Chiffres clés de la dépendance aux drogues

Même si une majorité de la population française estime que les drogues comportent des risques sur la santé et ce dès la première consommation, on retrouve des jeunes hommes qui les consomment. La dépendance aux drogues varie en fonction du type de drogue dont on parle, parmi ces drogues, le cannabis semble la drogue la plus courante.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Le cannabis est une des drogues les plus couramment consommées. Elle est connue sous diverses appellations comme marijuana, herbe, hachisch ou encore joint. Sa consommation stimule la production de dopamine et entraine un sentiment de plaisir. C’est pourquoi de nombreuses personnes sont attirées par sa consommation et sous-estiment le risque de dépendance qui lui est liée.

Ainsi, en 2012 on estimait à 41,5% le nombre de jeunes âgés de 17 ans ayant testé le cannabis. Les fumeurs réguliers de cannabis parmi ces mêmes jeunes s’élevaient à 6,5%. Chez les 18-64 ans, la consommation est élevée également puisque 32,8% d’entre eux ont déjà testé le cannabis.

Ces chiffres illustrent bien que la consommation de drogues, et en particulier celle du cannabis, semblent de plus en plus banalisées.

Pourtant la société dans son ensemble semble réaliser les dangers du cannabis, puisque 60% des 15-75 ans considèrent que le cannabis comporte des risques et ce dès la première consommation.

Chiffres sur la dépendance aux drogues dures

Pour ce qui concerne les drogues dures (héroïne, cocaïne, ecstasy, LSD…), leur consommation est moins répandue chez les jeunes que chez les adultes.Mais pour toutes les catégories d’âges confondues, la consommation ne reste pas absente de conséquences.

Pour les jeunes âgés de 17 ans en 2012, 3% d’entre eux affirment avoir déjà consommé une fois de la cocaïne, 0,9% essayé l’héroïne et 2,7% expérimenté l’ecstasy. Chez les adultes, ceux qui ont testé la cocaïne sont au nombre de 3,8%, contre 1,2% pour l‘héroïne et 2,7% pour l’ecstasy.

Les conséquences liées à cette consommation de drogues dures peuvent être dramatiques. On recensait en 2012 le décès de 365 personnes des suites d’une overdose et de 39 personnes des suites du sida. En effet, chez les consommateurs de drogues, les porteurs du VIH étaient au nombre de 7,2% en 2012. Cela s’explique par le fait que la transmission du sida se fait souvent via l’échange de seringues.