Frôler un infarctus du myocarde

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/maladies-cardiovasculaires.jpg

Patients Maladies cardiovasculaires

1 réponse

33 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Bonjour,

Je suis née sans glande thyroide pour laquelle je recevais du lévothyrox 175 ug/j ancienne formule puis j'ai eu la nouvelle formule qui me provoquait des vertiges, des douleurs musculaires, ma tendinite de l'épaule droite a refait surface. Depuis une semaine, je prends de l'Euthyrox 175 et au bout d'une semaine, je me sens mieux. Mon hypothyroïdie me provoque une augmentation de mon cholestérol LDL ainsi que les triglycérides. J'ai une hérédité familiale très marquée pour les maladies cardiovasculaires puisque mon papa a eu un pontage aorto-coronaire ainsi que des stents, mon grand-père maternel a eu un avc pour lequel il est décédé, ma maman fait du cholestérol ainsi que de l'hypertension artérielle, mon frère fait également du cholestérol et de l'hypertension ainsi que ma soeur. Depuis décembre dernier, je suis traitée par pression positive continue pour un syndrome d'apnées du sommeil. Depuis avril 2008, je prenais un bétabloquant et, au mois de mars dernier, mon nouveau cardiologue me l'a supprimé à cause de sa toxicité pour les poumons, ayant eu une pneumonie en mars 2016. Deux semaines plus tard, j'ai commencé à ressentir de l'essoufflement à la marche puis à la montée des escaliers, associé à des douleurs dans la poitrine et des palpitations. Le 19 avril dernier, j'ai été hospitalisée pour cause d'ischémie mais ressortie des Urgences sans traitement. Au fil des semaines qui passaient, j'étais de plus en plus essoufflée. Le 2 juin, j'avais rendez-vous avec mon médecin traitant pour le renouvellement de mon ordonnance. Je suis arrivée au Pôle de Santé, complètement essoufflée. J'avais emmené le dossier de mon hospitalisation du 19 avril. Lorsqu'il a vu l'ECG, il m'a aussitôt hospitalisée. Je suis donc partie par Véhicule Sanitaire Léger aux Urgences. A mon arrivée, j'ai aussitôt été prise en charge. Les différents examens ont été faits et dans l'après-midi, j'ai été transférée en Unité de Soins Intensifs Cardiologiques pour surveillance. En début de nuit, j'ai dû appelé l'infirmière de nuit à cause d'une douleur thoracique qui me serrait en étau et calmée par deux bouffées de trinitrine. Le diagnostic d'angor instable a été posé. La cardiologue m'a fait passer une coronarographie plutôt qu'une épreuve d'effort car celle-ci aurait provoqué l'infarctus. Le dimanche matin, l'ECG a décelé un infarctus antérieur passé inaperçu. Le lundi après-midi, j'ai été transférée dans un autre hôpital par ambulance pour aller passer ma coronarographie. J'ai donc passé l'examen le lendemain. Conclusion : coronaires infiltrées sans sténoses significatives. Le lendemain, j'ai vu le cardiologue qui s'est fait pressant pour que je revois le mien le plus rapidement possible et je suis ressortie avec un traitement anti-angineux à base d'anti-agrégant plaquettaire, d'un béta-bloquant, d'un IEC et d'une statine, sans oublier le lévothyrox. Le 13 juillet, j'ai donc revu mon cardiologue et mon ECG a diagnostiqué une lésion sous endocardique malgré le traitement. Dans la nuit du 27 au 28 septembre, j'ai eu une oppression thoracique qui a été stoppée par une bouffée de natispray par contre ma dyspnée a continué, m'obligeant à prendre un deuxième oreiller. Dans la matinée, j'ai dû alerter les secours à cause de mon essoufflement. A l'arrivée des pompiers, ma tension artérielle était à 180/100 aux deux bras. Ils m'ont fait deux ECG qu'ils ont envoyé au Médecin du Samu puis j'ai été transportée aux Urgences. A mon arrivée, tous les examens ont été faits : gaz du sang, prise de sang, ECG, radio pulmonaire. Je fais de l'hypoxie aux gaz du sang. A la maison, ma saturation était à 100% et est descendue à 93% aux Urgences. Le médecin a téléphoné à ma pneumologue pour avoir des renseignements sur le traitement de mes apnées du sommeil. J'ai également vu l'interne de cardiologie qui m'a prescrit des patchs de trinitrine dosés à 10 mg/24 h et je suis ressortie des Urgences le soir avec l'ordonnance de Nitriderm. Le lundi suivant, je suis allée voir ma pneumologue qui m'a fait passer une épreuve fonctionnelle respiratoire et ma capacité pulmonaire a diminué d'un litre 40 en un an. Je revois mon cardiologue le 31 octobre prochain et je passe un scanner thoracique de contrôle pour un nodule sous-pleural droit le 7 novembre. J'ai à nouveau rendez-vous avec ma pneumologue le 20 novembre

Début de la discussion - 03/12/2017

Frôler un infarctus du myocarde


Posté le

Bonsoir. On m'a posé un stent il ya de cela 15 j. En marchant je ressent  toujours des petites douleurs  au thorax.  Dès  que je m'allonge sur mon lit les palpitations se manifestent  avec des petites douleurs au thorax et même  des fois petites douleurs  au bras gauche. Dès  que je me relève  tout disparait. Est ce normal?  Précision.   C'est en marchant dans la rue qu'il ya ces petites douleurs.  À la maison rien . Sauf en position allongé. Bizarre non? En un mot. Après  la pose du stent, est ce normal qu'on ressente toujours ces malaises? Merci.

Discussions les plus commentées