Entraide contre la dépression

https://www.carenity.com/static/themes-v3/default/images/fr/header/depression.jpg

Patients Dépression

1 réponse

22 lectures

Sujet de la discussion



Posté le

Bonjour à tous,

Je m'appelle Linda et je suis nouvelle sur ce site. Si je crée cette discussion, c'est pour pouvoir partager mon histoire et être écoutée mais aussi pour savoir les votre afin que l'on puisse tous échanger (je l'espère). Bien, tout à d'abord je tiens à expliquer que durant à peu près toute mon enfance, j'ai été victime de racisme, toujours mise à l'écart car j'étais qualifiée de trop "bizarre" pour les autres. De plus qu'étant "précoce" je n'arrivais encore moins à m'intégrer. D'un autre côté, je subissais les problèmes que rencontrait ma famille avec des disputes incessantes. Je n'avais pas le droit d'exprimer mes sentiments, alors j'ai dut grandir sans. Je n'ai pourtant jamais cessé d'être généreuse, serviable, compatissante.. Je traitais les autres comme j'aurais voulu qu'ils me traitent mais tous profitaient de ma gentillesse. Personne ne me comprenait et j'ai encore du mal à m'intégrer malgré mes efforts au niveau social. J'ai des problèmes de confiance car j'ai toujours été déçue. Mais j'avais rencontré quelques amis étaient devenus chers et je les ai perdu. J'ai toujours pensé que c'était de ma faute car je ne suis pas du genre à garder contact, à appeler tous les jours etc. Je n'arrive pas à faire comme tout le monde. Et pourtant, j'avais réussi à trouver l'amour. Pour la première fois dans ma vie je me sentais complète et heureuse. Mais toute belle histoire a une fin et celle ci c'est terminé à la mort de mon copain il y a quelques mois. On a refusé de me laisser aller aux funérailles ni de me dire ce qui lui est arrivé et je suis constamment hanté par le doute. De plus, mon meilleur ami a voulu se suicider et j'ai aussi cru à sa mort pendant un mois. Je ne m'attache jamais et pourtant quand je le fais, tout se finit par un désastre. Je n'arrive pas à faire mon deuil, je pense trop. J'ai perdu tout enthousiasme, je n'arrive plus à prendre plaisir à faire des choses que j'aimais avant. J'ai des insomnies chroniques depuis plus de deux ans. Mon corps se fatigue tellement que j'en perds le contrôle entre chute de tension, la vision qui s'affaiblit, mes impulsions, mes sautes d'humeur, mes crises d'angoisse et d'anxiété... Etc. Je pense tout le temps à la mort et quand je ne supporte plus la douleur morale je me fais mal physiquement mais ça ne marche pas. Je ne sais pas comment arrêter tout ca, je n'arrive plus à.. Vivre? Survivre deviens de plus en plus difficile et je suis de plus en plus vulnérable.

Enfin bref, veuillez m'excuser, je ne voulais pas en faire tout un roman. J'espère que vous vous porter bien, et même si je n'arrive à trouver de solution pour mon cas, je serais ravie de pouvoir vous aider.

Début de la discussion - 10/02/2017

Entraide contre la dépression


Posté le
Bon conseiller

@twinnyperfect bonjour et enchantée de te savoir parmi nous sur ce site. Ce site est un forum où nous pouvons nous confier des choses que nous gardons essentiellement pour nous dans la vie, pour nous amuser, nous encourager et nous "lacher" quelquefois 

Je suis comme toi une personne qui a souffert toute sa vie d'un état dépressif et dernièrement du fait que je ne travaille plus (bientôt retraite et difficulté à maintenir le rythme effréné de mon boulot) les idées suicidaires sont revenues à trois mois d'écart chacun.

Je vais te soumettre mon cas pour essayer de t aider. D'abord les idées suicidaires ne sont en aucun cas normales dans la vie d'un individu. Cela se soigne, on t accompagne, on trouve la raison ou bien on t aide à passer le cap. Et cela avec un traitement, une psychothérapie ou un entretien ponctuel (comme moi au C.M.P. gratuit toutes les trois semaines avec une infirmière psy)

Après quand tout est stabilisé, on peut naviguer comme tout un chacun.

Voilà mon cas en espérant t avoir un peu aidée, il faut dans tous les cas ne pas hésiter à consulter ou bien en cas de crise majeure aller directement au service psy de l'Hopital (tu peux téléphoner et demander à parler avant à un psychiatre ou un soignant); en arrivant, tu pourras de jour comme de nuit parler à un psychiatre ou un soignant pour te soulager.

Courage à toi, à bientôt VERVEINE

Discussions les plus commentées