«
»

Top

Comment inverser le processus de la NASH ?

Publié le 18 janv. 2022 • Par Candice Salomé

La NASH, ou stéatose hépatique non alcoolique, est une maladie du foie, souvent liée à l’obésité, au diabète ou à l’hypertension. Cette pathologie grave peut évoluer vers une cirrhose. Mais bonne nouvelle, elle est réversible ! 

Mais alors, qu’est-ce que la NASH ? Quelles en sont ses manifestations ? Comment inverser son processus ? 

On vous dit tout dans notre article ! 

Comment inverser le processus de la NASH ?

La stéatose hépatique non alcoolique (NASH) se caractérise par une accumulation de graisses dans les cellules hépatiques et touche environ 3 millions de personnes en France. Dans 20% des cas, la NASH peut générer une inflammation hépatique qui peut être à l’origine de cirrhose ou de cancer du foie

Qu’est-ce que la NASH et quels en sont ses symptômes ? 

La maladie du foie gras est de plus en plus fréquente puisqu’elle est liée directement au surpoids. Ainsi, près de 20% des Français en sont atteints, sans même le savoir. Sur ce terrain propice, 20% développeront une inflammation du foie, la fameuse NASH. NASH signifie “Non-Alcoholic SteatoHepatitis” ou “stéatose hépatique non alcoolique”. 

Cette pathologie peut se définir comme la manifestation hépatique d’un dysfonctionnement métabolique et peut évoluer en fibrose : le foie se durcit et dysfonctionne. Puis, à un stade élevé de fibrose (2 à 5% des patients atteints de NASH), une cirrhose apparaît surtout si d’autres facteurs s’y ajoutent, comme une consommation d’alcool, même modérée. Et la cirrhose peut ensuite se transformer en cancer du foie

La NASH est très souvent liée à la triple épidémie d’obésité, de prédiabète et de diabète

Les symptômes de la NASH sont, la plupart du temps, silencieux et non spécifiques à la pathologie, ce qui rend le diagnostic difficile à poser. Ainsi, les patients touchés par la NASH peuvent ne pas connaître leur état de santé avant des stades très avancés de la maladie. 

La NASH est liée à une mauvaise alimentation à base d’aliments gras et sucrés et d’un mode de vie sédentaire, ce qui entraîne une surcharge du foie. Confronté à des réserves trop abondantes, il transforme le sucre excédentaire en lipides qu’il accumule. Il se fatigue alors et s’engraisse. Le foie peut finir par peser jusqu’à 5% du poids du corps alors qu’il ne fait que 2% à l’état normal. 

La détérioration du foie est progressive et silencieuse et les patients ne ressentent pas de symptômes spécifiques. Seul un bilan hépatique peut alerter : un dosage sanguin des gamma GT, des transaminases et des phosphatases alcalines qui vont refléter l’état de santé des cellules hépatiques. 

A ce jour, il n’existe pas de médicaments capables de guérir la NASH, encore appelée maladie du soda. Seul un mode de vie sain permet de prévenir et d’inverser le cours de la NASH au stade débutant. 

Comment inverser le processus de la NASH ? 

Toutes les étapes de la maladie, du foie gras à la cirrhose, prennent du temps et il est possible d’interrompre naturellement le processus. 

Même si certains facteurs de risque ne peuvent être modifiés, comme l’âge ou le genre, d’autres facteurs, qui déterminent notre mode de vie, peuvent être corrigés. 

Il est possible d’améliorer la situation et inverser le processus de la NASH en suivant ces quelques conseils : 

Perdre du poids  

Le premier objectif à atteindre lorsque l’on est atteint de NASH est de perdre du poids car les bénéfices sont, en effet, majeurs. 

Une perte de 3 à 5% de son poids initial permet de réduire la présence de graisses dans le foie. Néanmoins, cette perte de poids doit être plus conséquente pour inverser les lésions visibles au niveau du foie.  

Dans le cadre d'une étude menée à Cuba, 293 patients touchés par la NASH, ont reçu des conseils nutritionnels qu’ils ont appliqués pendant 52 semaines pour tenter de perdre du poids. 

Les signes de la NASH ont reculé chez l’ensemble des participants ayant réussi à maigrir. Les meilleurs résultats ont, cependant, été observés lorsque les patients avaient réussi à réduire de 10% leur poids de départ. En effet, chez 90% d’entre eux, les examens ont révélé une résolution de la NASH. 

Les anomalies observées au niveau des hépatocytes avaient disparu, et l’inflammation de l’organe s’était apaisée. Chez 45 % de ces participants, les phénomènes de fibrose avaient même régressé

Pratiquer une activité physique

L’activité physique constitue un second levier important pour inverser le processus de la NASH. Une activité cardio combinée à un entraînement de résistance, à raison de 3 sessions de 40 à 45 minutes par semaine sont efficaces pour endiguer l’accumulation de graisses au niveau du foie.  

De plus, la pratique d’une activité physique permet de lutter contre la NASH même en l’absence de perte de poids. En effet, l’activité sportive à un impact direct sur le foie puisqu’elle permet de brûler une quantité accrue d’acides gras, en réduit leur production et prévient la survenue des dommages au niveau des cellules de l’organe

Revoir son alimentation 

Les graisses alimentaires 

Les graisses alimentaires ne représentent que 10% du stock d’acides gras libres présents dans le foie. Néanmoins, la nature des graisses consommées pourrait jouer un rôle décisif dans le développement de la NASH.  

Ainsi, il a été démontré que les personnes atteintes ont tendance à avoir un apport déséquilibré en graisse, qui se caractérise par : 

  • Un excès de graisses saturées, que l’on retrouve dans les produits d’origine animale et d’oméga-6, que l’on retrouve dans les huiles de tournesol et de maïs ainsi que dans les aliments industriels, 
  • Une déficience en oméga-3 que l’on retrouve dans les poissons gras ou encore dans l’huile de colza. 

Les acides gras saturés sont plus toxiques pour le foie car plus difficiles à être transformés en triglycérides (une forme de stockage moins dangereuse). Il est alors recommandé de rééquilibrer ses apports mais aussi de se supplémenter en oméga-3. 

Le fructose 

Parfois appelée la “maladie du soda”, la consommation de boissons sucrées semble bien être un facteur déterminant dans le développement de la NASH. 

Ainsi, le fructose contenu en large quantité dans les boissons sucrées de type sodas favorise la production de graisses au niveau du foie. Il augmente la concentration sanguine en acide urique, un facteur de risque de la maladie. 

Dans une étude menée sur un groupe de 271 enfants et adolescents obèses aux Etats-Unis, présentant une accumulation de graisses au niveau du foie, il a été démontré que ceux ayant développé une NASH consommaient de plus grandes quantités de sodas que les autres participants à l’étude. 

Mais les sodas ne sont pas les seuls pourvoyeurs de fructose dans l’alimentation. En effet, de nombreux produits industriels en sont riches également car sucrés avec du sirop de maïs ou de glucose par exemple. 

Bien qu’il n’y ait pas de traitements existants pour combattre la NASH, son processus est réversible. Une perte de poids de plus de 10% de son poids d’origine, cumulée à une activité physique et une surveillance de son alimentation permet d’endiguer le phénomène. 


Cet article vous a-t-il été utile ?    
   
Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !     
   
Prenez soin de vous !     


23
avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Rédactrice Santé

Créatrice de contenus chez Carenity, Candice est spécialisée dans la rédaction d’articles santé. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la psychologie, du bien-être et du sport.

Candice est... >> En savoir plus

2 commentaires


dinouille
le 19/01/2022

Bonsoir, merci, article très intéressant .. va falloir je perde quelque petits kilos alors !! 20 sa devrais aller..


Azucena
le 14/04/2022

Les perdre, c'est une chose, ne pas les reprendre en est une autre. Il suffit d'un incident de la vie parfois... J'avais perdu 17kg en deux ans (il faut que ce soit progressif, paraît-il), c'est-à-dire entre 2012 et 2014, et ma NASH avait régressé. J'ai tout repris dès que j'ai un peu baissé les bras à cause de très gros soucis de santé d'un proche, tant j'ai été "assommée", occupée et préoccupée par autre chose que ma propre santé.

Avec la perte de poids, mon corps s'est transformé aussi, pas forcément en bien. J'étais contente parce que je maigrissais, mais cela s'arrêtait là. Si j'avais perdu des kilos, cela avait entraîné une ptose du ventre, des bras, de l'ovale du visage... Je ne me reconnaissais plus, j'avais surtout une tête de chien battu, la mine triste. Le pire, c'était (et c'est encore) le ventre qui tombe : pas facile de s'habiller, de se montrer en public (il faut toujours porter des vêtements amples et longs pour cacher ce fameux ventre en tablier...) Néanmoins, après quelques années, mon proche allant un peu mieux, j'ai repris des activités (piscine, cardio en salle, etc.) avec un peu d'espoir, et ce proche s'est inscrit à la salle de gym avec moi... C'est alors que, deux mois après, sa maladie a fait sa réapparition. J'ai perdu l'envie et le temps de m'occuper de moi, encore une fois. Depuis, je n'ai plus vraiment le courage de m'y remettre. Quant à faire du sport, j'aimais aller à la piscine où je pratiquais tant la natation que l'aquagym, l'aquabike, le tapis de marche dans l'eau, etc. Depuis l'apparition du covid, je n'y ai plus mis un pied, hélas ! De plus, il est impossible de trouver un maillot de bain qui cache ce fameux ventre "en tablier" et j'ai l'impression que l'on ne voit que ça et que cela doit faire sourire les gens de voir une personne obèse faire autant de mouvement pour si peu de résultat... J'ai l'impression que le but est inatteignable, même si je fais attention à ce que je mange... cela ne change rien, ni à mon poids ni à mon diabète. J'en ai assez de batailler, à vrai dire.

Alors, perdre du poids, oui, mais après il faut surveiller, surveiller et surveiller encore, ne jamais lâcher prise. Le moindre écart alimentaire ou sportif faisant repartir les choses dans l'autre sens, on a tôt fait de se décourager, surtout quand on est le préposé aux fourneaux et que l'on doit cuisiner non seulement pour soi mais aussi pour sa famille qui, elle, se moque de votre santé... Il faut avoir le soutien total de ses proches et non quelqu'un qui vous met sur la table (donc sous le nez) une boîte de pâté ou un camembert et va jusqu'à vous dire, un jour : « Depuis que tu es au régime, c'est moi qui maigris. » C'est ce qui m'est arrivé,

Vous aimerez aussi

Le diagnostic de la stéatose hépatique non alcoolique (NASH) raconté par les membres Carenity

Stéatose hépatique non alcoolique et NASH

Le diagnostic de la stéatose hépatique non alcoolique (NASH) raconté par les membres Carenity

Lire l'article
NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Stéatose hépatique non alcoolique et NASH

NASH, ou maladie du foie gras : comprendre le traitement

Lire l'article
J’ai rencontré beaucoup d’erreurs de diagnostic avant de découvrir mon asthme chronique et ma NASH

Stéatose hépatique non alcoolique et NASH

J’ai rencontré beaucoup d’erreurs de diagnostic avant de découvrir mon asthme chronique et ma NASH

Voir le témoignage
Analyses de sang : savoir lire et comprendre les résultats d’un bilan hépatique

Stéatose hépatique non alcoolique et NASH

Analyses de sang : savoir lire et comprendre les résultats d’un bilan hépatique

Lire l'article

Discussions les plus commentées

Fiche maladie