flag fr
flag en flag es flag de flag it flag us
https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/maladie-dalzheimer.jpg

Patients Maladie d'Alzheimer

2 réponses

6 lectures

Sujet de la discussion


anonymous avatar Membre Carenity • Animatrice de communauté
Posté le
Bon conseiller

La Haute Autorité de santé (HAS) a publié vendredi des recommandations sur la prise en charge des malades de type Alzheimer, qui pourraient être le prélude au déremboursement des médicaments, jugés peu efficaces.

medicaments

La HAS a rendu publics un guide et des fiches pratiques qui visent à "mettre en place un parcours de soins et d'accompagnement adapté" pour les patients souffrant d'Alzheimer et de maladies apparentées. Objectifs: diagnostiquer plus tôt, assurer une bonne coordination entre tous les acteurs du soin (médecins traitants, gériatres, infirmiers, acteurs psychosociaux...) et soutenir les aidants. "Ce guide est très attendu sur le terrain", a affirmé lors d'une conférence de presse Dominique Le Guludec, qui a succédé à la tête de la HAS à la ministre de la Santé Agnès Buzyn.

En parallèle, l'amélioration du parcours de soins pourrait s'accompagner d'un déremboursement des quatre médicaments utilisés pour traiter les symptômes d'Alzheimer, a indiqué Christian Thuillez, président de la commission de transparence de la HAS. Selon lui, cette question doit faire l'objet d'"annonces" prochaines de la part de la ministre. La commission de transparence évalue les médicaments en vue de leur remboursement.

"Un intérêt médical insuffisant"

En octobre 2016, elle avait jugé que les quatre médicaments anti-Alzheimer (Aricept, Ebixa, Exelon, Reminyl) et leurs génériques avaient "un intérêt médical insuffisant pour justifier leur prise en charge". Cet avis, qui avait suscité l'inquiétude d'associations de malades, n'avait pas été suivi par la ministre de la Santé de l'époque, Marisol Touraine. "Je veux mettre en place un protocole de soins élaboré par les scientifiques en lien avec les associations de patients, avait-elle dit quelques jours après l'avis. Tant que ce protocole de soins ne sera pas élaboré et mis en oeuvre, la question du déremboursement ne peut pas et ne doit pas se poser".

"Les bénéfices de ces médicaments existent mais sont modestes et ne sont pas suffisants par rapport aux risques (d'effets indésirables, ndlr) encourus par les patients", a expliqué jeudi le Pr Thuillez, selon qui l'amélioration de la prise en charge voulue par la HAS "va rendre des services bien meilleurs" que les médicaments. La pris en charge non médicamenteuse "améliore l'état des patients sans effets indésirables", a-t-il souligné. La Pr Le Guludec a appelé à "ne pas se focaliser" sur la seule question d'un éventuel déremboursement des médicaments, en insistant sur "l'importance du guide".

Fin avril, le laboratoire Janssen-Cilag a annoncé qu'il arrêterait de commercialiser à partir du 30 novembre le Reminyl, l'un des quatre médicaments anti-Alzheimer, sans préciser si cette décision était liée à un éventuel déremboursement. En 2015, le remboursement des médicaments prescrits aux malades d'Alzheimer a représenté quelque 90 millions d'euros.

La maladie d'Alzheimer, qui se traduit par une dégénérescence du cerveau et des pertes de mémoire, touche, avec d'autres démences, entre 850.000 et 1,2 million de personnes en France, selon les chiffres officiels. Il ne s'agit toutefois que d'estimations, car le nombre réel de malades est difficile à quantifier.

---------------------------------------

EDIT : France Alzheimer proteste

Le déremboursement attendu des médicaments anti-Alzheimer est une décision "infondée et dangereuse", a estimé lundi l'association France Alzheimer. "Il semblerait [...] que dans la balance économique, la qualité de vie des personnes malades et de leurs proches ne pèse pas très lourd", a écrit l'association dans un communiqué, avant même l'officialisation de la décision. "Si derrière le terme efficace, on entend guérir la maladie, bien entendu, ils ne le sont pas et ne l'ont jamais été. Par contre, si l'on parle d'un effet sur les symptômes des personnes malades, alors oui, ces médicaments sont efficaces", juge France Alzheimer.

Selon l'association, "le déremboursement entrainerait une iniquité entre les familles les plus aisées et les plus démunies". "Au-delà de la question de l'efficacité, la prescription des médicaments participait grandement à maintenir un lien thérapeutique entre le médecin et le patient", fait-elle valoir.

Début de la discussion - 30/05/2018

Alzheimer: vers un possible déremboursement des médicaments

anonymous avatar Membre Carenity • Animatrice de communauté
Posté le
Bon conseiller

Les sociétés savantes de neurologues et de gériatrie ont protesté mercredi contre l'annonce du déremboursement des médicaments contre la maladie d'Alzheimer, "délétère pour les patients français et leur entourage".

Cinq sociétés savantes et organisations professionnelles médicales: la Fédération des centres mémoire, la Fédération française de neurologie, la Société française de neurologie, la Société française de gériatrie et de gérontologie, et la Société Francophone de psychogériatrie et de psychiatrie de la personne âgée ont déclaré dans un communiqué : "Selon plusieurs méta-analyses, les médicaments symptomatiques qui pourraient ne plus être remboursés demain ont prouvé leur efficacité sur la cognition dans la maladie d'Alzheimer, la maladie à corps de Lewy et la démence de la maladie de Parkinson."

"Cet effet dont l'amplitude est modeste est démontré", insistent-elles. Elles appellent à "un nouvel examen des résultats scientifiques réels des grandes études internationales avant de prendre une décision définitive qui isolerait la France et, surtout, serait délétère pour les patients français et leur entourage".

-AFP-

Alzheimer: vers un possible déremboursement des médicaments

anonymous avatar Membre Carenity • Animatrice de communauté
Posté le
Bon conseiller

EDIT - Les médicaments anti-Alzheimer ne seront plus remboursés (Journal officiel)

Les médicaments anti-Alzheimer, jugés insuffisamment efficaces et potentiellement risqués, ne seront plus remboursés par l'Assurance maladie à compter du 1er août, selon un arrêté publié vendredi au Journal officiel.

icon cross

Ce sujet vous intéresse ?

Rejoignez les 169 000 patients inscrits sur la plateforme, informez-vous sur votre maladie
ou celle de votre proche et échangez avec la communauté

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme