«
»

Top

Un bar à vin pour les patients du CHU de Clermont-Ferrand

1 août 2014 • 7 commentaires

Un bar à vin pour les patients du CHU de Clermont-Ferrand

Malgré son caractère insolite, l'ouverture d'un bar à vin dans le service de soins palliatifs d'un hôpital a pourtant de grandes ambitions. L'objectif : «égayer un quotidien souvent difficile» et avoir «le droit de se faire plaisir.»


Un bar à vin dans un hôpital, une idée saugrenue? Pas le moins du monde. Selon le docteur Virginie Guastella, chef de service, il s'agit simplement «d'une autre façon de penser le prendre soin de l'autre». Le CHU de Clermont-Ferrand a annoncé sur le site consacré à l'actu des CHU l'ouverture, au mois de septembre prochain, d'un bar à vin dans le service de soins palliatifs. L'idée principale qui est derrière cette initiative: «le droit de se faire plaisir et de faire plaisir.»
Le docteur précise entre autres que la dégustation, qui «égaiera un quotidien souvent difficile», sera aussi «médicalement encadrée». Pas question, naturellement, que le plaisir évoqué se transforme en abus. Les employés du centre de soins palliatifs de l'hôpital devraient ainsi être formés à cette nouvelle pratique par la socio-anthropologue Catherine Le Grand-Sébille.


Un bar plutôt bien fourni


Et concernant les boissons qui seront servies, le CHU ne cache pas qu'il y aura du choix... «Grâce à des partenariats et à différentes formules de mécénat, l'équipe dispose désormais d'une cave où les bouteilles de bons vins, de champagne, whisky sont conservées dans de bonnes conditions.» Sur le site, on explique aussi que l'accès aux grands crus est «à l'étude».


Quelques mois après que l'affaire Vincent Lambert a relancé le débat sur la fin de vie en France, ce type d'inititative ne constitue pas une suprise. Le Docteur Virginie Guastella, soutenue par son institution, a décidé de porter le projet de création de cet espace. Son attention et sa volonté sont également appréciées par les malades et leurs familles.

Le Figaro Santé

Commentaires

serena2416
le 05/08/2014

Et pourquoi pas une salle de shoot pour mourir en douceur.Un abstinent en fin de vie s'y remettra un peu comme la cigarette du condamné à mort ?

 Les pubs anti-alcool, anti-drogue,anti-tabac, anti-sucre, anti-graisse fleurissent sous nos yeux et à raison à longueur d'existence et pour "mourir heureux" il faudrait au final profiter des plaisirs dits de la vie.

Désolée, je comprends plus rien.

jojo9203
le 05/08/2014

Enfin ! on pense au bien-être des malades quand l'erspoir de survivre s'est évanoui ! L'affaire Vincent Lambert m'a révoltée et bien sûr, m'a beaucoup fait penser à ma vie que je ne voudrais pas terminer en légume avec des tuyaux partout. Je pense de + en + à me faire tatouer en gros sur la poitrine "ne me ranimez pas" (bien que je déteste les tatouages). Ca fera rire ertains mais j'en ris moi-même, terrorisée à l'idée d'un acharnement thérapeutique STUPIDE. Ma famille est prévenue.

le 21/08/2014

Un tatouage ? Non merci !

Malgré tout ma fin me préoccupe et ce d'autant plus que je vis seule. Qui a l'expérience de l'association www.admd.net/  autrement dit le droit de mourir dans la dignité ?

jojo9203
le 22/08/2014

damedepic : j'ai dit que je déteste les tatouages et malgré cela..... LIS BIEN !

Je connais l'ADMD et j'ai déjà pris contact avec cette Association. Ils aident les patients en fin de vie mais la législation est tellement compliquée que notre sort dépend encore totalement des médecins... Une fois de +, certains n'oublient pas que, bien que leur profession soit d'aider à vivre elle comporte AUSSI le devoir d'aider à mourir dans les moins mauvaises conditions.

Je ris souvent en me demandant si le serment d'Hippocrate ne serait pas plutôt le serment d'hypocrite... Mais je plaisante, même avec les choses sérieuses. Ca aide !     lol

le 22/08/2014

J'avais bien vu jojo !!! 

Moi aussi j'ai déjà pris contact avec l'ADMD mais je ne me suis pas encore inscrite. J'ai sans doute tort car je vis seule et assez isolée. Le peu de famille que j'ai vit loin et personne ne viendra défendre mon point de vue face aux médecins si je n'arrive plus à m'exprimer... Face aux  mieux vaut l'ADMD que rien...

Vous aimerez aussi

La sexualité avec une maladie chronique

La sexualité avec une maladie chronique

Lire l'article
Vivre avec un trouble bipolaire

Trouble bipolaire

Vivre avec un trouble bipolaire

Lire l'article
L’angoisse du déconfinement

L’angoisse du déconfinement

Lire l'article
Déconfinement - Comment vivre avec le coronavirus ?

Déconfinement - Comment vivre avec le coronavirus ?

Lire l'article