anonymous avatar
Posté le 26/07/2016 à 18:46
Bon conseiller

Bonjour , 

Est-ce que l'un d'entre vous se souvient avoir contractéla mononucléose infectieuse (MNI ou maladie du baiser) dans les mois ou années précédant votre diagnostic de SEP ?

C'est une maladie provoquée par le virus d'Epstein Barr (EBV) qui est un virus appartenant à la famille des virus de l'Herpès , et qui peut ressembler à une grosse angine qd elle apparaît , avec  fièvre , une grande fatigue , des ganglions , douleurs musculaires et ou articulaires... Elle ne se soigne que pour ses symptômes 

Je voudrais ainsi avoir une idée de la corrélation possible ... Vous savez qu'un groupe de virus est souvent isolé ds le LCR des patients atteints par la SEP , mais je m'intéresse à celui-ci en particulier  le virus EBV qui reste ensuite "en sommeil" dans un ganglion lymphatique , et dont les Ig mémoire qui l'ont combattu sont des Lympho B  spécifiques passant ds le cerveau lors de la SEP !

Aujourd'hui l'anti-corps monoclonal anti LyB  = Rituximab à action immunosuppressive (dont l'article ci-dessous parle en 2012 ) est utilisé ds le traitement de la SEP SP ! Déjà utilisé depuis plusieurs années pour d'autres maladies auto-immunes comme le lupus ou la polyarthrite ... avec le seul risque infectieux lié...

Merci d'avance pour vos réponses

Sclérose en plaques: la relation entre le virus d'Epstein-Barr et les lésions cérébrales mise pour la première fois en évidence Le soupçon que le virus d'Epstein-Barr (VEB) puisse causer la sclérose en plaques (SEP) existait depuis longtemps. Des chercheurs en neurologie ont maintenant découvert le VEB dans le cerveau de personnes décédées de la SEP. Il semblerait que le VEB atteigne le cerveau grâce aux lymphocytes-B qui font partie des globules blancs. Les chercheurs en ont donc déduit que des substances efficaces contre les lymphocytes-B le sont aussi contre la SEP.   Le virus d'Epstein-Barr
(VEB) puisse causer la SEP  

Environ 95% des humains sont infectés au cours de leur vie par le virus d'Epstein-Barr (VEB), selon les chercheurs publiés dans la revue scientifique Neurology.

De vieilles études effectuées sur les facteurs de risque de la SEP avaient supposé que le VEB (de la famille des virus de l'Herpès) joue un rôle dans la SEP. Si une infection par le VEB a lieu durant la petite enfance, elle est souvent sans conséquence.

Une infection par le VEB plus tard dans l'enfance ou durant l'adolescence augmente par contre de dix fois le risque de souffrir plus tard de la SEP. Tomber malade au même âge de la mononucléose (maladie aussi due au VEB) augmente même ce risque de vingt fois. Mais de nouveau, si cette infection a lieu durant la petite enfance, elle reste normalement sans conséquence.

Comme des experts l'avaient publié en 2007 dans le journal Annals of Neurology, le VEB, parmi plusieurs candidats, était le plus sérieusement considéré pour être le déclencheur de la sclérose en plaques. Le VEB attaque les lymphocytes-B (de la famille des globules blancs) et y dépose ses gènes. Il ne s'y reproduit pourtant pas. Une infection par le VEB reste dans ce cas inactive, mais présente à vie dans le corps. Pour le considérer définitivement comme le déclencheur de la SEP, il manquait jusqu'à maintenant la preuve de sa présence dans le cerveau lésé des patients de cette maladie.

Les derniers résultats d'une chercheuse en neurologie de la Queen Mary University de Londres apportent aujourd’hui cette preuve. Cette chercheuse a découvert le VEB dans le cerveau lésé de dix patients décédés de la SEP. Le virus d'EB même n'était pas actif, mais semblait avoir causé des processus inflammatoires qui peuvent avoir mené à la SEP. L'experte suppose que le VEB est arrivé dans le cerveau grâce aux lymphocytes-B.

De plus, la scientifique a pu lors d'une expérience en laboratoire créer les protéines inflammatoires produites par les cellules infectées par le VEB.
Si cette hypothèse est correcte, les médicaments, qui atténuent les cellules-B infectées par le VEB, devraient aussi aider à traiter les maladies auto-immunes telles que la SEP.

Dans une première étude pilote, une substance, qui atténue spécifiquement les cellules-B actives et qui est déjà utilisée contre le cancer, a montré des résultats prometteurs. Il s'agit d'un anticorps monoclonal (le rituximabe) qui va maintenant être observé dans des études cliniques pour le traitement de la SEP.

Une étude précédente datant de 2000 avec le même médicament avait montré une nette réduction des poussées de la SEP. Les chercheurs avaient alors déclaré que leurs résultats devaient encore être confirmés par de plus grosses études.

Neurology 2012
anonymous avatar
Posté le 28/07/2016 à 10:30
Bon conseiller

Bonjour  , je fais remonter  pour juste avoir une réponse des patients SEP ..... oui ou non avez vous contracté une MNI les années précédant votre diagnostic de SEP ? 

Bonne journée

anonymous avatar
Posté le 15/08/2016 à 16:23
Bon conseiller

salut

[edit] j ai eu le zona vers 16-17 ans.

j'ai déjà contracté la MNI à 18,5 ans, puis les premières signes de la SEP à 19,5 ans (juste 2-3mois avant de se faire vacciner contre l'hépatite B, mine de rien).

J'ai maintenant plus de 20 ans de sep avec moi.

Lors d'un séminaire SEP à Vannes en 2016, j'ai appris justement qu'officiellement (enfin!), une étude montre qu'il y a bien un lien entre la MNI et l'apparition de la SEP, en plus de la carence en vitamine D (parmi les facteurs déclenchants).

Bonne journée ensoleillée

anonymous avatar
Posté le 15/08/2016 à 17:31
Bon conseiller

pour info mononucléose infectueuse avec troubles méningés à 23 ans ,sep diagnostiquée à 45 ans sous traitement avonex puis copaxone depuis 7ans. Mon parcours de santé accréditerait manifeste ment ce que vous avançait à propos de la Sep. Cordialement

anonymous avatar
Posté le 15/08/2016 à 18:18
Bon conseiller

Merci à vous deux pour ces réponses @TexAvery  & @Chris46  , trop  peu nombreuses ... à savoir que pour ces patients là l'AC monoclonal Rituximab (immunosupresseur) serait donc particulièrement indiqué .... dans le traitement de fond de leur SEP et surtout si elle est évolutive progressive (1 ou 2 ) et active

anonymous avatar
Posté le 15/08/2016 à 19:05
Bon conseiller

Bonjour,

Diagnostic récent (2014) pour la SEP mais j'ai moi aussi contracté une mononucléose infectieuse au début des années 90.

J'ignore où en sont précisément les recherches à ce sujet mais cela semblait effectivement une piste sérieuse.  Je vais regarder si d'autres pays avancent sur ce sujet.

Belle journée à tous.

anonymous avatar
Posté le 15/08/2016 à 19:53
Bon conseiller

Si g créé ce sujet , c'est bien évidemment parce que g moi-même fait une MNI à l'âge de 14 ans , quand même 15 ans avant l'apparition de ma 1ère poussée ... mais peut-être aussi que durant ces 15 ans de nombreux signes sont passés inaperçus car sportive puis ensuite et très occupée par mon job et mes études , mes bébés la vie quoi ! ça fait 24 ans que g eu ma 1ère poussée et tranquille durant 11 ans puis 3ème et dernière grosse poussée il y a 4 ans , là en progressive secondaire depuis ... mais la recherche a bcp progressé , et maintenant on exploite vraiment sur bcp de fonts différents :

les multiples facteurs potentiellement causaux

la mise en route des réponses et armes redoutables contre certains de ces facteurs avec des traitements ralentissant la progression et/ou la dégénérescence , calmant l'inflammation,

la réparation et régénération

 on est vraiment pas loin du but , ça j'en suis convaincue !

anonymous avatar
Posté le 15/08/2016 à 20:42
Bon conseiller

Je suis tombée il y a un peu plus de 10 ans déjà sur un article parlant de ça, comme quoi le virus d'Epstein Barr serait "peut-être" une des causes de la SEP. J'ai donc demandé à mon médecin qu'il me fasse faire une prise de sang pour en savoir plus. Effectivement, selon le laborantin, j'ai bien eu, il y a des années, ce virus. Donc ..... A l'époque c'est passé inaperçu, enfin j'ai au un ganglion au niveau du cou qui a disparu le jour du rdv pour prélèvement, c'était fin 70, je n'avais même pas 10 ans et la SEP s'est réveillée à mes 19 ans 

anonymous avatar
Posté le 15/08/2016 à 23:14
Bon conseiller

J'ai eu une mononucléose infectieuse a 20 ans et le diagnostic de ma sep a 46 ans. Lors de ma mni j'ai eu une angine blanche ét une fatigue importante.. D'après ma neurologue  il y aurait un lien possible entre la mni ét la sep( même virus..) Pour ma part après avoir réfléchi  et évaluer moi même mon passé sur ma santé j'ai pu constate que l'année précédente ou mes troubles de l'équilibre  ét la fatigabilité à la marche sont apparus j'ai été tranfuse de 3 CG ét je me suis faite vacciné contre la grippe : 2 chocs immunologiques... Je pense responsable de ma sep..!!

Et d'après les neurologues chez les sepiens il y a une prévalence plus élevée de personnes ayant eu la MNI que la population générale...!!

anonymous avatar
Posté le 15/08/2016 à 23:15
Bon conseiller

Je disais la vaccination contre la grippe A

Rejoignez les 136 000 patients

inscrits sur la plateforme

Rejoindre

C'est gratuit