Echanges entre personnes bipolaires !

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/trouble-bipolaire.jpg

Patients Trouble bipolaire

Echanges entre personnes bipolaires !


Posté le
Bon conseiller

@KaLySs‍

Votre franchise vous honore y compris vis-à-vis de votre supérieur hiérarchique mais faites attention à préserver le secret médical vous concernant au sujet de votre bipolarité diagnostiquée récemment.
J’écris cela pour l’avoir vécu pendant ma longue hospitalisation en hôpital psychiatrique MGEN de 1997 à 2000.
Tout le monde ne comprend pas ce qu’est la souffrance psychique et encore moins telle ou telle psychopathologie.

Ce que j’écris là n’est pas un reproche. Loin de là. Et puis quand on est au fond du gouffre on se raccroche où l’on peut en cherchant de l’aide psychologique pour se rassurer et recevoir de la bienveillance. 
Mais le monde extérieur à soi peut aussi être cruel car il peut juger et quelquefois mal à propos. 
Pour revenir à vous plus précisément, au regard de ce que j’ai vécu il y a plus de vingt ans comme professeur des écoles, je vous recommande de vous mettre en arrêt de travail si votre psychiatre ou médecin traitant le juge opportun pour vous protéger. Car en poste, on est censé être au moins à 100% de ses capacités productives. 
Mais ma recommandation facultative doit être examinée en fonction aussi de votre statut professionnel, à savoir titulaire ou pas, CDI ou CDD, fonctionnaire ou pas, etc.

Par mon expérience personnelle, mon statut de fonctionnaire d’Etat dans l’Education nationale m’a bien protégé dans ma prise en charge car cela m’a enlevé tout problème financier de maintien de traitement pendant mes presque trois années d’arrêt de travail. 
Voilà pour résumer mes conseils et soutien suite à votre dernier post. 
Bon courage et bonne continuation dans votre démarche de soins. 
Amicalement. 
Sylvain 

Echanges entre personnes bipolaires !


Posté le

Bonjour tout le monde

Voilà bien longtemps que je suis venue sur ce site...

Je pense qu'aujourd'hui, j'ai accepté d'être malade psychiquement. Mais je me bats.
Diagnostiquée il y a quelques années bipolaire et en état de stress post-traumatique, ma réaction première m'a orientée vers des professionnels de la santé. 

J'ai rencontré un premier psychiatre, puis un deuxième qui lui, a eu toute ma confiance. J'ai suivi différents traitements médicamenteux afin de vivre au mieux ma vie.
Je m'accroche. 
Actuellement, je suis suivie par 3 professionnels : un psychiatre, un psychologue EMDR et un thérapeute.
Je prends un thymorégulateur et un antipsychotique en traitement de fond.

J'ai eu besoin de faire le tri dans ma vie sociale car je ne peux pas être trop sollicitée. Tout est une question d'équilibre. 
Je vis en couple. Ma fille est grande. 
Malgré tout, j'ai besoin de pouvoir partager, m'amuser, échanger.

Vivre recluse serait pour moi m'éteindre et ne plus exister. Je pense que ma médication m'aide énormément. Elle m'apaise et me permet d'ouvrir des portes. Je ne travaille pas mais je joue des percussions, je monte à cheval, je fais du roller et de la rando pédestre. Je m'entoure de quelques personnes très proches avec qui j'ai de vraies relations et j'ai un cercle social élargi par mes différentes activités. 

Pour moi, vivre avec des troubles mentaux est une question d'équilibre. Nous avons besoin de repos comme nous avons besoin de vivre. J'ai fait le choix de la médication afin de ne pas m'effacer. Pourtant, je déteste ces médicaments qui font grossir. Malgré tout, ils me permettent de vivre une vie plus stable et plus agréable. Je suis maintenant nettement plus calme, plus posée. Mon travail thérapeutique et ma médication portent leurs fruits. En effet, je me bats et j'essaye de vivre la vie que je mérite. Surtout, je ne me laisse pas emporter par les stigmates que créent la maladie mentale.

Echanges entre personnes bipolaires !


Posté le

Bonjour,

ça fait longtemps que je ne suis par revenu sur le site. Là, j'ai retrouvé un emploi en tant qu'employé libre service dans un supermarché à temps partiel mais je n'arrive pas à tenir bon ; je me sens pas dans mon élément et en plus ils m'ont mis de 15h30 à 19h30 6 jours sur 7. Ma psychiatre et ma psychologue m'encouragent pour que je tienne bon mais je sens que je suis en phase dépressive et je ne trouve aucun plaisir dans ce que je fais. J'ai essayé de demander à passer du matin, 6 à 10h mais c'est pas sûr que ça soit accepté bien que j'ai parlé de ma reconnaissance handicapé.

Auriez-vous des conseils pour que je tienne le coup ; mon cdd se termine le 26 septembre et ensuite normalement je passe en cdi. J'ai été 1 an en arrêt maladie et je ne tenais pas moralement seul chez moi, n'arrivant pas à m'occuper, le seul moyen pour moi, c'est d'avoir une activité professionnelle. Merci pour vos réponses.

Echanges entre personnes bipolaires !


Posté le
Bon conseiller

@mission,

Je serais tenté de vous répondre de tenir quoi qu’il en coûte. Évidemment c’est pas simple au quotidien surtout en phase dépressive car donner du sens à sa vie quand on pense qu’on est dans une impasse sans énergie, c’est très compliqué. 

En général, à ce stade malgré les aides thérapeutiques par les médicaments et la thérapie, ça peut être dur de remonter la pente. 
Néanmoins, à vous lire, tout n’est pas noir à mon avis dans votre cas.. Un CDD qui se transforme à priori en CDI à la fin du mois, ça vaut de l’or en cette période de Covid. 

Car par expérience, la bipolarité étant source d’instabilité cyclique, avoir un job sûr, cela me semble être un point d’ancrage rassurant. Nous, êtres humains, avons besoin de contacts sociaux même si cela peut être délicat dans une phase down. 
Et surtout, avoir des horaires répétitifs c’est nous forcer à répondre présent quand on aurait plutôt tendance à décrocher et à se réfugier dans l’isolement. 

Et puis, il y a un domaine que vous n’abordez pas dans votre post, c’est celui de l’activité physique. Évidemment en cas de perte d’énergie en phase down cela devient presque surhumain, mais c’est essentiel de bouger son corps pour faire diversion quand le mental a tendance à prendre le dessus pour vous immobiliser.

Une activité simple comme la marche même en solitaire sur un chemin dans la campagne ou en forêt permet de se mettre en phase avec la nature. De respirer à pleins poumons. Cela peut paraître tout bête, mais c’est vivifiant. 
Dans mon cas, j’ai choisi le vélo sur une voie verte sur 10 km un aller-retour rituel sur le même parcours tous les jours si possible selon la météo. 
A cela, j’ai rajouté en alternance au moins deux séances par semaine de 500 m de natation en m’abonnant dans un complexe aquatique avec un bassin de 50 m.

Cela me demande un effort pour le faire au départ mais en fin de séance, je me sens mieux. J’ai l’impression que cela me booste pour la suite de la journée pour casser la monotonie des journées qui s’enfilent à l’identique d’un jour sur l’autre en tant que retraité isolé.

Pour revenir à votre cas, il me semble préférable pour vous de poursuivre votre job pour maintenir des contacts sociaux et professionnels sans parler de votre source de revenus indispensable comme tout un chacun pour vivre du mieux que l’on peut pour pouvoir boucler les fins de mois. 

Et comme je le pense comme ancien syndicaliste : « On lâche rien. »

Bon courage pour la suite. 

Sylvain 

Echanges entre personnes bipolaires !


Posté le

Merci Sylvain, vous avez entièrement raison pour le travail, il faut que je persévère et côté sport, il va falloir que je me force un peu chaque jour.

A partir de mardi, je repasse du matin de 6 à 10h et je vais pouvoir m’organiser  Pour les activités sportives.

Passez un bon dimanche.

Echanges entre personnes bipolaires !


Posté le
Bon conseiller

@mission‍,

Bon vent au démarrage de vos nouvelles matinales !

 Vous avez gagné dans votre choix préférentiel d’horaires de travail.

Et à fond la forme maintenant pour le sport ! 

Pensées solidaires.

Sylvain 

Echanges entre personnes bipolaires !


Posté le

Bonjour,

Comment je fais quand mon propre conjoint fait un déni concernant mes troubles bipolaire?

J entend parler de soutien familial, mais j avoue que la je ne sais plus comment lui faire comprendre.

Je suis arrêtée 2 semaines, et il ne comprend pas pourquoi mon psy m’a arrêté.

Du coup je me renferme sur moi.  Pourtant j avais prévu de mettre pleins de chose en place (sport, dessin, apprendre à gérer mes troubles etc…), mais la, ma motivation s est évanouie et ma couette me sert de refuge et les idées noires s invitent à moi.

Avez-vous déjà eu cette problématique ?

A bientot

Kalyss

Echanges entre personnes bipolaires !


Posté le
Bon conseiller

@KaLySs‍,

 Vous voilà dans un impasse avec votre conjoint en cette période d’arrêt maladie prescrite par votre psychiatre en qui vous avez confiance. 

A priori, à mon avis, à part de faire une thérapie de couple, je pense que le déni de votre partenaire est sa manière à lui de se protéger de ce qu’il ne veut pas voir. 
Évidemment, c’est certainement pas le moment d’engager des discussions sans fin avec lui puisque c’est probablement un masque de sa part. 


Par ailleurs, si à l’intérieur de votre « home sweet home », l’atmosphère devient irrespirable, je vous conseille d’en parler sans tarder à votre psychiatre. 


Car c’est un facteur délétère freinant votre rétablissement à coup sûr. Pour contourner cette situation sans se prendre la tête avec votre conjoint et sombrer même avec des idées noires, si je peux le faire, je vous conseille d’envisager un court séjour en clinique psychiatrique si c’est possible à proximité de chez vous. 
Hormis les soins sur place, cela permettrait de mettre un cordon sanitaire entre vous et votre conjoint qui ne vous aide pas du tout. 

Mon expérience personnelle a été d’être hospitalisé en HDJ dans un hôpital spécialisé en santé mentale MGEN à Rouen entre fin 1998 à mi-2000. Et c’est pas uniquement réservé aux enseignants. Mais il y a aussi de grands groupes privés de cliniques spécialisées en psychiatrie autour des grandes villes. 

Voilà une piste sérieuse de réflexion pour sortir de l’impasse dans laquelle vous vous trouvez avec votre conjoint. N’hésiter pas à l'évoquer avec votre psychiatre en toute franchise et transparence. Vous verrez alors ce qu’il ou elle en pense. 

Bon courage et bon rétablissement.

Sylvain 

Echanges entre personnes bipolaires !


Posté le

Bonjour Kalys 

Je me reconnais dans votre témoignage. Bipolaire et burn-out de. Je suis en arrêt maladie depuis 1 an. Mon traitement à été adapté depuis 3 mois: plu d’antidépresseurs et remplacement par le Lithium, le thymoregulateur le plus efficace. Après une période de réglage du dosage. Mes humeurs sont maintenant complètement esuili fées depuis plusieurs mois. Et j’envisage de reprendre des activités professionnelles.

gardez l’espoir, arrêtez vous si nécessaire, prenez le temps, et parlez du lithium à votre psy

courage!

Anne

Echanges entre personnes bipolaires !


Posté le

Je suis nouvelle sur ce site forum. Je ne sais pas trop comment ça marche. Vivre avec sa maladie est facile quand tout va bien. En pèriode de dépression, je suis en arrêt de travail et je me fais hospitaliser. Cette fois, c'est plus compliqué. Je suis hospitalisée, mais je me sens seule, c'est pour cela que je viens voir ici pour échanger.

Discussions les plus commentées