique est principalement influencée par la psychanalyse dont le fondateur est Sigmund Freud. Cette approche travaille sur la notion d’inconscient

Ainsi, les difficultés du présent trouvent leurs origines dans les conflits irrésolus de l’enfance. Le patient est alors amené à prendre progressivement conscience de l’influence de ses propres conflits inconscients et de s’en dégager

Généralement, il s’agit là de thérapies longues bien que des approches à plus court terme se soient développées comme la thérapie de soutien, par exemple. 

L’approche comportementale ou cognitive 

Les thérapies comportementales et cognitives (TCC) sont basées sur l’observation du lien entre les pensées, les émotions et les comportements du patient. Dans les TCC, il est considéré que les difficultés psychologiques du patient sont liées à des pensées ou des comportements inadéquats. Le but étant alors de les analyser afin de s’en dégager et d’apprendre de nouveaux comportements plus adaptés

Parmi l’approche comportementale et cognitive, on retrouve : la thérapie béhaviorale, la thérapie émotivo-rationnelle, l’hypnose ericksonnienne, la programmation neuro-linguistique (PNL) ou encore la thérapie comportementale dialectique. 

L’approche systémique ou interactionnelle

Dans l’approche systémique ou interactionnelle, il est considéré que les symptômes ou les problèmes du patient résultent d’une interaction avec l’entourage et de la complexité des interrelations de ce dernier avec son environnement (amis, milieu professionnel, famille…). 

Après une analyse approfondie de la situation, une solution est définie afin de concilier au mieux les attentes de chacun. 

Le thérapeute peut organiser des rencontres avec certains membres importants de l’entourage du patient. 

Ainsi, la thérapie familiale, la thérapie de couple ou encore la constellation familiale font partie de cette approche. 

L’approche interpersonnelle 

Très développée et reconnue aux Etats-Unis et au Canada, cette approche l’est moins en France et en Europe. 

Il s’agit d’une psychothérapie à court terme, très structurée et basée sur l’idée que les problèmes interpersonnels contribuent aux problèmes psychologiques du patient. 

Cette approche favorise une meilleure adaptation aux rôles et aux situations. Elle est particulièrement efficace pour traiter les problèmes de tristesse, la dépression et les troubles bipolaires ou encore pour accompagner un deuil ou la résolution de certains conflits. 

Quand débuter une thérapie et qui consulter ? 

Il est nécessaire de consulter un psychologue lorsque les troubles de la personne l’empêchent d’avoir une vie sociale satisfaisante. Cela concerne autant les relations professionnelles que les relations personnelles. 

Il n’est pas nécessaire d’avoir une prescription médicale pour consulter un psychologue. Néanmoins, le médecin traitant ou le psychiatre peut indiquer au patient qu’il lui est nécessaire d’entreprendre des soins auprès d’un psychologue. 

Le choix d’un psychologue se fait en fonction de sa spécialité. En effet, au cours de sa formation, ce dernier se spécialise dans un domaine précis : neuropsychologie, psychopathologie générale, psychologie du travail… C’est cette spécialisation qui va conditionner son champ d’intervention. 

Le psychologue clinicien, par exemple, s’est orienté vers la psychopathologie dans son cursus universitaire et propose des psychothérapies à ses patients, tandis que le psychologue cognitif est formé aux thérapies comportementales et cognitives (TCC). 

Il est important d’orienter sa sélection en fonction de cette première information. Vous pouvez demander à votre médecin traitant les professionnels de santé avec qui il a pour habitude de travailler. Cela est rassurant et permet aussi un bon suivi. 

Les tarifs des séances varient d’un psychologue à un autre et dépendent aussi des régions dans lesquelles ils exercent. Par exemple, un psychologue en cabinet privé demandera entre 50 et 70€ et ce n’est pas remboursé par l’Assurance Maladie mais l’est par certaines mutuelles

Par contre, s’il s’agit d’un thérapeute en milieu hospitalier, en centres médico-psychologiques ou en milieu scolaire, les consultations sont prises en charge dans le cadre du service public. 


Cet article vous a plu ? 
 
Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous ! 
 
Prenez soin de vous ! 


6
avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Rédactrice Santé

Créatrice de contenus chez Carenity, Candice est spécialisée dans la rédaction d’articles santé. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la psychologie, du bien-être et du sport.

Candice est... >> En savoir plus

Commentaires

Vous aimerez aussi

Alcool et fortes chaleurs : quels sont les dangers ?

Alcool et fortes chaleurs : quels sont les dangers ?

Lire l'article
Comment rester optimiste au quotidien ?

Comment rester optimiste au quotidien ?

Lire l'article
Intoxications alimentaires : comment les éviter ?

Intoxications alimentaires : comment les éviter ?

Lire l'article
La théorie de la cuillère : qu'est-ce que c'est et comment peut-elle aider les patients chroniques ?

La théorie de la cuillère : qu'est-ce que c'est et comment peut-elle aider les patients chroniques ?

Lire l'article

Discussions les plus commentées