«
»

Top

Coronavirus et VIH

12 mai 2020

Le Virus de l'Immunodéficience Humaine concerne 36,9 millions de personnes dans le monde, dont plus de 170 000 en France. Il cible notamment les lymphocytes CD4, cellules essentielles au système de défense immunitaire, rendant le patient vulnérable à de multiples infections opportunistes.

Dans le cadre de l'épidémie de coronavirus, les patients VIH sont-ils ainsi plus à risque d'être contaminés et de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 ?

Coronavirus et VIH

J'ai le VIH, suis-je plus à risque d'être touché par le Covid-19 ?

Tous les patients VIH ne sont pas tous vulnérables au Covid-19. Il y a eu deux alertes données par Santé Publique France.
Tout d'abord, les patients les plus immunodéprimés, ceux qui ont moins de 200 CD4, sont effectivement considérés comme plus vulnérables au Covid-19. Et les patients ayant plusieurs comorbidités, comme le diabète ou les atteintes cardiovasculaires souvent plus présentes chez les patients séropositifs. En revanche, un patient qui est immunocompétent et qui a un virus indétectable n'a pas, à priori, de surrisque d'une infection au coronavirus. Soit, en France, plus de 80% des personnes vivant avec le VIH.

Les patients doivent ainsi continuer à prendre régulièrement leurs traitements contre le VIH et les éventuelles maladies associées. A noter qu'avec l'arrêté du 14 mars 2020, une ordonnance de médicaments pour un traitement chronique peut être renouvelée même si sa date de validité est expirée, jusqu'au 31 mai.

Suis-je plus à risque si je suis co-infecté VIH et Hépatite B ou C ?

Selon le Pr Gilles Pialoux, chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Tenon à Paris, le virus du Covid-19, qui ne cesse de se compliquer dans sa forme clinique, a eu des atteintes hépatiques dans certaines populations. Cela constitue ainsi un surrisque et les porteurs de VHC ou VHB doivent redoubler de vigilance. Le Haut Conseil de la santé publique a ainsi considéré que les patients atteints de cirrhose au stade B ou C de la classification de Child-Pugh étaient à risque de développer une forme grave de Covid-19.

Si je suis immunodéprimé(e), quelles précautions dois-je prendre ?

Tout simplement, respecter les gestes barrière et éviter de sortir. Dès l'apparition de symptômes (fatigue, perte de goût, fièvre, toux, difficulté à respirer...), il convient de contacter son médecin traitant et d'informer son médecin référent VIH ou son hépatologue. Enfin, lors de la phase du déconfinement organisée par le gouvernement, le dépistage sera automatique et suivi d'une phase d'isolement pendant 14 jours si le test est positif.

La Société Française de Lutte contre le Sida rappelle les recommandations habituelles de prévention des complications pulmonaires pour les personnes séropositives, notamment la vaccination contre l’infection à pneumocoque et l’arrêt du tabac.

Certains médicaments anti-VIH sont testés contre le Covid-19, est-ce que je suis ainsi mieux protégé(e) s'il s'agit de mon traitement ?

C'est une idée répandue depuis qu'en Chine, des médecins ont administré un antirétroviral utilisé contre le VIH (Lopinavir/Ritonavir) à des patients ayant contracté le coronavirus. Selon le Pr Gilles Pialoux, il y a actuellement 625 essais recensés dans le monde dont un européen, Discovery, qui utilise des molécules qui sont actives contre le VIH. Mais, pour le moment, aucune de ces molécules n'a montré son efficacité, hors étude in-vitro. Et s'il existe des études de cohortes de patients qui ont ces traitements, les résultats ne sont pas encore connus. Il convient donc de rester prudent et de ne pas diminuer les mesures barrière.

Si je me retrouve en service de réanimation, le suivi de mon traitement sera-t-il assuré ?

Evidemment, il existe de nombreuses solutions que les réanimateurs ont l'habitude de mettre en place pour assurer le suivi des traitements. S'il n'existe pas de forme injectable pour le traitement, ils pourront par exemple piler les comprimés afin de les faire passer par sonde gastrique. Aucune inquiétude donc à avoir.

Si un vaccin est trouvé, pourrai-je être vacciné(e) ?

Il existe énormément d'hypothèses vaccinales, certains vaccins sont effectivement contre-indiqués pour les patients immunodéprimés. Il est trop tôt pour savoir quelle forme un tel vaccin aura mais on peut imaginer que le nécessaire sera fait pour vacciner largement tous les patients.

Comment trouver du soutien sur Carenity ?

Carenity compte aujourd’hui des milliers de patients et proches de patients concernés par le VIH. Sur la plateforme, vous pouvez trouver le soutien des autres membres de la communauté. Il est important de s’entraider en particulier dans ce contexte difficile de pandémie du Covid-19. Rejoignez dès maintenant les discussions du moment !

Sida Info Services vous répond au 0.800.840.800 tous les jours de 8 heures à 21 heures. Vous pouvez également échanger avec eux par chat.

Il en est de même pour la ligne de Hépatites Info Service : 0.800.845.800. 

Aides a également plusieurs permanences téléphoniques dans ses antennes régionales. 

Cet article vous a-t-il été utile ? Avez-vous d’autres conseils à partager à la communauté ?
Bon courage à tous, prenez soin de vous !

avatar Léa Blaszczynski

Auteur : Léa Blaszczynski, Responsable expérience patient

D'une formation en communication spécialisée dans le digital, Léa travaille chez Carenity depuis 2013 dans un objectif d'aider le maximum de patients et proches de patients à trouver du soutien et à ne plus se sentir... >> En savoir plus

Commentaires

Vous aimerez aussi

2e cas mondial de rémission chez un patient atteint du VIH !

SIDA-VIH

2e cas mondial de rémission chez un patient atteint du VIH !

Lire l'article
Lutte contre le sida et PrEp : la réussite des Alpes-Maritimes

SIDA-VIH

Lutte contre le sida et PrEp : la réussite des Alpes-Maritimes

Lire l'article
Au coeur du quartier rouge d'Amsterdam, le sida n'est pas tabou

SIDA-VIH

Au coeur du quartier rouge d'Amsterdam, le sida n'est pas tabou

Lire l'article
Sida : le monde risque de perdre le contrôle de l'épidémie faute d'argent

SIDA-VIH

Sida : le monde risque de perdre le contrôle de l'épidémie faute d'argent

Lire l'article