«
»

Top

La dépression : le "marché du siècle" ?

19 sept. 2018

La dépression : le

Un livre très controversé avance que 80% des dépressions ne justifient pas l'usage d'antidépresseurs.

dépression traitements

Les professeurs Philippe Even et Bernard Debré ne risquent pas de se faire des amis parmi les psychiatres. Leur nouveau livre Dépressions, antidépresseurs, psychotropes et drogues (éd. du Cherche Midi) prend pour cible le traitement de la dépression par les médecins qui, selon eux, prescriraient de manière disproportionnée des antidépresseurs. 

La psychothérapie préférable aux antidépresseurs

Auteurs du Guide controversé des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux qui leur avait valu un blâme de l'Ordre des médecins, ils sont convaincus que 80% des dépressions sont "élevées de façon délibérée au rang de maladies" alors qu'elles ne justifient pas l'usage d'antidépresseurs. Selon eux, c'est une société dominée par l'argent qui est la cause des dépressions et ce sont les dérives de cette dernière qu'il faudrait traiter en priorité. Leur mantra : "recréer les conditions du bonheur de tous" plutôt que de fabriquer des paliatifs. 

Philippe Even penche en faveur du rétablissement de la psychothérapie, plus humaine et long-termiste. Dans son rapport annuel sur l'évolution des charges publié fin juin, l'Assurance maladie a également dit vouloir relancer la réflexion sur ces médicaments, "probablement trop fréquemment prescrits de manière inadéquate". Selon la Cnam, en 2016, 2,6 millions de Français sans maladie psychiatrique lourde ou chronique en ont consommé au moins trois fois, pour un coût total de 2,4 milliards d'euros.

La réponse des psychiatres

Le chiffre de 80% de "fausses" dépressions avancé dans le livre est néanmoins fortement contesté par les psychiatres interrogés par l'AFP. Ces derniers dénoncent également des informations erronnées, comme le fait que les antidépresseurs augmenteraient le risque de suicie. Selon professeur Antoine Pelissolo, chef de service au CHU Henri-Mondor de Créteil, les cas de dépression peuvent être classés en trois types :

1. Les plus graves, où le traitement médicamenteux est obligatoire et quasi-vital
2. Ceux qui ne sont pas de "vraies" dépressions médicales, où le traitement est contre-indiqué
3. Ceux qui se situent entre les deux et qu'il convient d'aborder au cas par cas

En somme, le psychologique n'exclurait pas le biologique.

 

Et vous, avez-vous suivi un traitement médical ?
Pensez-vous qu'il aurait pu être évité ?

avatar Louise-B

Auteur : Louise-B, Content & Community Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le vécu des patients et qui portent leur voix. Forte d'une formation pluridisciplinaire axée sur le journalisme, elle coordonne la rédaction des contenus des plateformes Carenity et facilite l'expérience des membres sur le site.

Commentaires

le 10/10/2018

Je donne mon avis: 

je pense que les anti dépresseurs et ils faut distinguer leurs différences peuvent dans certains cas être un soutien en plus de psychothérapie 

cependant me concernant je pense que j ai tj eu cet état dépressif depuis la découverte du diabète à l âge de 6 ans , les symptômes tristesses , empathies envers les peuples torturées etc , puis abus de tabac , canabis, alcool dépassement des limites , rebelles etc j apprendrais 40 ans plus tard que j étais un enfant précise hyper active mon Qu m a sauvé , j ai tj réussi à faire ce que j aimais à être un leader positif à apprendre avec qqs relations sociales difficiles puis vers 25 ans je me suis écroulée après une rupture de mon fait et la les antidépresseurs m ont permis de revivre avec tj psychothérapie , reprise d étude avec brio , rencontre de mon mari , accès à des postes de responsabilité arrivée au Max des doses quand des phases d état dépressif arrivées j étais coincée faire avec restée couchée à rien faire attendre et au bout d un moment là pêche revient enfin la survie laisse place à la vie tj avec les mêmes doses 

j ai testé la Tms = n a pas fonctionné 

donc ce que j ai appris faire avec ! 

la prochaine étape tout arrêter et voir avec un accompagnement ce Qu il en est ! Résiliente le temps où je me suis battue m a vraiment épuisée et c est le symptôme résiduel d une vie de dépression chonique à suivre ....

le 11/10/2018

@pseudo-masqué

Félicitation à vous  

le 15/10/2018

MOI aussi anti dépresseurs et anxiolytiques depuis plus de 4 ans je voudrais arrêter car ce la n'est pas un but de vivre toute sa vie avec cela ! Je me  bats avec des médecines parallèles et ce la me fait du bien ! Courage à tous

le 10/01/2019

@pseudo-masqué          Bonjour,          Votre idée d'arrêter tout traitement n'est pas négligeable. Seulement il faut le faire par petit traitement. Le meilleur moyen dans ces conditions est de trouver de vrais amis et s'occuper au maximum. Je vous en parle parce que c'est mon cas. J'ai un avantage, lorsque j'ai une déprime, je vais toujours en avant. Je me sors de moi-même de ma fatigue. Lorsque l'on déprime, c'est une fatigue nerveuse qui nous atteint et qu'il faut avec un traitement, faire. Je me soigne en homéopathie. 

le 14/08/2019

Déjà, que les psychologues soient aussi remboursés par la Sécu (même partiellement), et/ou qu'ils adaptent leurs tarifs à toutes les bourses (toutes les mutuelles ne remboursent pas non plus), que les CMP (centres médico psychologiques) qui sont gratuits, n'en profitent pas pour soigner "au rabais" (psychothérapies analytiques où le psychiatre/psychologue écoute sans répondre, ça ne convient pas à tout le monde). Peut-être que ça aiderait à améliorer les choses et à moins médicamenter à tout va...

Vous aimerez aussi

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Lire l'article
Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Lire l'article
Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Lire l'article