Après la dépression, ce que j'ai compris...

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/depression.jpg

Patients Dépression

Après la dépression, ce que j'ai compris...


Posté le
Bon conseiller

Dernière chose. Décidément aujourd'hui je suis prolixe. Vous n'avez pas d'argent ?

Rien ne vous empêche de trouver un praticien compétent avec la CMU. Cela demande juste davantage de prospective et de patience.

Les MJC locales ne coûtent pas la peau des fesses pour pratiquer un art martial et peuvent même être gratuites sous conditions de ressources. 

Balader régulièrement un chien particulier en SPA ne coûte absolument rien et vous ferez 2 heureux en vous promenant dans les bois.

Enfin, il existe des associations d'échanges de massages entre particuliers, des écoles de kiné à la recherche de cobayes ou des prix fracassés dans les quartiers chinois à certains horaires.

Bref, quand on ne roule pas sur l'or, il faut être imaginatif et débrouillard. Je ne doute pas Angelina que vous disposez de ces qualités. Vous allez vous en sortir.

Après la dépression, ce que j'ai compris...


Posté le
Bon conseiller

@Gilles92 

Merci bcp 

Après la dépression, ce que j'ai compris...


Posté le
Bon conseiller

Il n'est pas nécessaire de remercier. C'est sympa, mais contrairement à ce qui peut paraître, nous ne sommes pas loin des mêmes abîmes. Donc de savoir que vous luttez, donne des forces. Je connais assez toutes les raisons d'abandonner dans une recherche de dignité, qui m'interpellent à chaque instant.

Donc, lorsque l'on s'échange un peu d'énergie, c'est important.

Comme on aurait tendance à dire en Asie, c'est plutot vous qui me donnez l'honneur d'essayer de vous être utile... (Et donc de me sentir utile). Aussi, c'est moi qui vous remercie.

Je ne vous demande qu'une chose, c'est de vous même, essayer d'être utile à quelqu'un. Restez forte. Vous l'êtes puisque vous communiquez sur ces sujets si délicats et intimes, assumés autant que possible.

Bien à vous, très sincèrement. 

Après la dépression, ce que j'ai compris...


Posté le
Bon conseiller

@Gilles92 Décidément, vous êtes une personne précieuse en conseil. Merci de secouer un peu notre ordinaire de pensée. D'autant que c'est fait avec un profond respect et sans condescendance. C'est précieux. *****

Après la dépression, ce que j'ai compris...


Posté le
Bon conseiller

Bonjour à tous,

Voici une vidéo qui devrait faire réfléchir :

https://www.youtube.com/watch?v=MKZzslPd3Hw

J'ai toujours pensé que la dépression était d'abord un problème de société avant d'être une maladie. Il revient à chacun de ceux qui sont laissés en carafe et qui sont de plus en plus nombreux, malgré les armées de psys, de réfléchir à un autre modèle personnel.

Après la dépression, ce que j'ai compris...


Posté le
Bon conseiller

Hello @Gilles92‍ , étonnante vidéo. Cela fait plaisir de vous revoir. Merci de vos découvertes. 

Après la dépression, ce que j'ai compris...


Posté le
Bon conseiller

Bonsoir,

Je viens de finir le livre "Bouddhisme au quotidien" chez Hachette. Il me semble que certaines idées peuvent avoir leur place ici, peu importe ce que l'on croit ou non :

"Sogyyal Rimpoché distingue deux formes de paresse. La paresse orientale est contemplative : en faire le moins possible, flâner, rêvasser. La paresse occidentale est au contraire hyperactive : elle nous pousse à remplir chaque minute de notre temps avec des occupations souvent superflues, voire nuisibles, dans le seul but d'éviter ce que nous craignons plus que tout, le face-à-face avec nous-mêmes."

"Discerner, c'est évaluer en toute autonomie ce qui est important de ce qui l'est moins, selon notre propre échelle de valeurs. C'est cesser de vivre machinalement et prendre du recul par rapport à toutes les idées, modes et habitudes du plus grand nombre."

"L'harmonie est la notion clé : il s'agit avant tout de trouver une cohérence entre votre maison intérieure, c'est à dire votre esprit, et votre maison extérieure, celle où vous vivez, seul ou avec d'autres."

Un exemple qui fait rêver : https://mymodernmet.com/kelly-lund-loki-the-wolfdog/

Après la dépression, ce que j'ai compris...


Posté le
Bon conseiller

Bonjour @Gilles52‍, il suffit d'une phrase de sagesse et l'on se trouve appaisé. Là, je suis heureux de savoir que vous êtes de retour. Un peu comme le calme après une petite tempête. J'avais toute une collection de point sagesse et autres écrits boudhistes et taoïstes, mais aussi d'ailleurs. Hélas, prêtés à un acuponcteur qui préparait une thèse sur ces sujet, rien n'est revenu. J'espère que cela lui aura au moins été utile. Pour la démarche Zen, vous imaginez le chemin à faire pour réduire mes textes à l'essentiel. Ils sont vraiment longs. 

J'aurais pu limiter à "Beau retour parmi nous".

Après la dépression, ce que j'ai compris...


Posté le
Bon conseiller

Alors là Guy, je m'insurge.

Cela ne va pas du tout. Il va falloir nous retrouver ces textes. Éditez ceux que vous préférez. Nous avons tous besoin d'inspiration. ;-)

En attendant, je vous ai trouvé (vous généraliste), comme à mon habitude, un point de vue sur la dépression qui sort des sentiers battus... vu à travers le prisme du trading financier. Quésako ?!?

Je sais, ça surprend. Vous me direz à juste titre quel rapport ? Consultez cet article sur la théorie de la fragilité :

https://e-devenirtrader.com/pourquoi-les-1-de-riches-traders-sont-antifragiles-partie-1/

Selon l'OMS, 1 personne sur 5 dans le monde connaîtra la dépression dans son existence. Et pour l'Europe uniquement, le chiffre est réévalué à 25 % !!! Vous rendez-vous compte ? C'est la peste moderne. Je pense que tant que nous nous bornerons à n'y voir qu'un problème médical, individuel, intime, rien ne changera. Pire, l'épidémie ne cesse de gagner du terrain année après année, dans l'indifférence générale.

On ne peut concevoir que les pouvoirs publics n'en soient pas avertis. Diagnostiquer le mal, à l'origine, comme sociétal reviendrait à admettre que le système nous rend volontairement malade. Gênant, n'est-ce pas ? D’où la nécessité de faire passer le problème pour autre chose. Déléguer à l'industrie pharmaceutique. Décidément nos élites sont indubitablement des lecteurs assidus de Machiavel et de Chomsky.

Selon la médecine tibétaine, bien plus ancienne et sophistiquée que la nôtre : "la cause générale de la dépression et de la maladie mentale provient du fait de mener une existence contraire à nos plus profondes intuitions, inclinations spirituelles, ainsi qu’à notre disposition inhérente".

Aussi, le plus court chemin vers la guérison ne consisterait-il pas à se détourner des effets pernicieux du système, pour reconquérir cette partie de soi qui a été spoliée ? Autrement dit, si le modèle de précarité qu'on nous impose ne nous rend pas heureux, ne devrait-on pas revoir sa feuille de route : favoriser ce qui nous fait profondément du bien, ces choses presque primales, comme le temps, l'espace, la liberté, la nature, la culture, l'humain, la spiritualité, la créativité, la sensualité, etc...

Réenchanter sa vie consiste donc à procéder à cet exercice de destruction créatrice évoquée dans l'article. Pauvre de nous, il nous faut passer par la dépression pour comprendre que ce qui a justement de la valeur, c'est ce qui n'en a pas. Prenez conscience que cette épreuve a recomposé vos particules et modifié radicalement vos priorités. Laissez parler vos instincts. Vous avez acquis dans l'épreuve une épaisseur psychologique, une profondeur émotionnelle, une urgence de l'essentiel que vous ne pouvez ignorer.

Nous sommes conditionnés. D'abord par les ambitions que nos parents placent en nous. Nous sommes censés perpétrer leur modèle et viser à le dépasser. Dans les conditions actuelles, cela signifie s'endetter pendant 30 ans pour avoir le droit de vivre quelque part. Passer sa vie à la gagner : job souvent vide de sens, gestion par le stress, rémunération insatisfaisante, siège éjectable. Pas le choix, il faut ravaler états d’âmes et valeurs personnelles. La création de sa propre famille ne justifie t'elle pas ce sacrifice ? Oui mais voilà, le couple devient également un consommable : 50% des mariages aboutissent sous 5 ans au divorce (en région parisienne). Pas le temps non plus d'éduquer ses enfants. Quand à l'amitié, on s'aperçoit trop tard, qu'elle se limite souvent à du relationnel. Voilà pourquoi nous avons des psys, pour compenser des liens bien fragiles.

Je pense que c'est le sens de la dépression. échapper au conformisme pour se tourner vers sa petite voie intérieure. De quoi notre nature a t'elle réellement besoin sur une base vitale et non plus sociétale ? C'est à partir de là qu'on peut essayer de bâtir quelque chose de différent. Le seul inconvénient, c'est que le chemin est bien solitaire, dès lors qu'on hurle plus avec les loups.

Après la dépression, ce que j'ai compris...


Posté le
Bon conseiller

Bonsoir @Gilles52‍ 

Je viens d'écrire un long message à une personne généreuse et trouve votre message évidemment efficace et propre à me faire sursauter dès la première ligne. La seconde apportant l'apaisement aussi efficacement.

Donc, comme l'on ne peut aborder vos messages à la légère - et tant mieux, je me réserverai demain pour vous répondre à un niveau que vous êtes en droit d'attendre. D'autant que si vous me renvoyez aux textes, c'est plus difficile que de commenter avec enthousiasme un film de kung-fu dessus Shaw Brothers Studios de HK. 

D'ici là, je m'autorise à lâcher ma tablette sans oublier de penser à consacrer au plus tôt le temps nécessaire à vous répondre. J'espère que vous vous portez au mieux. 

Discussions les plus commentées