«
»

Top

AVF : “La vie est toute aussi belle quand on décide de voir le positif.”

Publié le 10 juil. 2024 • Par Candice Salomé

Julie, dite @ju_vivre.lavf sur Instagram, est atteinte d’algie vasculaire de la face (AVF). D’abord touchée par des migraines fréquentes, ses douleurs commencent à se manifester différemment et deviennent bien plus intenses. Après un passage aux urgences, où le médecin lui parle de l’AVF, elle reprend rendez-vous avec son neurologue, qui posera officiellement le diagnostic.  

Depuis l’arrivée de l’algie vasculaire de la face dans sa vie, son quotidien a été bousculé, elle a dû arrêter son travail qu’elle aime tant : infirmière.  

Elle nous raconte son parcours et ses espoirs dans son témoignage !

AVF : “La vie est toute aussi belle quand on décide de voir le positif.”

Bonjour Julie, vous avez accepté de témoigner pour Carenity et nous vous en remercions. 

Tout d’abord, pourriez-vous nous en dire plus sur vous ? 

Bonjour, je m'appelle Julie, je viens d'avoir 27 ans et je suis infirmière de métier (que j'ai dû mettre en pause suite à mon AVF). Je suis passionnée par la photographie, la musique et le polo depuis mon enfance. Je vis avec mon chien Syrius qui est mon plus grand soutien au quotidien. 

editor_meta_bo_img_d7cc66eb18323f84d1455c1a0e8b5cbb.jpeg


Vous êtes atteinte d’algies vasculaires de la face. Quelles ont été les premières manifestations de la maladie ? Qu’est-ce qui vous a poussé à consulter ? Quels médecins avez-vous rencontrés ? Combien de temps a-t-il fallu pour poser le diagnostic ? 

En effet, je suis atteinte d’AVF dans sa forme chronique sévère et pharmaco-résistante. Avant cela, j’étais migraineuse et j’étais déjà suivie par un neurologue pour des migraines très importantes pour lesquelles j’avais un traitement de fond et un traitement de crise.  

Puis un jour, fin juillet 2020, est arrivée ma première crise d’AVF. Je revenais d’une journée à la plage, j’ai pensé que j’avais une migraine qui arrivait…  

Mais finalement c’était absolument affreux, j’avais la sensation qu’on m’arrachait l’œil, qu’on me plantait un pieux dans l’œil et qu’on me broyait la mâchoire, etc.  

Une amie m’a donc amenée aux urgences. A mon arrivée là-bas, j’ai eu l’immense chance de tomber sur un interne qui connaissait cette pathologie. Nous avons donc essayé directement l’oxygène, puis des perfusions de Laroxyl et de l’Imiject, le tout ayant été très efficace et permis de calmer la crise.

Il a donc dit que j'avais sûrement cette pathologie et que je devais revoir mon neurologue rapidement. Je suis donc retournée voir mon neuro, je lui ai expliqué, il partageait l’avis de ce médecin mais le diagnostic ne se pose pas comme ça. J’ai eu un traitement mis en place et je devais noter mes crises, j’ai pris des photos/ vidéos lors des crises pour pouvoir montrer à mon neurologue et le diagnostic officiel fut posé en avril 2021, donc 9 mois plus tard environ.  

Comment avez-vous réagi à l’annonce de ce diagnostic ? Connaissiez-vous cette pathologie ? Avez-vous pu recevoir toute l’information nécessaire ? 

Quand le diagnostic officiel a été posé et annoncé, j’ai été soulagée de savoir ce que j’avais car, depuis ce jour de juillet 2020, je n’ai jamais connu une seule journée de ma vie sans crise. Quand on ne sait pas ce que l'on a pendant des mois, c’est très difficile.  

Mais j’ai aussi été en colère, pourquoi moi ? Puis, je me suis demandé rapidement : qu’allait-il advenir de mon métier que j’aime tant ?  

Je ne connaissais pas du tout cette pathologie avant cela mais j’ai eu la chance d’avoir un neurologue très bienveillant qui m’a expliqué la pathologie et répondu à toutes mes questions à ce moment-là. 

Quelle est votre prise en charge actuelle ? Quels sont vos traitements ? En êtes-vous satisfaite ? 

Actuellement, je suis suivie par un neurologue, un centre anti-douleur, un kinésithérapeute ainsi qu’un ostéopathe pour les douleurs/ tensions musculaires liées aux crises, un médecin traitant et mon neurochirurgien, suite à l’implantation d’un neurostimulateur sur les nerfs grands occipitaux. 

Mon traitement actuel, après sevrage de certains traitements il y a 1 an, est par Isoptine plusieurs fois par jours, de l’oxygène à forte concentration et des injections d’Imiject en cas de crise. Et récemment la neurostimulation occipitale

Quels sont les symptômes ressentis au quotidien ? Comment se manifestent-ils ? 

Au quotidien, j’ai des douleurs de fond constantes, la sensation que l’on me tiraille/ essaye d'arracher mon œil constamment, des douleurs à l’arrière de la tête, l’oreille et la mâchoire comme si les crises étaient en sourdine et, d’un seul coup arrivent, et la crise se déclenche.  

Quel est l’impact de la maladie sur votre vie professionnelle/scolaire et sociale ? Qu’est-ce qui est, selon vous, le plus dérangeant au quotidien ? Quelles sont les principales difficultés auxquelles font face les patients atteints d’AVF ?

Sur ma vie professionnelle, l’AVF a eu un très gros impact puisque j’ai été dans l’obligation de quitter mon emploi. Enfin, plus ou moins… Je travaillais à temps plein, j’étais en CDI, et à l’arrivée de l’AVF, continuer à travailler dans de bonnes conditions a été très compliqué, sans mettre en danger mes patients. Mes crises étaient très nombreuses et difficiles à gérer et chaque fois que j’en avais une, j’étais dans l’incapacité de gérer mon service. Mon travail se répercutait donc sur mes collègues qui avaient une charge en plus de la leur… Ça a fini par ne plus être possible pour elles, j’ai été mise en mi-temps thérapeutique mais mes crises étaient encore trop compliquées. Il a donc été décidé de mettre fin à mon contrat.  

En parallèle, je m’isolais de plus en plus, ne pouvant plus avoir de vie sociale car tout était déclencheur de crise. De plus, mes traitements et les crises elles-mêmes me provoquent une fatigue intense.  

Ce qui est le plus difficile, c’est de devoir renoncer à des choses qui paraissent naturelles et simples pour tout le monde comme, par exemple, des repas en famille, des soirées, des balades, faire des courses ou le ménage… Ne rien pouvoir prévoir car les crises rythment notre vie. Même si j’ai toujours refusé que les crises et la maladie ne prennent le pas sur ma vie, c’est une réalité quand même… 

Je dirais que les principales difficultés des personnes atteintes d’AVF, c’est surtout le regard des autres, l’incompréhension que ça soit de l’entourage ou de parfaits inconnus. L’AVF est un handicap invisible et une pathologie très peu connue, ce qui fait que par exemple quand on a une crise dans un lieu public, dans la rue ou autre, soit les gens sont gentils et proposent leur aide soit ils nous dévisagent pensant que l’on est fou, soit ils passent leur chemin et nous ignorent. Parfois, même certaines personnes se permettent des jugements et des critiques très difficiles à entendre… 

Désormais, vous parlez de l’AVF sur les réseaux sociaux. Qu’est-ce qui vous y a poussé ? Quels messages souhaitez-vous transmettre à vos abonnés ? Et quels sont leurs retours ? 

En effet, j’ai décidé de parler de l’AVF sur les réseaux sociaux à mon tout petit niveau, dans le but de faire connaître cette pathologie qui est trop peu connue, tout simplement parce que le grand public n'est pas assez sensibilisé

Et le faire permettrait d’éviter certains comportements inadaptés lorsqu’on se retrouve face à une personne en crise dans notre société, par exemple, mais aussi parce que je suis soignante, et c’est une chose dont on ne nous parle pas et pourtant, c’est une urgence de prise en charge douleur lors d’une crise.

J’ai été de trop nombreuses fois face à des soignants qui ne savaient pas quoi faire, ou ne connaissaient pas, et faisaient pour faire sans savoir ni avoir le raisonnement clinique derrière. En tant que soignante, j’aurais aimé connaître cette pathologie, savoir quoi faire si je tombais sur un patient en crise dans le cadre de mon travail, avant d’en être moi-même atteinte.  

Quels sont vos projets pour l’avenir ? 

A l’avenir, je souhaite surtout pouvoir reprendre mon activité professionnelle qui est pour moi essentielle dans la vie, j’aime mon métier plus que tout et avoir dû l’arrêter a été très compliqué. 

Mais le plus gros projet actuel est de trouver une stabilité de mes crises que j’espère pouvoir trouver avec la neurostimulation mais il faut être patiente. Ensuite je verrai, j’ai beaucoup de projets mais avant tout il me faut une stabilité et retrouver une activité professionnelle.  

Enfin, quels conseils pourriez-vous donner aux membres Carenity également touchés par un handicap invisible ? 

Je dirais que c’est difficile, parfois on a envie de baisser les bras mais il faut toujours garder espoir, après la pluie vient le beau temps, même si c’est très long.  

Effectivement, on ne guérit pas de l’AVF, il faut se faire à l’idée et vivre avec un handicap invisible est compliqué au quotidien mais il faut accepter, chacun à son rythme. Et surtout, se dire que l’on n'arrête pas de vivre, mais on apprend à vivre autrement et que la vie est toute aussi belle quand on décide de voir le positif en priorité avant le négatif.  

Bien que les douleurs, les crises, la fatigue et tout ce que cela inclut, pèsent souvent moralement.  

Pour finir, je dirais de ne pas hésiter à demander de l’aide, à s’entourer des bonnes personnes et s’autoriser parfois à aller moins bien, c'est normal à partir du moment où ce moment un peu plus compliqué va servir pour reprendre de l’énergie et se battre encore plus fort après.  

Un dernier mot ? 

Merci à Carenity de m’avoir donné l’opportunité d'apporter mon témoignage. 


Un grand merci à Julie pour son témoignage !       
      
       
Ce témoignage vous a-t-il été utile ?       
          
Cliquez sur J'aime et partagez vos réflexions et vos questions avec la communauté dans les commentaires ci-dessous !       
        
Prenez soin de vous !   

10
avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Rédactrice Santé

Créatrice de contenus chez Carenity, Candice est spécialisée dans la rédaction d’articles santé. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la psychologie, du bien-être et du sport.

Candice est... >> En savoir plus

5 commentaires


SAW1967 • Membre Ambassadeur
le 10/07/2024

Bonjour , je constate , que vous comme moi , cela vous a soulagée d'avoir un diagnostique , on peux en déduire que dans toutes les maladies , enfin pour ma part , après le diagnostique , je gère mieux mon mal , car je sais ou je vais .

Je vous souhaite beaucoup de courage et qu'un jour , un médicament soit inventé pour vous soulager .



@Candice.S , Beaux documents , belles recherches pour nous , tout est parfait , bises


Hookette • Membre Ambassadeur
le 10/07/2024

Bonsoir Julie merci pour votre témoignage Bon courage à vous


alexnath74410
le 11/07/2024

Merci beaucoup Julie pour ton témoignage qui permet en effet de faire connaître notre maladie. Merci aussi pour ta positivité et tu as raison il est important de trouver le personnel soignant qui va pouvoir nous suivre et nous aider. Mon médecin traitant, le Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur (dont la neurologue qui me suit) sont des partenaires importants dans la prise en charge. Accepter en effet les traitements et surtout la gestion des effets secondaires, accepter les changements/ remaniements de traitements et ce dire aussi que nous pouvons être soulagé pendant les crises (injections et oxygène). Il fait aussi accepter que la médecine n’a pas forcément réponse à tout et que les avancées médicales se font mais à petits pas (c’est une maladie rare donc il n’y a pas forcément énormément de moyen mis dans les recherches). Ne pas être fataliste tu le dis très bien 👍🏻 On peut aussi trouver ces propres ressources: moi je me suis mise à écrire ce qui m’a permise de décharger. J’ai fait de la sophrologie ce qui m’a permis d’apprendre à respirer/ voir et prendre les choses différemment/ la prise de recul/ l’acceptation. Je vais essayer le yoga dynamique quand les crises se seront calmées. Je sais que je vais prochainement prendre rendez-vous avec une psychologue.Au début, il est difficile de prendre le recul nécessaire mais merci les réseaux pour le partage d’expérience. Cela m’a beaucoup aidé. Il y a un vrai lien de solidarité et de soutien. Et merci à Julie qui a toujours répondu à mes questions sur insta. Merci à vous d’avoir mis son témoignage en avant car c’est une warrior et une très belle personne.Bonne journée à vous tous et force à toutes les personnes malades et les aidants/amis de ce personnes


faby95
le 11/07/2024

Bonjour, vos symptômes/douleurs ressemblent à ce que j'ai. Les divers neurologues/medecins .... ne diagnostiquent que de la dépression, j'ai toujours refusé cette dépression et les antidépresseurs et anxiolytiques. 20 ans d'attente de vrai diagnostic, de souffrance à prendre des opiaciés, morphine. Actuellement je reprends le chemin des spécialistes, psychologue qui me sert à rien, acupuncteur, ostéopathe, et R TMS Stimulation Magnétique Transcrânienne répétitive sur la tête qui depuis m'a détraqué ma santé, irritabilité, fatigue, douleurs dorsales, et déclenchement d'un bruit continu aigu à l'endroit où était posé le RTMS : conclusion du neuro "rien à voir avec le traitement, je fais des acouphènes". 6 mois de bruits aigus, je me pose la question, combien de temps vais-je pouvoir supporter ce bruit infernal, j'arrive plus à voir l'avenir, je deviens dépressive, oui peut-être, mais je dirais de l'épuisement physique au point de vouloir mourir que de vivre avec un bruit dans la tête.

Je suis pour l'euthanasie, que les mentalités changent, il y a des gens qui souffrent.

Courage à vous !


Lumelga
le 12/07/2024

Un témoignage bien courageux, et moi qui me plaint...je pense que l'AVF est extrêmement douloureux et j'espère que ce ne sera pas ma prochaine pathologie car j'ai des migraines constamment et des douleurs à l'arrière de la tête récemment qui tapent en continu...et comme faby 95 des acouphènes insupportables. Il est important pour les jeunes personnes qu'elles se battent, l'avenir est devant eux et peut-être que la science avancera et nous soulagera. Un jour peut-être...et pour reprendre le dernier message, moi aussi je suis pour l'euthanasie. Lorsqu'on est âgé qu'on souffre, qu'est ce qu 'on peut bien encore attendre de la vie. Bon courage à vous.

Vous aimerez aussi

SED et AVF : “Cacher la maladie a mon entourage n’était pas la bonne solution.”

Algie vasculaire de la face

SED et AVF : “Cacher la maladie a mon entourage n’était pas la bonne solution.”

Voir le témoignage
AVF (Algie vasculaire de la face) : tout ce qu'il faut savoir !

Algie vasculaire de la face

AVF (Algie vasculaire de la face) : tout ce qu'il faut savoir !

Lire l'article

Fiche maladie