https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/diabete-de-type-2.jpg

Patients Diabète de type 2

1 réponse

119 lectures

Sujet de la discussion


Posté le

 Bonjour à tous,

À 70 ans je me trimbale un classique diabète de type 2. Mon alimentation n'est pas en cause, pas de surpoids notable malgré une vie assez sédentaire (et surtout ne me parlez pas de marches à pied car les miens sont douloureusement arthritiques). Aucun signe clinique de diabète, jusque que l'analyse du HbA1C était très mauvaise : 10,6 %.

Il était donc temps de m'en occuper sérieusement. Par chance je suis biologiste biochimiste de formation et je peux travailler avec les documentations médicales publiées sur Internet.

Un professeur, dont j'ai oublié le nom et qui, d'évidence, était un amateur des sports équestres avait classé la thérapeutique en 3 catégories : au pas, au trot et au galop. Pas de doute, pour le galopin que j'étais je relevais de la 3e catégorie.

Le premier groupe (au pas) relève de la seule metformine dite "de première intention" lorsqu'on a découvert qu'on dépassait juste les normes de la bienséance glucidique. Pas de risque d'hypoglycémie avec cette molécule mais un effet secondaire courant et em**dant : des diarrhées sévères au point de devoir prendre en même temps du lopéramide ce qui n'est pas souhaitable. Mais ces diarrhées, c'est comme le mal de mer, on s'y blinde. La meilleure façon est de prendre cette metformide, non pas au dîner, mais au moment de dormir. Et là, miracle, plus de diarrhée. Vous devenez alors blindé et vous pouvez même en prendre le matin à jeun,, si vous avez oublié d'en prendre la veille, de même que vous pouvez aller établir un tourmentin à l'avant du voilier par force 8 sans vomir votre quatre heures.

Le deuxième groupe ajoute un sulfamide hypoglycémiant comme le glibenclamide. Là il faut être prudent et vous piquez souvent le doigt avec l'indispensable petite machine qui vous donne un instantané d'environ deux heures de votre glycémie (donc à ne pas confondre avec l'hémoglobine glyquée qui, elle, est valable pour 2,5 - 3 mois). Prudent car vous risquez une hypoglycémie qui peut être grave. Prenez un comprimé le matin, si nécessaire prenez en un le soir et même 2 (également le soir). En fin d'après midi si vous avez des tremblements vérifiez votre glycémie. Vous pouvez descendre à 55 et même 50 ce qui n'est pas bien du tout. Enquillez vous, vite faite, une tartine de confiture pur sucre la conscience en paix.

Si le deuxième groupe "au trop" est encore insuffisant, vous pouvez passer "au galop" en ajoutant de l'insuline retard Lantus 100 unités en injection matinale sous cutanée dans la cuisse. Indolore et facile à administrer vu que l'insuline est contenue dans un stylo-seringue avec un curseur gradué.

Généralement après 3 mois d'insuline vous pouvez revenir au 2e groupe. Pour ma part ma thérapie actuelle est metformine, 1 comprimé de 850 mg le soir, glibenclamide 5 mg le matin et 10 mg le soir.

Ce qui m'a permit d'obtenir un taux HbA1C de 6,5 % ce qui est considéré par les professeurs de diabétologie comme un taux très bon pour des diabétiques âgés s'il se situe entre 6,5 et 7,5 %. Espérer être inférieur à la norme de 6 % maxi étant chimérique de l'avis de ces professeurs.

En espérant que la description de mon cas puisse être utile.

Début de la discussion - 30/12/2019

Mon expérience de réduction drastique du taux d'hémoglobine glyquée

Posté le

Intéressant….Merci !!!