Définition des dysfonctions sexuelles masculines ?

Le terme de dysfonction sexuelle masculine regroupe trois formes : la dysfonction érectile (péjorativement appelée impuissance ou panne sexuelle), la baisse du désir et l’éjaculation précoce.
/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg

Les dysfonctions sexuelles peuvent survenir de manière courante chez l’homme pour diverses raisons, en fonction de l’âge ou de la situation du couple par exemple. Elles peuvent nuire voire empêcher tout acte sexuel. Bien que des solutions existent dans la plupart des cas, le sujet est souvent tabou au sein du couple et peut affecter durablement les relations entre les partenaires au-delà du domaine sexuel.



La dysfonction érectile correspond à l’incapacité à obtenir ou maintenir une érection lors d’un rapport sexuel. Ces difficultés se répètent dans le temps et sont donc à différencier de la « panne sexuelle » occasionnelle qui, bien que gênante, est assez classique. De nombreux hommes sont en effet concernés par une érection difficile sans que leur vie n’en soit affectée. On remarque ce phénomène souvent chez les hommes plus âgés. Des raisons physiologiques sont avancées (vasculaires, neurologiques ou hormonales) mais aussi des raisons psychologiques associées.

L’éjaculation précoce est un trouble sexuel dans lequel l’homme éjacule trop rapidement, avant pénétration ou au début de cette dernière. De même que pour la dysfonction érectile, ce phénomène peut survenir occasionnellement chez tout homme sans que cela soit pathologique : il y a trouble lorsque l’éjaculation précoce est répétée.

On peut distinguer 2 types d’éjaculation précoce :
- « primaire » lorsque ce trouble est présent depuis le premier rapport sexuel - « secondaire » lorsque la survenue du trouble se fait après que des rapports se soient déroulés sans problème Baisse du désir
Auparavant, on pensait que seules les femmes étaient touchées par la baisse du désir. En réalité, la baisse de libido concerne également les hommes. Le contexte socio-économique, la culture et les valeurs comme la religion sont autant de facteurs qui peuvent nuire au désir. Cependant, cette baisse du désir n’est pathologique que lorsqu’elle apparaît sans qu’une raison particulière soit identifiée, et perdure dans le temps. Elle reste la moins courante de ces trois dysfonctions.

Article rédigé sous la supervision du Docteur Sylvain Mimoun, gynécologue, andrologue et psychosomaticien à Paris.

Vous souhaitez en savoir plus concernant cette maladie ?

Rejoignez les 151 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme