https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/fibromyalgie.jpg

Patients Fibromyalgie

12 réponses

93 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

coucou,y a t-ils des personnes suite aux douleurs ou autre on été  hospitalisé en psychiatrie,si suite à un traitement elles gèrent mieux leurs douleurs par rapport au mental,si elles voient régulièrement un psychiatre,que leurs apportent le fait  d'une thérapie suivie,ne faut t-il pas pour nous aller en psychiatrie plutôt que dans les centre anti-douleur pour être mieux pris en charge,à bientôt

Début de la discussion - 02/08/2012

dépression


Posté le

non poupoune pour l'instant je ne fait pas de depression, parfois une deprime quand les douleurs sont trop fortes mais pas si grave que toi.Par contre j'espere pouvoir bientot voir un psy car l'orogine de nosmaux sont souvent dans notre passé.

dépression


Posté le

pour ma part poupoune , , je préfère aller voir une psychologue qu'un psychiatre , car ce dernier m'avait drogué en me disant que je faisais des crises d'epilepsie alors qu'en réalité c'était de très grosses migraines , alors quand le médecin du CAD m'a parlé de psychologue  , c'était non car je ne voulais pas retomber encore une fois dans ce cercle vicieux d'ou j'ais eu un très gros accident qui m'a couté 3 mois d'hospitalisation ; et quand je me suis décidée à y aller , je lui ais dit , voila ce que je pense pour ma part , mais je sais que j'y vais tout les 15 jours , ma douleur est toujours là et je suis obligée de pleurer et ça , je voudrais que cela parte et que je puisse en parler sans verser des larmes    on y arrivera , mais cela prendra peut-être du temps 

dépression


Posté le
Bon conseiller

Coucou Lisou,

Je pense que ton raisonnement est le bon !

De toute façon, il faut faire la différence entre psychologue, psychothérapeute, psychiatre et psychiatre-psychanaliste !

Leur méthode est totalement différente !

Bon courage Lisou, tu vas y arriver ! Plus le traumatisme est grand, plus celà prend du temps mais ces larmes qui sortent encore sont nécessaires 
Je t'encourage à continuer et toutes mes pensées positives, pleines de bonnes ondes, t'accompagnent 

Gros 

dépression


Posté le

tout a fait d'accord avec toi Frogster , la psy du CAD ne me donne pas de médicaments , elle te fait parler , et elle me laisse pleurer , et ensuite elle change de sujet en demandant si j'ais ma petite chienne en bonne santé ou autre chose et ça pendant 1 heure ou on parle de fleurs pour ne pas rester dans le contexte , la 1ère que j'ais eu , ne me disait rien ,pas un mot , elle ,  elle est toute jeunette , elle à fini ses études avant de venir au centre anti douleurs  et elle fonctionne avec l'infirmière et le médecin , même quand j'étais hospitalisée pour mes perf de Kétamine , elle est venue me voir dans la chambre 

dépression


Posté le
Bon conseiller

Pour avoir déjà été suivie en CAD et en milieu psy, j'avoue que je préfère être suivie pour des douleurs par un CAD que par un hôpital psy

Je ne nie pas que les deux sont liés, mais souvent au CAD, ils ont plus de possibilité de nous orienter vers d'autres techniques, par exemple, c'est par le CAD d'Orléans que j'ai pu avoir mon TENS

Au niveau psy, pour l'instant je suis suivie par le psychologue du CAD, en attendant d'avoir un rdv avec ma nouvelle psychiatre

dépression


Posté le

Quand on m'a annoncé le diagnostic de la fibro et d'une autre maladie presqu'en même temps dans le service de médecine interne, on m'a conseillé de voir un psy de l'hôpital pour m'aider à encaisser les nouvelles et voir si on devait me prescrire des anti-dépresseurs. J'étais très déprimée à l'époque et j'ai rencontré la psy 3 fois mais hors service de psychiatrie. Elle a conclu que ma dépression était réactionnelle et qu'il était souhaitable que je voie une psychothérapeute pour sortir de la mauvaise passe et me décharger de quelques fardeaux pour me relaxer plus facilement et atténuer les douleurs. Je suis bien contente de ne pas avoir eu à revoir cette psy qui m'a menti à 2 reprises pour me forcer à essayer un traitement sur lequel j'avais de gros doutes. La 3è rencontre était d'ailleurs à ma demande pour lui dire ce que je pensais de sa manière de faire!

Par contre, j'ai toute confance en ma psychothérapeute qui m'a bien aidée à reprendre confiance en moi, à relativiser tout un tas de choses, à gérer les relations familiales difficiles et à encaisser les tracasseries administratives, à tel point que je ressens de moins en moins  le besoin de la voir.

Pour ce qui est d'un séjour en service de psychiatrie, je crois qu'il faut vraiment être au fond du trou mentalement  pour y aller. J'ai une personne bipolaire dans ma famille et elle y fait des séjours réguliers. Le peu qu'elle en a dit ne donne vraiment pas envie d'aller dans ces services si on peux les éviter. Je pense qu'il faut mieux consulter un psy en dehors d'un service et rester dans un environnement normal, plutôt que de se séjourner au milieu de gens profondément atteint mentalement et/ou assommés par des médocs.

Bref, à mon avis, aller en psychiatrie pour soigner une très profonde dépression, pourquoi pas,  si un psy le juge utile, mais y allez pour être suivie pour une fibro, je ne pense pas que cela soit une très bonne idée.

dépression


Posté le

Je suis en thérapie avec une psychiatre psycothérapeute pour une thérapie de soutien depuis 1 an 1/2 et cela va mieux ; je te conseille de prendre quelqu'un qui a cette double casquette. De toute façon une dépression sévère ne se soignes pas en 1 jour et ut ne vas pas passer ta vie en HP. Comment te sens tu après ton séjour ? As tu besoin de ces moments où tu es dans cette bulle pour te ressourcer ? Ou au contraire cela te déprime ? 

Si tu es arrêtée, profites de ce moment de pause.

dépression


Posté le

coucou,oui  depuis ma sortie je suis une thérapie suivie avec pour le moment la psy de l hopital et en fin aout avec une psy du privé que je ne connais pas encore,je verrais en temps et heure si elle me convient,j'ai eu d autres adresses au cas ou,mes problèmes de mal ètre ont commencé en 2007,je ne les ai pas pris au sérieux et à la longue je suis allée vers la dépression suite aux douleurs et au fait que je ne pouvais plus ou peu me déplacer parce que mes jambes ne me tenaient plus,j'en avait ras le bol d'ètre une loque et je me suis mise à pleurer dès qu'on me demandait comment j'allais ,c'était bizarre,à bientôt

dépression


Posté le
Bon conseiller

Coucou Poupoune,

Oui, cette maladie peut, parfois, prendre des aspects bien sournois pour lesquels on n'attache pas toujours l'importance qu'ils méritent !
Je suis heureuse de lire que tu te sens mieux et j'espère que celà continuera le plus longtemps possible !

Bon courage et à bientôt 

Amitiés !

   

Discussions les plus commentées