«
»

Top

Vers une avancée majeure dans la lutte contre le VIH ?

Publié le 1 déc. 2020 • Par Candice Salomé

Chaque année en France, 6 000 personnes découvrent leur séropositivité. A l’heure actuelle, aucun traitement ne guérit de la maladie mais grâce à certains traitements les personnes séropositives peuvent vivre plus longtemps.

Cependant, une nouvelle étape dans la lutte contre le VIH vient d'être franchie. En effet, la startup française Diaccurate, spécialisée dans la biotechnologie, est parvenue à identifier l'enzyme à l'origine de la paralysie du système immunitaire des malades du VIH.

Mais alors, quel est le mécanisme du fonctionnement du VIH ? En quoi cette découverte va pouvoir faire avancer la recherche ?

On vous dit tout dans notre article !

Vers une avancée majeure dans la lutte contre le VIH ?

Qu’est-ce que le VIH ?

Aujourd’hui dans le monde, 36,9 millions de personnes vivent avec le VIH dont 23,3 millions bénéficient d’un traitement. Le Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) touche 1,7 millions de nouvelles personnes chaque année. En France, plus de 170 000 personnes vivent avec le VIH et 6 000 personnes découvrent leur séropositivité chaque année.

Le SIDA (syndrome d’immunodéficience acquise) est une maladie causée par le virus VIH qui entraîne un dysfonctionnement du système immunitaire.

Le VIH a pour particularité de s’attaquer aux lymphocytes notamment les CD4+ (des globules blancs dont le rôle est la défense immunitaire de l'organisme face aux agressions infectieuses).

Le virus entraîne la disparition des lymphocytes CD4+ nécessaires au bon fonctionnement du système immunitaire. Il en résulte une sensibilité accrue aux infections et à certains cancers. La sévérité de la maladie s’évalue notamment par la quantité de cellules CD4 restantes dans l’organisme.

Les patients infectés par le VIH peuvent être efficacement traités par des médicaments antiviraux, mais à condition d’être traités à vie car leur système immunitaire est incapable de se débarrasser du virus qui recommencera à se répliquer si le traitement est interrompu.

Il existe deux types de VIH, les VIH-1 et VIH-2 qui présentent des différences moléculaires. En France, plus de 98% des infections sont dues au VIH-1. Le VIH-2 est moins virulent, moins transmissible et sévit principalement en Afrique de l'Ouest.

Le stade le plus avancé de l’infection au VIH est le SIDA (syndrome d’immunodéficience acquise). En l’absence de traitement, il apparaît en moyenne dix ans après l’infection (ce délai varie fortement d’une personne à l’autre).

Qu’a découvert la startup en biotechnologie Diaccurate ?

Les lymphocytes CD4+ jouent un rôle essentiel dans l’immunodéficience sévère qui caractérise l’infection par le VIH et cela selon deux mécanismes :

  • le perturbation du fonctionnement des lymphocytes
  • la diminution du nombre de ces lymphocytes

Si le rôle des lymphocytes CD4+ est bien établi, une question restait jusqu’alors sans réponse. Pourquoi, alors que moins de 0,5 % des lymphocytes CD4+ sont infectés par le virus, ces derniers sont tous dysfonctionnels chez les patients infectés par le VIH ?

La startup française Diaccurate et ses six partenaires ont publié, dans le prestigieux Journal of Clinical Investigations, les résultats d'une étude qui lève enfin le voile sur le mécanisme d'action complexe du VIH sur le système immunitaire des patients.

La découverte de l’entreprise Diaccurate, issue de l’Institut Pasteur, est donc révolutionnaire. Elle a identifié l'enzyme à l'origine de la destruction des globules blancs, une protéine naturellement produite par l'homme. Mais quand elle est infectée par le VIH, c'est elle qui affaiblit les membranes des globules blancs.

Il s’agit d’une enzyme (l’enzyme PLA2G1B) naturellement sécrétée par le pancréas dans le système digestif. « Notre découverte montre comment le virus coopère avec une enzyme du patient pour induire un dysfonctionnement lymphocytaire et permettre au VIH de neutraliser la réponse immunitaire du patient » explique le Pr Jacques Thèze, cofondateur de Diaccurate.

Néanmoins, chez les patients infectés par le VIH, un fragment du virus va venir fragiliser les lymphocytes CD4+ qui vont être ensuite attaqués par l’enzyme PLA2G1B. Ces lymphocytes vont alors voir leur membrane se déformer pour devenir bosselée.

En raison de leur déformation, le fonctionnement des récepteurs des lymphocytes CD4+ est bloqué et ils ne peuvent plus jouer leur rôle de régulateur. Le système immunitaire ne peut alors plus se défendre. Les patients sont donc immunodéprimés et sensibles à d’autres infections ou cancers pouvant entraîner leur décès.

Qu’est-ce que peut changer la découverte de la startup Diaccurate ?


L’identification de ce phénomène de membrane bosselée sur les lymphocytes CD4+, ainsi que le rôle joué par l’enzyme PLA2G1B, ouvrent la voie à l’exploration d’un nouveau type de traitement pour les patients atteints de VIH. A l’occasion de la publication dans le Journal of Clinical Investigations, Diaccurate a annoncé avoir développé un anticorps monoclonal humanisé* capable de neutraliser l’enzyme PLA2G1B pour inverser l’hypo-réactivité CD4+ et la lymphopénie CD4+, actuellement au stade pré-clinique.

Néanmoins, ce traitement nécessitera des financements considérables et ne devrait pas être développé avant 5 à 10 ans. Mais son développement pourra potentiellement permettre la rémission pure et simple des personnes atteintes par le VIH. Selon Philippe Pouletty, directeur général de Truffle Capital (fonds de gestion de capital-risque à l’origine de la création de Diaccurate) : “On sait qu'on peut neutraliser cette enzyme efficacement avec cet anticorps (dont le nom est Plazumab). Mais de là à dire que la neutralisation de ce mécanisme conduit à une guérison fonctionnelle du SIDA, ou en cancérologie, il y aura de nombreuses années d'essais cliniques qui seront nécessaires”.

*Le but ultime de l'humanisation d'un anticorps est de produire des régions variables proches des régions humaines sans que l'anticorps humanisé perde l'affinité et la spécificité de l'anticorps murin, INSERM.

Ainsi, cette découverte inédite ouvre la voie à de nouvelles stratégies thérapeutiques. Mais il reste encore beaucoup de chemin à parcourir et de financement à apporter avant que les scientifiques ne parviennent à mettre à jour une nouvelle thérapie antivirale.

Cet article vous a-t-il été utile ?


Partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !

Prenez soin de vous !

avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Community Manager France

Candice Salomé est Community Manager France chez Carenity. Elle participe également à la rédaction d’articles du Magazine Santé. Responsable de l’engagement des membres... >> En savoir plus

Commentaires

Vous aimerez aussi

2e cas mondial de rémission chez un patient atteint du VIH !

SIDA-VIH

2e cas mondial de rémission chez un patient atteint du VIH !

Lire l'article
Sida : "j'ai cru mourir dix fois"

SIDA-VIH

Sida : "j'ai cru mourir dix fois"

Voir le témoignage
Coronavirus et VIH

SIDA-VIH

Coronavirus et VIH

Lire l'article
Lutte contre le sida et PrEp : la réussite des Alpes-Maritimes

SIDA-VIH

Lutte contre le sida et PrEp : la réussite des Alpes-Maritimes

Lire l'article

Fiche maladie