«
»

Top

Les 8 idées reçues sur l’asthme !

Publié le 24 janv. 2022 • Par Claudia Lima

L’OMS a évalué à 235 millions le nombre de personnes atteintes d’asthme dans le monde. En France, ce sont 4 millions de personnes qui en souffrent. Cette maladie chronique des bronches existe sous plusieurs formes, de légère à sévère. Les progrès médicaux ont permis beaucoup de traitements et, aujourd’hui, il est possible de vivre presque normalement avec de l’asthme. Cependant, encore beaucoup de fausses idées autour de cette maladie persistent.   

Vous souhaitez des réponses, lisez notre article ! 

Les 8 idées reçues sur l’asthme !

L’asthme, quelle est cette maladie ?  

L’asthme est une maladie inflammatoire des vois aériennes pulmonaires, elle se caractérise par la survenue d’épisodes aigus allant de la simple gêne respiratoire à des exacerbations que l’on appelle poussées ou crises d’asthme. Chez une personne asthmatique, la muqueuse bronchique est irritée et épaissie, ce qui rend les bronches sensibles et sujettes à des réactions excessives en cas de contact avec des facteurs favorisants. 

C’est une maladie respiratoire chronique dont la cause est multifactorielle, il peut s’agir de facteurs génétiques et/ou de facteurs environnementaux. Toutes les personnes asthmatiques ne sont pas sensibles aux mêmes facteurs.  

Ces facteurs peuvent être :  

  • Des allergènes présents à l’intérieur des habitations ou sur le lieu de travail (acariens, moisissures), 
  • Des allergènes extérieurs (pollens), 
  • Des infections respiratoires,  
  • Des irritants respiratoires (fumée de tabac, pollution),  
  • L'air froid,  
  • L'exercice physique,  
  • Certains médicaments. 

La crise d’asthme se manifeste par une toux sèche répétée, une difficulté à respirer, un essoufflement, une respiration sifflante ou une sensation d’oppression dans la poitrine. Les crises d’asthme sont à l’origine de multiples hospitalisations chaque année, de passages aux urgences, de consultations du médecin traitant et d’une altération de la qualité de vie si l’asthme n’est pas traité. 

L’asthme peut être classé selon différents stades de sévérité :  léger, modéré et sévère. On parle aussi d’asthme intermittent, caractérisé par des crises peu fréquentes et d’asthme persistant, une forme plus grave avec des crises régulières et pouvant se manifester la nuit, c’est l’asthme nocturne. Ces stades sont déterminés par l’importance du traitement nécessaire pour maitriser la maladie. 

Pour diagnostiquer cette maladie, le médecin traitant ou pneumologue se base sur un interrogatoire précis du patient et réalise une exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) pour confirmer le diagnostic et aussi suivre l’évolution de la maladie. 

Pour traiter la maladie, le patient est d’abord invité à réduire au maximum ses contacts avec les agents déclencheurs des crises. Une désensibilisation est proposée parfois pour induire une tolérance de l’organisme face à un facteur allergène ou irritant identifié.  

Ensuite, sont proposées des thérapies médicamenteuses pour des traitements de fond qui visent à réduire les symptômes quotidiens, augmenter la capacité respiratoire et empêcher les crises, entre autres. Il s’agit de corticoïdes inhalés et de bronchodilatateurs d’action lente.  

Pour traiter les crises d’asthme, les patients ont recours aux bronchodilatateurs d’action rapide (Ventoline®).

L’asthme ne peut être guéri, seulement ses symptômes peuvent être atténués et avec un traitement adapté, suivi et maîtrisé, il est possible de réduire considérablement son impact sur la qualité de vie des patients. Selon les données de l’Inserm, 95% des cas seraient contrôlés, pourtant, il existe de nombreuses fausses idées sur cette maladie. 

Des idées reçues sur l’asthme, quelles sont-elles ?  

L’asthme est une maladie infantile : FAUX ! 

Si la maladie touche d’abord les petits garçons, les filles sont plus nombreuses à être atteintes à la puberté, puis les femmes à la ménopause. Les modifications hormonales peuvent modifier l’expression de l’asthme. La différence de prévalence entre les hommes et les femmes reste inexpliquée. 

L’asthme empêche la pratique du sport : FAUX ! 

La pratique d’une activité sportive renforce la capacité respiratoire et la musculature impliquée dans la respiration. Le sport est donc indiqué dans le traitement de l’asthme. Néanmoins, il faut s’assuré que son asthme est bien contrôlé. 

Aussi, certains types d’asthme se déclenchent après un effort soutenu, c’est l’asthme d’effort, il faut alors prendre un bronchodilatateur prescrit avant l’effort.  

Je ne fais plus de crises d’asthme, je suis guéri(e), je peux arrêter mon traitement : FAUX 

L’arrêt des crises et l’amélioration de l’état de santé est lié à la maîtrise de l’asthme grâce à la bonne prise du traitement de fond. En cas d’arrêt de celui-ci, des symptômes peuvent réapparaître, pour rappel, l’asthme persiste au cours de la vie. 

Le traitement de l’asthme par la cortisone est dangereux : FAUX ! 

La cortisone souffre d’une mauvaise réputation, c’est un anti-inflammatoire qui fait partie de la famille des corticoïdes. Il existe une confusion entre la cortisone inhalée (dosée en microgrammes) et celle sous forme d’injections ou de comprimés (dosée en milligrammes soit 1000 fois plus). Comme tout médicament, la cortisone comporte des effets secondaires. Il est conseillé aux patients de se rincer la bouche après inhalation

Le traitement doit être stoppé pendant la grossesse : FAUX ! 

Les médicaments nécessaires au traitement de l’asthme sont sans danger pour le bébé. De plus, un asthme mal contrôlé augmente le risque de prématurité chez l’enfant. L’asthme est la maladie chronique la plus fréquente chez les femmes enceintes. 

À force de le prendre, mon traitement contre l’asthme devient inefficace : FAUX ! 

Il n’existe pas d’accoutumance aux médicaments antiasthmatiques, leur efficacité reste. Si l’état de santé se dégrade et les crises deviennent plus fréquentes, c’est lié à une aggravation de la maladie. 

Rien de mieux que les produits naturels pour éviter les crises d’asthme : FAUX ! 

L’origine de l’asthme est en majorité allergique, pour prévenir les crises, l’utilisation de produits naturels, bio et d’origine végétale, qui sont souvent allergisants peut générer une irritation des bronches. Par exemple, sont concernés : les plantes dépolluantes, les parfums d’intérieur, les bougies désodorisantes, l’encens et le papier d’Arménie. 

Tous les médicaments pour traiter l’asthme se ressemblent : FAUX ! 

Les médicaments antiasthmatiques ont des fonctions différentes. Il y a :  

  • Les bronchodilatateurs inhalés (Foradil®, Oxéol®), de courte ou de longue durée d’action, ils dilatent les bronches et empêchent leur contraction, 
  • Les corticoïdes inhalés (Flixotide®, Pulmicort®), ils préviennent l’inflammation des bronches, 
  • Les corticoïdes par voie orale (Prednisolone®, Solupred®), 
  • Les antileucotriènes (Montélukast®), ils réduisent l’inflammation et l’obstruction des bronches,  
  • Les médicaments d’immunothérapie spécifique, pour désensibiliser à un allergène spécifique,  
  • Les anti-IgE, médicament dirigé contre les immunoglobulines de type E (Omalizumab®), prescrits dans certains cas d’asthme sévère. 

Cet article vous a plu ?    

Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !    

Prenez soin de vous ! 
13
avatar Claudia Lima

Auteur : Claudia Lima, Rédactrice Santé

Claudia est créatrice de contenus chez Carenity, elle est spécialisée dans la rédaction d’articles santé.

Claudia est titulaire d’un Executive MBA en Direction Commerciale et Marketing et continue de se... >> En savoir plus

3 commentaires


Carine44
le 27/01/2022

Certains de mes médecins passés et actuels devraient prendre des cours sur votre site étant donné quelques énormités que j'ai pu entendre au sujet des facteurs provoquant mes crises d'asthme.😄 Merci pour cet article


May2259
le 27/01/2022

Entièrement en accord avec vous ; car les medecins n'arrivent même pas à me soigner correctement.


mamasissoulina
le 29/01/2022

Merci pour l'info... J'arrive à mieux comprendre mon traitement

Vous aimerez aussi

Une nouvelle biothérapie pour l’asthme modéré à sévère

Asthme

Une nouvelle biothérapie pour l’asthme modéré à sévère

Lire l'article
Le diagnostic de l'asthme raconté par les membres Carenity

Asthme

Le diagnostic de l'asthme raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Coronavirus et asthme : l'expérience d’un patient

Asthme

Coronavirus et asthme : l'expérience d’un patient

Voir le témoignage

Discussions les plus commentées

Fiche maladie