«
»

Top

Dépression : "N'ayez pas honte de vivre avec une dépression, c'est normal de demander de l'aide !"

Publié le 9 mars 2022 • Par Courtney Johnson

Charding8290, membre de la communauté Carenity aux Etats-Unis, vit avec la dépression depuis qu'elle est toute petite. Bien que ce soit encore une bataille qu'elle mène chaque jour, elle nous raconte comment elle s'efforce de briser la stigmatisation associée à la maladie mentale et de faire savoir aux gens qu'ils ne sont pas seuls !

Découvrez vite son histoire !

Dépression :

Bonjour charding8290, vous avez accepté de témoigner pour Carenity et nous vous en remercions !

Tout d'abord, pourriez-vous nous en dire plus sur vous ?

J'ai 60 ans et je vis à Bowie, dans le Maryland. J'ai 3 enfants adultes : 2 fils de 39 et 37 ans, et une fille de 31 ans. 

Je ne travaille plus ; je suis en invalidité totale mais, avant cela, j'étais enseignante en maternelle. Mes passe-temps sont la lecture et les jeux d'ordinateur. J'aime aider les autres, alors je fais du bénévolat et je suis membre de plusieurs ministères dans mon église.

Pouvez-vous nous dire comment la dépression est entrée dans votre vie ? Quels ont été les premiers signes ou symptômes que vous avez ressentis ? Qu'est-ce qui l'a déclenchée ? 

Honnêtement, je ne sais pas exactement quand la dépression est entrée dans ma vie, mais j'ai l'impression d'y être confrontée depuis l'âge de 10 ans environ. 

Le déclencheur a été et est toujours les commentaires négatifs de ma mère et de mes frères et sœurs : "Je n'arriverai jamais à rien, je ne vaux rien, je n'étais pas désirée", etc. 

Je me souviens que je n'ai jamais été heureuse, que je me renfermais sur moi-même, que j'ai commencé à boire à l'âge de 11 ans et que j'ai eu de nombreuses pensées suicidaires. 

Comment avez-vous été diagnostiquée ? Quel(s) médecin(s) avez-vous consulté ? Quel(s) diagnostic(s) vous a-t-on donné ?  

En 1986, ma voisine m'a trouvée recroquevillée sur mon canapé, pleurant de façon incontrôlable, incapable de parler, elle a appelé son médecin qui lui a dit de m'emmener immédiatement aux urgences. 

Aux urgences, le médecin a dit que je devais être admise dans le service psychiatrique. Le lendemain matin, on m'a fait passer un MMPI (inventaire multiphasique de personnalité), et le psychologue m'a posé le diagnostic de dépression clinique (connu aujourd'hui sous le nom de dépression majeure ou trouble dépressif majeur, TDM).

Pouvez-vous nous parler de l'impact de la dépression sur votre vie personnelle ou professionnelle ?

Comme je l'ai déjà dit, j'ai commencé à boire à l'âge de 11 ans, et j'ai vite découvert que c'était un moyen d'atténuer la douleur, et c'est donc rapidement devenu un mode de vie pour moi.

L'école était plutôt floue jusqu'au lycée, c'est-à-dire que je me trouvais dans l'enceinte de l'école mais je n'allais pas en cours. J'apportais du rhum avec moi le matin, j'achetais une canette de coca, puis j'allais dans les toilettes me préparer un rhum et un coca car la peine était si dure…

À 18 ans, j'ai rencontré un homme dans un bar et j'ai emménagé avec lui juste pour m'éloigner de ma mère. Un an plus tard, nous nous sommes mariés. Environ 5 ans plus tard, il a décidé qu'il ne voulait plus être marié et m'a quittée, me laissant avec deux fils de moins de 5 ans, sans argent, sans moyen de transport (à 8 km du magasin le plus proche) et des placards presque vides.

J'ai été sans domicile fixe et victime d'un viol, qui m'a mise enceinte de ma fille. Ma mère a prétendu que je n'avais pas été violée parce qu'apparemment "aucun homme ne va violer une femme comme ça". 

J'ai perdu la garde de mon plus jeune fils au profit de ma sœur, qui l'a d'abord pris pour m'aider après la naissance de ma fille. Après plusieurs mois, elle m'a dénoncée comme une mère indigne et a voulu que le tribunal me retire mon fils et ma fille. Heureusement, le juge n'était pas d'accord avec elle. 

J'ai encore tellement de douleur, une douleur si profonde, qui a été enfouie pendant tant d'années et j'ai encore des pensées suicidaires. Chaque jour, je dois lutter pour sortir du lit. Je me bats avec tout - je dois me lever et sortir de la maison parce que si je ne le fais pas, je vais m'enfoncer. 

Votre dépression a-t-elle un impact sur vos relations avec votre famille et vos amis ? Comprennent-ils votre dépression ? Vous sentez-vous soutenue ? 

Ma famille (ma mère, avant son décès, et mes frères et sœurs) ne comprend pas du tout ma dépression. Ils ne pouvaient pas l'accepter lorsque j'ai été officiellement diagnostiquée, estimant que je devais "m'en sortir" parce que je faisais honte à la famille

Mon fils et ma fille comprennent et me soutiennent beaucoup. En fait, ils sont mon roc et m'aident à tenir le coup chaque jour

Je me sens quelque peu soutenue par mes amis, mais j'ai fait l'expérience de la stigmatisation et j'ai entendu des commentaires disant que si je priais, je ne serais pas déprimée ou que si je croyais vraiment en Jésus, je n'avais aucune raison d'être déprimée. 

Autour de moi, on me demande ce qu'on peut faire pour m'aider, et j'ai répondu "appelez-moi et prenez de mes nouvelles, invitez-moi à prendre un café ou à déjeuner, etc". Je pense que c'est parce que les gens ne comprennent pas bien la dépression, alors j'essaie toujours de trouver des moyens de les aider à mieux comprendre. 

Vous a-t-on prescrit des médicaments ? Si oui, en êtes-vous satisfaite ? Depuis combien de temps les prenez-vous ? 

Oui, je prends actuellement 300 mg de Bupropion chaque matin et 50 mg de Quetiapine chaque soir. Je prends ces médicaments depuis environ deux ans, la dose a été augmentée plusieurs fois, mais comme j'ai toujours autant de mal, je me demande s'il ne faut pas l'augmenter à nouveau ou changer d'antidépresseur. 

Avec la quétiapine, si je ne la prends pas, je n'arrive pas à dormir du tout. Il a fallu plusieurs médicaments différents pour en trouver un qui m'aide à dormir. Et même si je me réveille pendant la nuit, je suis capable de me rendormir, de sorte que j'ai maintenant au moins 5-6 heures de sommeil au lieu d'environ 2 heures. 

Avant cela, j'ai pris d'autres antidépresseurs, le premier étant l'imipramine lorsque j'étais à l'hôpital, le seul autre dont je me souvienne étant le Prozac

Voyez-vous un médecin ou un professionnel de la santé mentale ? Que pensez-vous de leurs soins ?  

Jusqu'à récemment, je voyais un infirmier praticien en santé mentale psychiatrique (PMHNP) pour mes médicaments et un psychothérapeute. 

J'essaie de trouver quelqu'un de nouveau parce que ma thérapeute est d'abord partie en congé maternité pendant 6 mois, puis est revenue pendant environ un mois, et ensuite sa mère est décédée. Elle m'a dit qu'elle prenait du temps pour elle, ce que je comprends parfaitement, mais elle m'a promis qu'elle reviendrait et qu'elle ne quitterait pas la clinique. 

J'avais établi une très bonne relation avec elle, alors j'ai attendu d'avoir des nouvelles. Après une longue attente, j'en ai parlé à mon infirmière psychiatrique, qui m'a assuré que ma thérapeute allait revenir. Ma dernière séance avec ma thérapeute a eu lieu en juillet et à ce jour, je n'ai toujours pas de nouvelles. 

Cela a été très difficile pour moi car, comme beaucoup d'entre vous le savent, il peut être très difficile de trouver un bon thérapeute, celui que j'ai eu avant celui-ci m'a dit que je devais simplement "penser à des gâteaux et à des arcs-en-ciel" ! Mais celle-là était géniale ; j'ai construit une très bonne relation avec elle et puis, comme ça, elle est partie sans me prévenir ni me donner d'explication. 

Mon infirmière s'est arrangée pour que je voie un autre thérapeute à la clinique, mais après deux séances, je savais que ça ne marcherait jamais. La douleur que je ressens à cause de tout cela ne cesse de croître, le fait d'être abandonnée comme ça et le fait qu'on m'ait menti ont rendu très difficile la recherche d'un nouveau thérapeute. 

Comment allez-vous maintenant ? Quels sont vos projets pour l'avenir ?

Je lutte encore tous les jours - c'est pourquoi je fais tant de bénévolat à mon église, cela m'aide à m'en sortir. 

J'habite actuellement dans une chambre chez un ami, mais j'ai vraiment, vraiment, vraiment envie d'avoir mon propre logement, alors j'y travaille et je cherche un nouveau thérapeute. 

Que pensez-vous des communautés de patients en ligne comme Carenity ? Êtes-vous en mesure de trouver des conseils et du soutien ?

J'aime vraiment faire partie de communautés comme Carenity parce que vous pouvez établir des relations et bénéficier du soutien d'autres personnes qui comprennent parfaitement ce que vous vivez au quotidien

Enfin, quels conseils donneriez-vous aux autres membres de Carenity qui vivent avec la dépression ? 

Mon principal conseil est de ne pas avoir honte de vivre avec une dépression. C'est une maladie que l'on ne choisit pas d'avoir, mais elle n'est pas contagieuse. Et oui, vous pouvez faire les choses de tous les jours, vous pouvez rire et vous amuser tout en étant déprimé, alors ne laissez pas les autres vous dire le contraire. 

Un dernier mot ?

Il y a environ 8 ans, j'ai partagé mon histoire pour la première fois en public lors d'une conférence où je ne connaissais que deux personnes. Depuis, je partage mon histoire chaque fois qu'on me le demande, non seulement parce que cela m'aide (c'est le cas), mais aussi parce qu'on ne sait jamais qui est assis dans le public et qui a besoin d'entendre qu'il est normal d'admettre que l'on vit avec une dépression et qu'il est normal de demander de l'aide. Et plus important encore, on découvre bien souvent que l'on est pas seul !

La seule façon d'éliminer la stigmatisation est de s'exprimer, alors allez-y et partagez votre histoire ! 


Un grand merci à Charding8290 pour avoir partagé son histoire sur Carenity !

Ce témoignage vous a-t-il été utile ?  
 
Cliquez sur J'aime et partagez vos réflexions et vos questions avec la communauté dans les commentaires ci-dessous !   
 
Prenez soin de vous !   
11
avatar Courtney Johnson

Auteur : Courtney Johnson, Rédactrice Santé

Courtney est créatrice de contenu chez Carenity et se concentre sur la rédaction d'articles santé. Elle a une appétence toute particulière pour les thèmes de la nutrition, du bien-être et de la... >> En savoir plus

4 commentaires


louisatichat
le 10/03/2022

bonjour

j aime beaucoup a peut de chose prés se serais ma vie mes j ai du mal a parler de se que je ressent après 3 psychologues ses toujours l angoisse j ai peur de tous et de rien resament deux de nos enfant se sont disputé méchamment et ses difficile pour moi des que je les voit ou que nos autres enfant arrive ses mes nerfs mes angoisse qui remonte.

après avoir surmonté les ( mes parent on divorces en 72 j avais 7 ans) et depuis j en prend plein la figure tu ressemble a ta mère façons dite je le ressent comme une bêtise,ta les yeux de ta mère tu ne te matiras jamais, qui voudrais d une trainer, dans la rue je longés les mur jetais mal. mon père(on étais six frère et sœur nous laissais chez ma grand mère qui avais encore un fils chez elles. inceste a commence je ne savais quoi faire avec un de mes frère qui ma protéger et ma aider a allez de lavant il ma cacher 3 jour une fugue a 7 personne ne s inquiètes quant je suis sortie de ou j étais je suis allais voir ma grand mère je lui et dit se que mon oncle me faisais elle ma grondés en me disant que c étais méchant de raconté cela que ses pas parce mes parent divorces que l on doit dire des bêtises mon frères étais dans la pièces il sens croyais pas ses oreilles le soir mème mon oncle ma dit viens et mon frères a dit non du haut de ses 9 ans ses notre sœur elle risque rien avec nous. quelque jour après ma grand mère nous renvoyés chez nous insecte a continué avec mon plus vieux frères qui avais seize ans il ma dit comme tonton personne ne te croiras je me sentais coincés mes deux sœur plus âgés 16 et 18 ne me parlés pas je ne savais mème plus qui étais ma mère ou mes sœur. plus tard j ai étais violé , et j ai dit stop sa suffit j avais 14 ans et j ai dit a mon je vais le dire a papa on verras sil me crois pas j aurais essaye je lui et dit il et rentrés dans une colère folle et ma dit tes comme ta mère sa ma blessais a un point je le revoie sent cesse me le dire , malheureusement il avais un cancer nous avons étais mis a l écart pour ne pas nous perturbé il et décédés peut de temps après je nais j' a mais pus lui dire le vrais du faut alors j ai pris mon courage a deux mains je suis allais au commissariats de notre ville et l heure et raconté tous il ont rie et mon dit tes comme ta mère et ta sœur vas on n'as pas le temps a partir de se jour je me suis sentis tellement salle que toute pensais négatif étais pour moi encore aujourd’hui du haut de mes 56 ans je me sent mal , les geste des gens ,le regard, les mots, j ai fait ma vie comme j ai pue avec mon époux avec qui j ai tout fait surtout le garder on a eu 9 superbe enfant 5 fille et 4 garçons.

j ai a prie très taux a mes enfant les geste a ne pas accepté faire attention ses de famille pour moi ses génétique car beaucoup plus tard j ai appris que mes sœur étais passé par la et on ma dit et alors on n'a s'urvecue jamais mes fille sont allais dormir chez leur oncles et tante encore moins les garçons, j ai surveillés mes nièces mes neveux malheureusement l un deux y a eu droit et ma sœur lui a dit on la toute vécue ses bon il ses enfuit de chez lui a 18 ans et venue me voir et ma demander je fait quoi vas portais plaintes se qu il a fait la personne na pas étais poursuivie car non les enfant sa ment toujours.

on se parle de temps a autre il a fait sa vie a eux 2 enfant et a divorce il a ouvert sa boite ou mes fils travail avec et sa vas les souvenir lui revienne il boit et sa passe.

tous cela pour dire il faut croire un enfant tous au moins vérifiers ses dire pas en disant les adulte ne mente pas ses faut il sont les premiers. qu'ont ne croie pas, que l on écoute pas,qu ont envoie promener, qui et critiquer ,dégradais,rabaissais devent les gens sa le perturbe a vie.

je suis toujours sous calment plus ou moins fort ma vie avance et comme vous dites il faut redoublés d'éffort pour se levais le matin ,pour sortir, mes fille mon prie un chien il faut le sortir, d autre petit chose qui vous aides.

PS un jour une dame ma dit vous avais toujours le sourire et vous allais toujours bien oui ?il vous arrive d étres mal j 'éttais en colére la facons dont elle ma parler je lui et dit non je vais pas bien et lui et quelque petit passage bon bon je veut pas savoir ses votre vie elle ma répondus; fallait pas me le demande quelque jour après je me suis excusés et ont ses reparlé et ma dit que si je voulais sortir ou parlais elle étais la ,sens et restés la.


broca75
le 10/03/2022

Quand on cumule tous les savoirs actuels , on sait que cette perte d energie parfois enorme est plurifactorielle.A partir de la :***soit on traite qu avec des AD et souvent on ne trouve pas le bon tout de suite ...***soit ds presque tous les cas il y a association d AD et de therapie verbale et c 'est tout car le terrain de fragilité genetique peut exister mais on ne peut rien faire a l heure actuelle...Les AD IRS ET IRSA agissent sur la quantité de neurotransmetteur serotonine et adrenaline (dopamine c est pour les délires ET C EST DES NEUROLEPTIQUES PAS DES AD).***oeuf et jumeaux monozygotes prouvent que la prévalence va a l anxiété heritable plus qu a l 'epuisement depressif ...et encore il faut constater que bien des anxieux font des dépressions dues à l' anxiété mais tout le monde s en fout on appelle ça l anxio/dépression et pourquoi se casser la tête même si c est capital.Le DSM5 a au moins le mérite de chercher plus loin et a moindre mesure le CIM10 de l OMS.


Mini423
le 21/03/2022

Mantal psychologique difficile je suis actuellement entrain tout perdre boulot et amis famille je demande pas aidé j'ai vécu un tromatisme du escroquerie

Vous aimerez aussi

Voir le témoignage
Dépression : “J’étais dans le déni…”

Dépression

Dépression : “J’étais dans le déni…”

Voir le témoignage
Dépression : “J’ai tout perdu avec la maladie !”

Dépression

Dépression : “J’ai tout perdu avec la maladie !”

Voir le témoignage
Voir le témoignage

Discussions les plus commentées

Fiche maladie