«
»

Top

L'asthme nocturne : qu'est-ce que c'est ?

Publié le 5 mai 2021 • Par Courtney Johnson

L'asthme est une affection des voies respiratoires qui rend la respiration difficile. Lorsque cela se produit la nuit, dans un phénomène appelé asthme nocturne, cela peut avoir un impact significatif à la fois sur votre sommeil et sur votre santé globale.

Qu'est-ce que l'asthme nocturne et comment se manifeste-t-il ? Quelles en sont les complications ? Comment est-il traité ?

On vous dit tout dans notre article !

L'asthme nocturne : qu'est-ce que c'est ?

Qu'est-ce que l'asthme nocturne ?

Comme son nom l'indique, l'asthme nocturne (également appelé asthme de nuit) est l'aggravation des symptômes de l'asthme pendant la nuit. Ces symptômes, qui comprennent souvent la toux, une respiration sifflante, un essoufflement et une oppression thoracique, peuvent perturber votre sommeil.

L'asthme nocturne est relativement courant et se produit dans tous les types d'asthme, en particulier dans les cas d'asthme allergique, professionnel ou induit par l'exercice. Une étude publiée dans le Journal of Asthma et portant sur 14 000 patients asthmatiques a estimé que 60 % des patients souffrant d'asthme continu présentent un asthme nocturne à un moment donné.

Quelles sont les causes de l'asthme nocturne ?

Les médecins et la communauté médicale ne savent pas exactement ce qui cause l'asthme nocturne, mais certains des facteurs suivants peuvent être impliqués :

  • Les hormones : de nombreuses hormones de l'organisme - dont la mélatonine, le cortisol et l'épinéphrine, les hormones liées au cycle du sommeil - suivent un rythme circadien, c'est-à-dire un cycle de 24 heures lié à l'horloge interne du corps. Les changements dans ces hormones le soir et pendant le sommeil peuvent avoir un impact sur la profondeur et le rythme de la respiration, ce qui peut contribuer aux symptômes de l'asthme.
  • L'inflammation : comme pour les hormones, les niveaux de stéroïdes dans l'organisme diminuent naturellement la nuit, ce qui entraîne une inflammation et une réponse immunitaire élevées, susceptibles d'aggraver les symptômes de l'asthme.
  • La résistance des voies respiratoires : lorsque nous dormons, nos voies respiratoires se rétrécissent (phénomène appelé bronchoconstriction). Chez les patients asthmatiques, le rétrécissement des voies respiratoires est déjà un problème, de sorte que ce léger changement pendant le sommeil peut exacerber le problème.
  • Le contrôle musculaire : pendant le sommeil, nos muscles se détendent, ce qui entraîne une diminution de la force et du contrôle musculaire. Bien entendu, la respiration se poursuit pendant le sommeil, mais la réduction des mouvements musculaires peut entraîner une respiration superficielle et une diminution du volume pulmonaire (la quantité d'air inspirée). Cela peut être problématique pour les patients asthmatiques chez qui la fonction pulmonaire est compromise.
  • L'apnée du sommeil : l'apnée du sommeil est un état où la respiration est interrompue pendant le sommeil. Lorsque l'asthme et l'apnée du sommeil coïncident, ils peuvent s'exacerber mutuellement.
  • Les allergènes et la réponse en phase tardive : l'exposition aux allergènes peut déclencher une crise d'asthme ou exacerber les symptômes, lorsque la réponse du corps est retardée et se produit pendant le sommeil, cela peut conduire à un asthme nocturne.
  • Le reflux gastro-œsophagien (RGO) : le RGO, également connu sous le nom de reflux acide, est une affection souvent liée à l'asthme nocturne. Le reflux d'acide gastrique dans l'œsophage vers le larynx peut déclencher un spasme bronchique ou entraîner une constriction des voies respiratoires. Des études ont montré que jusqu'à 80 % des personnes asthmatiques présentent également des symptômes de RGO, tels que des brûlures d'estomac et des régurgitations.

Quelles sont les complications de l'asthme nocturne ?

Outre la somnolence diurne que peut entraîner l'interruption du sommeil causée par l'asthme nocturne, celui-ci peut également avoir des effets à long terme sur la santé.

Avec le temps, l'asthme nocturne continu peut détériorer la fonction pulmonaire globale et faire progresser l'asthme. On a également constaté qu'il augmente le risque de problèmes de santé tels que les maladies cardiaques et qu'il est lié à un risque accru de décès. En fait, 80 % des arrêts respiratoires (lorsque la respiration est interrompue) et 70 % des décès associés à l'asthme surviennent pendant la nuit.

Bien que cela puisse sembler inquiétant, avec l'aide de votre médecin, votre plan de prévention et de traitement de l'asthme peut être affiné pour mieux gérer les symptômes de l'asthme nocturne.

Comment diagnostiquer l'asthme nocturne ?

Si vos symptômes d'asthme s'aggravent de manière significative la nuit, votre médecin peut vous donner un diagnostic distinct d'asthme nocturne en plus de votre diagnostic principal (par exemple, asthme professionnel). 

En outre, un certain nombre de tests diagnostiques peuvent aider à identifier l'asthme nocturne. La difficulté du diagnostic de l'asthme nocturne réside dans le fait que les symptômes peuvent ne pas être identifiables pendant la journée. On peut donc vous demander de passer un test à domicile ou de faire une étude du sommeil :

Le test à domicile

Ce test devra être effectué avant de s'endormir et le matin juste après le réveil afin de mesurer l'impact de l'asthme nocturne sur votre fonction pulmonaire.

Il vous sera demandé de mesurer :

  • Le volume expiratoire forcé (VEMS) : il s'agit de la quantité d'air que vous pouvez expirer en une seconde avec un effort maximal. Cette mesure peut être effectuée à domicile à l'aide d'un spiromètre. Dans l'asthme nocturne, la valeur du VEMS peut diminuer d'au moins 15 % entre le coucher et le réveil.
  • Le débit de pointe : il s'agit de la quantité totale d'air que vous pouvez expirer et qui n'est pas chronométrée. Le débit de pointe peut être mesuré à l'aide d'un débitmètre de pointe. En cas d'asthme nocturne, cette valeur diminue généralement de 15 % ou plus entre le coucher et le réveil. 

Il est important de prendre note des résultats et de les communiquer à votre médecin. Il peut vous demander de répéter chaque mesure plusieurs fois pour éviter toute erreur éventuelle.

L'étude du sommeil

Si votre respiration nocturne est particulièrement altérée ou si vous êtes très fatigué pendant la journée, votre médecin peut vous recommander une polysomnographie, également appelé étude du sommeil.

Une étude diagnostique du sommeil se déroule pendant la nuit et permet de suivre votre rythme respiratoire, vos niveaux d'oxygène, votre tonus musculaire, les stades du sommeil, et de prendre note de tout écart qui pourrait se produire dans votre respiration pendant la nuit.

L'étude peut être réalisée à la maison avec un équipement que vous emportez avec vous, ou dans un laboratoire du sommeil.

Comment traite-t-on l'asthme nocturne ?

Comme pour l'asthme ordinaire, il n'existe pas de remède à l'asthme nocturne. Le traitement est particulièrement axé sur le bon timing des traitements de l'asthme de jour pour aider à soulager les symptômes de nuit.

L'une des principales méthodes de traitement de l'asthme consiste à utiliser des médicaments de contrôle tels que les bronchodilatateurs bêta-agonistes à action prolongée (LABA) inhalés, les glucocorticoïdes inhalés, les leucotriènes et les immunomodulateurs. Ces médicaments de contrôle fonctionnent en prévenant les symptômes, ils ne sont donc pas pris en cas d'urgence ou lorsque les symptômes sont déjà présents. 

Votre médecin vous prescrira des médicaments de contrôle afin que vous ayez un bon contrôle de l'asthme dans les moments où vos symptômes sont naturellement plus graves - dans le cas de l'asthme nocturne, ce moment est la nuit. Il est important de suivre les instructions de votre médecin et de prendre vos médicaments au moment prescrit.

L'asthme nocturne peut également être pris en charge par le traitement de tout facteur potentiellement contributif. Certaines techniques peuvent inclure :

  • editor_meta_bo_img_e5c399abb894256d4803e7df52028d00.png Modification du régime alimentaire et du mode de vie : le surpoids ou l'obésité sont des facteurs de risque à la fois pour l'asthme nocturne et le RGO. Modifier son régime alimentaire et faire suffisamment d'exercice peut aider à soulager ces deux affections et à améliorer son sommeil.
  • editor_meta_bo_img_86b1281568c17e2b218c7ea492dc734f.png Traiter le RGO : comme mentionné précédemment, le RGO peut contribuer à l'asthme nocturne. Un traitement spécifique du RGO peut aider, notamment en évitant les aliments riches en graisses saturées ou en acides (viandes grasses, aliments frits, café, thé, aliments épicés, jus d'agrumes) et/ou en utilisant des médicaments en vente libre comme Prilosec ou Tums. Veillez à consulter votre médecin avant de commencer tout nouveau médicament ou régime.
  • editor_meta_bo_img_8bc54d36f4fea5b4b56e04141cde4db9.png Arrêtez de fumer : on sait depuis longtemps que le tabagisme irrite les voies respiratoires et aggrave l'asthme. Il existe un certain nombre de produits pour vous aider à arrêter de fumer, comme les gommes, les patchs ou les pastilles à la nicotine, dont beaucoup sont couverts par l'Assurance maladie.
  • editor_meta_bo_img_16a44daaa3ccbe88d11e1c9ecf92f7ec.png Éliminez les allergènes : les acariens présents dans vos oreillers ou votre matelas peuvent déclencher une crise d'asthme. Veillez à laver régulièrement votre literie et à faire dormir vos animaux domestiques en dehors de votre chambre si vous êtes allergique.
  • editor_meta_bo_img_3ab14b02909b6b1930415f3c321ff15f.png Régulez la température de votre environnement de sommeil : selon l'endroit où vous vivez et la période de l'année, la température peut baisser de manière significative pendant la nuit. Pour réguler la température, assurez-vous que votre environnement de sommeil est bien isolé, que les fenêtres et toute source de courants d'air sont fermées, et essayez d'utiliser un humidificateur pour augmenter l'humidité si l'air est sec.
  • editor_meta_bo_img_c89367d107cb5a87f975649ce24d18c8.png Réduisez le stress psychologique : le stress peut contribuer aux crises d'asthme. Pour le réduire, il faut travailler avec un professionnel de la santé mentale et/ou utiliser des techniques de relaxation comme la méditation, la respiration profonde, le yoga ou même la rédaction d'un journal. Si vous souffrez d'un trouble clinique comme la dépression ou l'anxiété, certains médicaments peuvent vous aider.



Cet article vous a-t-il été utile ? Êtes-vous concerné par l'asthme nocturne ?

Partagez vos réflexions et vos questions avec la communauté dans les commentaires ci-dessous !

Prenez soin de vous !


avatar Courtney Johnson

Auteur : Courtney Johnson, Community manager UK et US

Courtney est responsable de la communauté pour les plateformes britannique et américaine de Carenity. Son rôle est de faciliter les discussions et de répondre aux questions des membres... >> En savoir plus

Commentaires

Vous aimerez aussi

Une nouvelle biothérapie pour l’asthme modéré à sévère

Asthme

Une nouvelle biothérapie pour l’asthme modéré à sévère

Lire l'article
Le diagnostic de l'asthme raconté par les membres Carenity

Asthme

Le diagnostic de l'asthme raconté par les membres Carenity

Lire l'article
Coronavirus et asthme : l'expérience d’un patient

Asthme

Coronavirus et asthme : l'expérience d’un patient

Voir le témoignage
Gérer son asthme grâce à des méthodes naturelles

Asthme

Gérer son asthme grâce à des méthodes naturelles

Voir le témoignage

Fiche maladie