https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/trouble-bipolaire.jpg

Patients Trouble bipolaire

21 réponses

289 lectures

Sujet de la discussion

Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Je pense que la relation entr'un malade et un psy est souvent basée sur un malentendu ; quand le psy vous demande comment allez vous, Vous pensez à votre âme, lui vous pose la question en terme de symptômes suite à vos médicaments .

Quel est le rôle d'un psy d'être juste un prescripteur de drogues un confident un psychothérapeute , un scientifique qui répondrait à toute vos questions .

Moi j'arrive toujours avec mes questions et aussi quelques réponses supposées . Ma psy ne me répond jamais , ce qui m'énerve , mais qui a fait que j'ai appris à me démerder tout seul ,et si  j'ai donc beaucoup progresser et il me semble que c'est grâce à son silence , finalement je pense que je lui dois donc quelque chose .

En musique les plus belles notes sont les silences et ce n'est pas les musiciens qui me diront le contraire !!! .

Les sourds sont les seuls qui ne peuvent pas entendre le silence .

Début de la discussion - 22/09/2018

c'est quoi un bon psychiatre ,quels sont les attentes des patients
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué 

Bonjour,

un peu d'humour.. je crois juste que ta psy a atteint son plafond de verre, qu'elle est limitée intellectuellement, un peu sotte, un peu idiote, et son silence lui sert surtout à dissimuler son ignorance, et le fait qu'elle n'ait aucune réponse à t'offrir parce qu'elle ne sait pas, qu'elle s'en fout d'ailleurs de savoir, mais elle ne te dira jamais qu'elle ne sait pas comme tous les médecins, et qu'elle ne doit pas particulièrement s'intéresser à quoique ce soit.. donc du coup c'est évident que la relation est limitée à la prescription dans ces conditions... 

Le mien mon psychiatre c'est un mec qui s'intéresse à beaucoup de choses, qui se cultive, qui bosse tout le temps, donc je le vois toujours avec plaisir pour des échanges sur tout sujet, il est très ouvert.. le mien il parle 5 langues.. notamment couramment l'anglais, l'hébreu, l'italien et l'allemand.. il y a aussi l'espagnol.. or la plupart des psychiatres c'est à peine si ils maîtrisent l'anglais qui est devenue progressivement la langue vernaculaire des sciences et de la recherche scientifique.. 

dans l'idéal un patient devrait pouvoir tout exprimer avec son médecin.. à bâtons rompus.. mais dans les faits il se passe bien d'autres choses.. tout simplement parce que les médecins sont des êtres humains.. avec leur caractère, leur éducation, leur parcours de vie, leurs passions personnelles etc...

imagine un médecin qui en dehors de sa pratique serait passionné par la BD par exemple ou la poterie africaine, ou que sais je.. là c'est évident que si il tombe sur un patient passionné de mathématique, de sciences etc... la relation va très rapidement tourner court, moi perso la BD rien à branler, mon trip c'est pas de lire des comics américains ou de coller des affiches chez moi de BD ou de collectionner les bibelots de mangas japonais.. donc si je parle de maths à un psychiatre et que le médecin me regarde avec les yeux vitreux d'un poisson rouge, là la consult' dure 5 min.. et je changerais de médecin..

il faut aussi prendre la mesure que pas mal de médecins ont fait médecine alors que ça les passionne pas, c'était pour leurs parents, le prestige de la position etc.. en fait leur cursus c'est le lieu d'une névrose personnelle.. et puis ensuite une fois dedans, ils ne peuvent plus revenir en arrière et ils se contentent une fois en poste de gagner leur vie et c'est tout.. ce sont des techniciens de la santé.. mais leur vie est ailleurs.. il y a des médecins par exemple qui en dehors de leur pratique passe leur temps dans les musées, les galeries d'Art, les vernissages, les trucs de bobo, au lieu de se passionner pour les sciences ce qui serait plus logique... alors ceux là si on a les mêmes activités qu'eux, la relation se passera bien, même si sur un plan médicamenteux ils s'en foutent.. 

en réalité une relation avec un médecin, en dehors du côté pragmatique du soin, c'est comme toute relation il faut quand même une certaine complicité intellectuelle.. sinon on se fait vite chier et la consultation elle dure 5min, ordonnance et c'est tout.. et on est content de quitter le cabinet, chaque rdv relève de la corvée.. 

c'est quoi un bon psychiatre ,quels sont les attentes des patients
Membre Carenity
Posté le

J'oubliais de mentionner la différence des sexes entre médecins homme et médecins femme.. c'est aussi une donnée à prendre en compte... 

pardonnez moi par avance Mesdames ici pour ce que je vais dire qui semblera assez sexiste, mais c'est juste une réalité que je mentionne.

Une femme psychiatre sa priorité c'est sa vie en dehors de son bureau et là dessus il ne faut pas se leurrer, c'est très rare de trouver une psychiatre femme qui serait capable de sacrifier sa journée par exemple de Noël en famille pour recevoir un patient en urgence.. ce qui compte pour elle c'est sa vie amoureuse, sa vie familiale, sa vie sexuelle, et autres passions.. sa pratique c'est qu'un boulot alimentaire j'oserais dire.. et tout ça sa vie privée, prend du temps dans sa vie, temps qu'elle ne peut pas utiliser pour réfléchir à sa pratique, faire des sciences etc.. il n'y a pas d'ubiquité, la journée fait 24h.. une femme peut tomber enceinte, prendre un congés mater, s'absenter, être plus fragile au stress, plus émotionnelle etc.. 

pour ma part j'ai eu les 2.. psychiatre femme et maintenant un homme.. ma psychiatre décédée était vraiment exceptionnelle en tant que médecin... une femme de cet acabit très très rare.. j'ai été chanceux.. mais désormais je sais que je ne pourrais pas aller consulter un psychiatre femme.. parce que concrètement il n'y a qu'une femme pour comprendre une autre femme qui tombe enceinte.. moi perso si j'ai une psychiatre qui tombe enceinte, je vais la regarder et je serais capable de lui dire : ok meuf !! je comprendrai direct que je change de médecin parce qu'elle sera bien plus préoccupée de ses hormones et de son enfant que de ma santé.. 

bref.. Il faut penser à beaucoup d'éléments pour consulter un psychiatre et faire en sorte que la relation se passe bien et nous apporte un confort 

c'est quoi un bon psychiatre ,quels sont les attentes des patients
Membre Carenity
Posté le

Et moi j'aime bien ma  psychiatre qui en congés de maternité  , on n'a jamais parlé de sa grossesse et en plus elle le cachait bien son baby et ça n'a pas empêché de  m'ecouter de me conseiller . En outre elle a suivi ses études  dans une grande école  londonienne  elle parle couramment anglais et espagnol . Des 2 cotés il faut que la confiance règne autrement ça ne marche pas .

c'est quoi un bon psychiatre ,quels sont les attentes des patients
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué 

Je sais.. je dis ça parce que je suis un mec.. je pense qu'il y a quand même des choses que les hommes ont du mal à piger des femmes 

en tous les cas elle a l'air très bien ta psy...

c'est quoi un bon psychiatre ,quels sont les attentes des patients
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué‍  Ne t'inquiète pas j'ai mon mari 1 fille et 4 garçons et leurs raisonnements parfois me font sourire . Oui je suis enfin tombée  sur une bonne psychiatre.  Bonne soiree

c'est quoi un bon psychiatre ,quels sont les attentes des patients
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué 

5 enfants !! whaouuuu !!

pas mal du tout... Félicitations.. 

c'est quoi un bon psychiatre ,quels sont les attentes des patients
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué‍   on peut dire ça  mais  c'est du boulot  et surtout que mon dernier est bipolaire comme moi je suis plus triste pour lui que pour moi on a cru avec mon mari lui éviter mon parcours de combattant mais en psychiatrie   c'est quitte ou double tu dois le savoir . Bonne soirée  

c'est quoi un bon psychiatre ,quels sont les attentes des patients
Membre Carenity
Posté le
Bon conseiller

Nous sommes en phase sur ce plan là . Mais tout d'abord je n'ai pas pu parler avec des hommes psy , donc naturellement  j'ai eu déjà 4 psy Féminins, elle ne m'ont pas apporter grand-chose finalement , et j'ai bien ressenti souvent qu'en faite elle s'en foutait complétement des patients . Avoir le feu sacré çà n'est pas donné à tout le monde .

Cà n'est pas ma faute mais pour les psy je suis un ovni ? Chaque fois que je leur parlais de mes particularités par exemple : j'ai découvert un jour que j'avais ce que l'on pourrait appeler la mémoire absolue , j'ai accès à toute mon histoire c'est à dire que si j'évoque une partie de mon passé rapidement j'ai accès aux détails . Si je lui parle de certaines dispositions que j'avais avec certaines femmes pour la transmission de pensée , je n'avais toujours en retour qu'un regard bovin comme si je parlais une langue inconnue .

Est-ce ma faute à moi si quand je parle d'amour je parle d'autre chose  dont elle ne soupçonne même pas l'existence . En fait j'ai plutôt l'impression que j'inverse les rôles . J'ai toujours l'impression que c'est moi qui lui apprend quelque chose .

Ado j'étais déjà passionné par la vie l'amour la mort enfin . ( la vie n'est-elle pas une maladie incurable mortelle qui s'attrape à la naissance )  parce quelques couillons ont eu la bonne idée de faire l'amour .

Finalement dès le premier jour j'ai compris que ma psy était beaucoup plus malade que moi : elle n'aimait pas les gens car elle n'avait jamais pu conjuguer l'amour à la première personne .

Elle était psy par hasard sans aucune vocation . Ce qu'elle ma confirmé en me répondant à la question  comment devient  t-on psy par hasard : tout simplement par le choix de la spécialité qui se fait au classement par la moyenne .

çà n'est pas très glorieux , , quand on sait que les généralistes et les psy sont dans le derniers de la classe .Quand je lui parlais d'amour en commençant par ce que j'entendais par là , j'ai une idée assez idéalisée  de l'amour ayant été sans doute influencé par mon éducation religieuse chez les Frères Maristes . L'amour pour moi serait quelque chose de désintéressé , comme l'amour de Dieu ( ce serait plutôt voisin de l'empathie seuls des personnes comme Mère Thérésa ou L'Abbé Pierre en seraient capables . Pourquoi parce que quand on prétend aimer quelqu'un c'est presque toujours sexué et intéressé . Il faut plutôt décoder j'ai envie de toi , ne me quitte pas , on veut plutôt souvent dire aime-moi ! Donc c'est un aveu de dépendance .

Pour être heureux il faut être libre , seules les aventures sont libres car c'est la seule première fois avec une personne et c'est aussi la dernière .

Ma mère me disait ah les meilleurs coups sont toujours les coups volés . (elle avait tout compris )

Si l'on se donne un autre rendez vous , ce n'est plus une aventure çà devient une dépendance ;

Assez curieusement  ma Psy, *j'ai eu envie de la sauver car elle semblait perdu dans son métier , son statut de femme et finalement son mal aimer .

Tout les bipolaires  quand ils sont en manie on envie de sauver le monde et en général c'est comme çà que l'on se fait repérer par les pervers , car ils recherchent les gens hypersensibles ., parce qu'eux  sont dépourvus de toute sensibilité .

Le métier de psy finalement c'est un métier de Funnanbulle  ils doivent être bienveillant mais ils doivent rester derrière le miroir au risque de se perdre  entre empathie sympathie et parfois amour du patient . Pas plus que le père ou la mère ne doivent devenir le copain de son fils ou la copine de sa fille ..

Une fille n'a pas besoin d'une copine de quarante ans .

J'ai compris assez tardivement que si j'étais toujours de côté des femmes au boulot au café dans les arrosages ,c'était parce que j'avais eu une mère qui était toujours disponible et un père presque toujours absent .

Je suis donc l' homme qui a peur d'aimer , de s'engager et un fils manqué qui n'a aucune confiance dans les hommes .

je suis assez effaré de voir la plupart des bipolaires sur ce forum qui ne parlent non pas d'amour mais rêvent toujours de celui-ci , l'amour ne peur pas résister à la dépendance qu'ils recherchent , la presque totalité des couples échouent parce qu'ils sont égoïste et  égocentriques . On considèrent le partenaire comme un auxiliaire de leur  vie et non comme un partenaire , en fait on cherche perpétuellement cet amour du père ou de la mère qui nous a manqués , finalement la plupart d'entre nous cherchons à reconstituer le cordon ombilical que l'on a pas su trancher . . (Guy Cormier, n'y a t'il pas d'amour heureux)

.La spécialité des femmes est d'essayer perpétuellement d'attraper un homme au lasso , de lui couper les ailes et puis un jour de s'apercevoir :" mais il n' a pas de couilles ce mec là" ,  en oubliant que c'est elles qui les lui on coupaient .

"On n'apprend pas aux vieux singes à faire des grimaces" .

c'est quoi un bon psychiatre ,quels sont les attentes des patients
Membre Carenity
Posté le

@pseudo-masqué 

Toi tu es un comique à ta manière mais tu as l'air d'avoir un tempérament dépressif... tu es toujours à faire des psychanalyses sauvages.. franchement il faut arrêter avec ça.. faut arrêter de tourner autour des rognures d'ongles et crottes de nez de l'enfance, ça ne sert à rien.. et parfois même ça enfonce plus qu'autre chose, au lieu de vivre au présent, c'est au passé permanent... la vie c'est Ici et Maintenant.. et non il y a 30 ans, ou quand on avait 3 ans et qu'on se touchait la quéquette en se planquant de maman.. oups ma maman m'a vu me tripoter la bite, et donc je suis devenu bipolaire.. n'importe quoi.. la psychanalyse n'a rien de scientifique, on ne peut absolument rien prouver... c'est encore pire que la psychiatrie.. c'est bien pour se faire un roman familial, si on a du temps à perdre à fouiller les archives de notre mémoire etc.. pour le reste ça n'apporte aucune solution concrète.. 

à mon tour pour la tranche d'humour : pour ma part quand je suis maniaque je n'ai pas du tout envie de sauver qui que ce soit et encore moins le monde.. moi c'est le contraire, j'ai plutôt envie de fuir le monde le plus loin et plus haut possible.. ça fait genre : " oubliez moi bande de trous de balle !! gus gus de mes deux couilles !! je vais me barrer tellement haut que de là haut je ne verrai que des fourmis ou mieux rien, rien que le ciel ".. alors quand je suis maniaque, je grimpe, mais concrètement je grimpe, je deviens chaud bouillant pour l'alpinisme et le Mont Everest.. sauter en parachute etc... moi quand je suis maniaque je veux être dans le ciel, habiter dans le ciel.. très loin de la laideur terrestre.. 

donc je crois qu'on a tous une manière de vivre une manie..