/static/themes-v3/default/images/default/home/bg-generic.jpg?1516194360

Patients Dépendance à l'alcool

4 réponses

32 lectures

Sujet de la discussion

1

Membre Carenity
Posté le

L’aidant naturel : un partenaire à part entière dans l’acte de soins.
Je partageais le projet de vie de ma femme depuis plus de 15 ans, nous formions une famille heureuse avec nos 3 enfants et je crois pouvoir le dire un couple fusionnel.
Quand ma femme est tombée malade de dépression et d’alcoolisme, quand elle a décidé de se soigner, j’ai pris soin de me présenter à ses côtés tout au long du parcours et je l’ai accompagné de mon mieux dans les moments les plus difficiles.
A l’opposé du partenariat, le silence des médecins à mon égard a été sans aucune concession et j’ai été laissé parfaitement seul devant l’aggravation de la maladie jusqu’à cette issue prévisible dans la solitude et le silence de notre domicile.
Une guerre à mener sur tous les fronts pour lever les tabous.
Pour  convaincre le système de santé mentale de la nécessité de ce partenariat,  il nous faut être désignés explicitement comme tels par tous ceux qui travaillent  aujourd’hui à faire reconnaitre et soutenir le statut d’aidant.
https://www.fh3g.net

Début de la discussion - 12/01/2019

Le front haut : j'étais l'aidant naturel de ma femme alcoolique.
Membre Carenity
Posté le

Comment pourrait on faire valoir ce statut. Nous sommes considérés comme complices au final.

Le front haut : j'étais l'aidant naturel de ma femme alcoolique.
Membre Carenity
Posté le

Alcoolisme, la maltraitance de l’entourage.
 
February 10, 2019 post publié sur : https://www.fh3g.net
 
 
Dans un contexte où les épisodes du parcours de soins des malades souffrant d’une addiction à l’alcool sont de plus en plus réalisés en ambulatoire, l’absence d’une prise en charge de l’entourage intégrée à ces parcours est une maltraitance assumée par tout un système.

En effet ici ambulatoire signifie en immersion dans le parcours de vie et en interaction avec l’entourage.

Je ne pointe pas ici l’absence d’une démarche thérapeutique systémique, mais le fait de laisser une famille, un couple, et des enfants, sans aucun accompagnement alors même que les souffrances de ce parcours sont reconnues par tous comme une familiopathie.

Faire encore une fois ici le récit de notre parcours et des conditions de ce calvaire me semble superflu.
Cependant je veux mettre en lumière cette absence d’accompagnement en listant ici quelques-uns des manques dont j’ai souffert :

L’absence d’une évaluation concertée de notre environnement, de notre projet de vie e de notre attachement.
L’absence d’un diagnostic clairement exprimé et partagé.
L’absence d’une réelle orientation vers le CSAPA dès le début du parcours.
L’absence d’accompagnement dans les moments importants du parcours que sont :
     Le début et la fin des hospitalisation en cure ou en postcure.
     Les décisions d’hospitalisation sous contraintes.
     Les prises en charges aux urgences via le SMUR par défaut d’autres solutions.
L’absence de dispositif d’annonce devant l’aggravation de la pathologie  :
« vous connaissez le syndrome de Korsakoff ? ».
L’absence totale d’information sur les traitements médicamenteux.
L’absence d’accompagnement du décès.

Pour rendre encore plus palpable l’insécurité de notre parcours de vie il me suffit de reprendre ici les propos du médecin addictologue à qui je disais les circonstances du décès de mon épouse :
« Vu sa pathologie cela pouvait arriver n’importe quand. »

Dans ces conditions être seul confronté à ces milliers de pages qui nous persuadent de notre totale impuissance et qui nous cataloguent co-dépendants, co-alcooliques, incapables de changement et fréquemment complices.

En l’absence d’accompagnement, la froideur clinique de ces diagnostics impersonnels, génériques, indiscutables et stigmatisants, reste pour moi un réel traumatisme.

Savoir qu’aujourd’hui des structures font la preuve du réel apport de l’implication de l’entourage dans la démarche de soins, et constater le manque d’investissement du système de santé dans la mise œuvre d’une offre de soins adaptée et performante   justifie ce constat :

La maltraitance de l’entourage des patients alcooliques est aujourd’hui une pratique assumée par le système de santé pour qui ce slogan : « l’entourage partenaire essentiel du parcours de soins » reste en grande partie illusoire.

Le front haut : j'étais l'aidant naturel de ma femme alcoolique.
Membre Carenity
Posté le

encore hier suite a une grosse crise de goutte plus une poussée d érysipèle. grande discussion avec le médecin traitant .je ne peu rien faire tant que mon mari est dans le déni , il ne m'a rien proposer comme solution aucune aide pour moi et mes enfants.

Le front haut : j'étais l'aidant naturel de ma femme alcoolique.
Membre Carenity
Posté le

Les  CSAPA  peuvent vous recevoir ils disposent de psychologues et  de médecins addictologues
c'est vers eux que vous pouvez vous tourner pour être écouter et aider

l' annuaire de ces centres :

https://annuaire.action-sociale.org/etablissements/readaptation-sociale/centre-de-soins-accompagnement-prevention-addictologie-197.html