https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/sclerose-en-plaques.jpg

Patients Sclérose en plaques

SEP et sexualité : posez vos questions à nos experts !
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Moi ma libido est complétement à zéro mais je pense que c'est normal car en plus de la SEP , je fais de la dépression et donc pour  me remettre je prends un médicament ( Effexor ) et je vis toute seule donc plus aucun désir sexuel !!!!

SEP et sexualité : posez vos questions à nos experts !
Membre Carenity
Posté le

Sexualité très difficile pour moi. Et lorsque nous réussissons à avoir un rapport, j'ai lors de l'éjaculation des crampes violentes des jambes et des spasmes.

Le cialis ou le viagra ne marchent que très modérément. J'aimerai bien essayer le Vitaros et je souhaiterai avoir votre point de vue.

SEP et sexualité : posez vos questions à nos experts !
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué si arrêter était nocif les moines et nonnes ne seraient pas aussi joviaux et juvéniles passé 90 ans.

Ce qui rend malade et tue c'est le manque d'amour qu'on donne, la tristesse et l'avarice.

C'est pas l'absence de sexe. Il faut cependant faire circuler les bonnes énergies et savoir partager du bon temps pour une physiologie salutaire.

Mais je ne suis pas docteur et j'ai la SEP, malgré mapratique (je suis laïque pas nonne, mais j'aime pas le sexe pour tous ses aspects contraignants et conséquences). Une extase méditative vaut mille orgasmes. Et on en demeure bien plus disponible sans partialité.

Cependant, plus tôt on commence plutôt on en récolte les fruits car une fois une habitude prise pour la changer c'est du boulot. C'est pour ça qu'on est malades parce qu'il est trop tard pour tirer les sonnettes d'alarme.

Une vie épanouie suffit à une bonne santé.

Après chacun est different.

SEP et sexualité : posez vos questions à nos experts !
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué pas besoin d'être en dépression pour avoir la libido à zéro. La fatigue suffit. Ce qui est signe de dépression c'est plutôt l'instabilité émotionnelle ou l'absence de projet (ou leur pléthore). 

Il y a deux formes, deux façons d'être déprimé, le mieux est d'en parler avec ton psy. La cyclothymie est un signe.

Encore je ne suis pas psy mais j'ai la SEP.

SEP et sexualité : posez vos questions à nos experts !
Membre Carenity
Posté le

@sweety

J'utilise l'Edex avec succès. J'ai essayé le Vitaros car je trouvais sympa d'éviter les piqûres. 3 essais, 3 échecs ! même avec l'aide mon infirmière car la manip est compliquée seul et avec des mains ankylosées par la SEP. J'en ai parlé à ma pharmacienne et je n'étais pas le premier à se plaindre de son inefficacité. Mais bon, çà valait le coup d'essayer 

SEP et sexualité : posez vos questions à nos experts !
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Nous sommes tous pareille presque..Ça fait longtemps pour moi..

Nous avons chacun notre lit maintenat il disait avoir de la misère a dormir il m'attendais me plaindre.

alors voila 

loumars..

SEP et sexualité : posez vos questions à nos experts !
1

Membre Carenity
Posté le

Cela me rassure un peu, d'avoir les témoignage, car moi aussi plus de libido depuis des années, pour moi je ne suis plus une femme avec ses désirs j'ai l'impression d'être morte de l'intérieur.

SEP et sexualité : posez vos questions à nos experts !
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Merci Detchen , j'avais déjà l'intention d'aller voir un psy !

SEP et sexualité : posez vos questions à nos experts !
Membre Carenity
Posté le

Ma libido est en chute, la difficulté dans les positions mêmes simples sont difficiles et routinières. Que faire ? La sécheresse vaginale est encore plus grande. Que faire ?

SEP et sexualité : posez vos questions à nos experts !
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

@pseudo-masqué ayant fait psycho cognitive moi même à la fac, je préfère aller voir un psychiatre qui s'y connaît aussi en matière médicale et surtout d'interactions entre médocs car il y a dans cette salade de fruit jolie jolie de la maladie : notre vécu, notre être, notre traitement et nos relations passées et présentes, qui interagissent avec notre état du moment dans l'expérience et la réalité objective et subjective de la maladie chronique qu'est la SEP.

La chronicité et l'aspect multifacette et invisible pour autrui de la maladie (jusqu'à ce qu'on nous voit boiter, en fauteuil ou bagayer ou comprendre de travers ce qu'on nous dit ou oublier le nom de la perse qu'on vient pourtant de saluer, par exemples).

Dans tout ça franchement, le sexe, rien à foutre !

@loumars maintenant que tu le dit, je poserai la question à mon mari, on fait chambre à part depuis plus longtemps que le diagnostic, mais du fait que j'étais entrée en retraite chez soi. Maintenant ilvdit que c'est à causz de la voisine en bas qui hurle et nous reveille plusieurs fois par nuit. Moi je mets des bouchons d'ipod pour etre reveillee par ce que je veux.

Mais souvent je l'ai entendu dire à des personnes (comme si en plus j'étais sourde en plus mais ce n'est pas le cas) "c'est  une maladie horrible, c'est insoutenable de la voir souffrir sans pouvoir rien faire". Ça va ce n'est pas moi l'horreur lol c'est la maladie :))

Franchement, je ne vois pas comment il peut savoir si je souffre ou pas, je n'ai pas ce sentiment de souffrir, si j'ai certes des douleurs maintenant avec les médocs je gère.

Mais par rapport au sexe, y'a pas que la SEP, la SEP c'est juste une cerise sur le gâteau de cette vie.

Donc oui je ne me prive pas de psy.