flag fr
flag en flag es flag de flag it flag us
/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Hépatites et maladies du foie

aucune réponse

34 lectures

Sujet de la discussion

2
anonymous avatar Membre Carenity • Animatrice de communauté
Posté le
Bon conseiller

Le dosage des transaminases, lors d'une simple prise de sang, permet de dépister une inflammation, témoin de la progression d'une pathologie hépatique.

prise-de-sang

La mortalité due aux maladies du foie, notamment aux cancers, ne cesse d'augmenter dans le monde alors qu'il est possible d'agir en amont et d'empêcher cette évolution fatale. C'est le message délivré par le professeur Patrick Marcellin, fondateur et organisateur de la Paris Hepatology Conference, le 11e congrès annuel international sur les maladies du foie qui réunit à Paris aujourd'hui et demain plus de 1 000 experts. Ce spécialiste appelle à la mise en place urgente de mesures à grande échelle pour enrayer la mortalité de ces maladies et plaide pour le dépistage par un dosage systématique des transaminases lors des examens de routine.

Les estimations mondiales actuelles sont impressionnantes et sans doute en dessous de la réalité : 844 millions de personnes sont atteintes de maladies du foie et 2 millions en décèdent chaque année. À titre de comparaison, précise dans le communiqué du congrès, le diabète – dont on parle bien plus – touche 422 millions d'individus et en tue 1,6 million par an. La cirrhose et le cancer sont les stades ultimes des pathologies chroniques du foie. C'est en Afrique et en Asie qu'elles font le plus de ravages, en raison de la difficulté à accéder aux traitements, mais nulle région du globe n'est épargnée.

Une simple prise de sang

Troisième cause de décès liés au cancer, les tumeurs malignes du foie sont à l'origine de 49 000 morts par an en Europe (692.000 dans le monde). En France, chaque année, près de 9 000 nouveaux cas de cancer hépatique sont diagnostiqués conduisant au décès trois fois sur quatre. La prise en charge est souvent trop tardive et les médecins ne peuvent alors proposer que des soins palliatifs, ce qui explique et taux de survie à 5 ans estimé à 10 % seulement. Quant à la prévalence de la cirrhose, elle augmente également dans notre pays : les derniers chiffres suggèrent que 700.000 personnes en seraient atteintes. "Dépister tôt une maladie du foie est impératif pour prévenir l'évolution vers un cancer et seule une prise en charge précoce des tumeurs hépatiques malignes peut permettre d'envisager une guérison", martèlent les spécialistes.

La solution est à portée de main puisqu'il suffit d'une simple prise de sang, pour doser les transaminases. Un taux élevé de ces enzymes constitue un indicateur fiable de l'inflammation, qui est le mécanisme central responsable de la progression des maladies hépatiques. Toute augmentation, même minime, doit alerter même si la corrélation avec la sévérité de la pathologie n'est pas parfaite.

Cet examen bon marché et disponible partout est le meilleur moyen pour dépister précocement une maladie du foie, quelle qu'en soit la cause. Ensuite, le stade de l'affection peut être déterminé par des examens complémentaires. Pendant son congrès, le Pr Marcellin veut absolument "sensibiliser le public, les professionnels de santé et les autorités de santé publique pour encourager la mise en place de politiques efficaces afin de diminuer la mortalité liée aux maladies du foie à court et à long terme".

Source : Le Point

icon cross

Ce sujet vous intéresse ?

Rejoignez les 175 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme