«
»

Top

Lombalgie : contre le mal de dos, bougez !

Publié le 17 nov. 2017

Lombalgie : contre le mal de dos, bougez !

L'Assurance maladie a lancé hier un grand programme de sensibilisation pour changer les comportements des Français face à la lombalgie.

mal

Les médecins ne doivent désormais plus prescrire du repos aux personnes souffrant de simples lombalgies. En effet, il est prouvé que la meilleure solution pour s'en sortir et éviter la chronicisation (fait de devenir chronique) des douleurs est de bouger, certes raisonnablement, mais autant que possible. L'Assurance maladie, qui a lancé jeudi 16 novembre un programme de sensibilisation, a décidé de marteler ce message. Car, d'après les résultats du baromètre d'opinion « Connaissances et attitudes vis-à-vis de la lombalgie » mené par l'institut BVA*, une grande majorité de personnes (68 % précisément) croit encore que le repos est le meilleur remède à une lombalgie.

Au cours de leur vie, plus de 8 personnes sur 10 ressentent au moins une fois des douleurs liées à un problème musculaire ou ligamentaire bénin se situant en bas de la colonne vertébrale, au niveau des vertèbres lombaires. Dans plus de 90 % des cas, ce « lumbago », ou « tour de reins », guérit spontanément en moins de 4 à 6 semaines. En raison de la souffrance, notamment au début, dans la phase aiguë, les patients vont intuitivement diminuer leurs activités physiques, sociales, voire professionnelles. Or ces pauses vont entraîner des raideurs, un manque de souplesse des ligaments, une faiblesse des muscles du dos, qui entretiennent la lombalgie. C'est ainsi que le problème risque de devenir chronique, donc de nécessiter des traitements plus lourds et d'avoir d'importantes répercussions au quotidien.

Des coûts très importants

L'Assurance maladie souligne aussi les conséquences économiques des lombalgies, à l'origine de coûts directs (traitements, visites médicales, hospitalisations) et indirects (indemnités journalières, pensions d'invalidité, perte de productivité, etc.) élevés dans tous les pays industrialisés. Pour la branche maladie en France, ils sont estimés à au moins 660 millions d'euros, dont plus de 350 millions pour les arrêts de travail. Pour la branche accidents du travail-maladies professionnelles, ils représentent un milliard d'euros par an – dont 580 millions d'euros pour les arrêts de travail, soit l'équivalent du coût de l'ensemble des autres troubles musculo-squelettiques.

Le programme global de sensibilisation au risque lombalgique s'adresse aux médecins généralistes et à l'ensemble des professionnels de santé concernés, notamment les masseurs-kinésithérapeutes. Il s'agit d'éviter la chronicisation en identifiant d'éventuels facteurs de risque, en rassurant les patients et en les incitant à pratiquer une activité physique. Fini, donc, l'équation : lombalgie = antalgiques + repos + kiné + arrêt de travail. L'an prochain, les entreprises seront à leur tour mobilisées pour favoriser la prévention de la lombalgie et le maintien en emploi des salariés.

* Enquête réalisée par Internet entre le 23 juin et le 21 juillet 2017 auprès de 2 000 Français âgés de 18 ans et plus et de 400 médecins généralistes.

------------------------------

Les postures à adopter et celles à oublier

Les lombalgies donnent lieu à six millions de consultations par an. Le docteur Henri Nataf, rhumatologue à Mantes-la-Jolie (Yvelines), donne ses conseils pour préserver notre dos.

Au bureau devant l’ordinateur

« Pas besoin de renouveler son mobilier, comme y invitent les fabricants qui surfent sur la lombalgie-économie », rassure le médecin. Sur une chaise ordinaire, au lieu de s’avachir, on la rapproche, poignets posés sur le bureau, écran à hauteur des yeux et pieds surélevés, sur une boîte s’il le faut.

Haro sur les canapés trop bas

Quand le canapé est trop bas, l'assise trop longue pour les jambes et le dossier trop petit, on se fera immanquablement mal pour se servir un verre sur la table trop basse en se penchant. Mieux vaut se déplacer pour aller chercher sa boisson. Et pour la siroter adossé, prévoir des coussins en plus derrière le dos ! 

Asseyez-vous en face du lave-linge

La corvée de linge vous tue le dos ? S’il vaut mieux privilégier les modèles à hublot, le médecin recommande de s’asseoir devant sur un tabouret plutôt que de se pencher pour en extraire le tas de chemises. A la cuisine, pour le lave-vaisselle ou le four, s’ils ne sont pas légèrement en hauteur, on évite aussi de se courber tête en bas et on fléchit plutôt les jambes.

Préférez la douche

« Un bon bain ? Oui, ça relaxe », sourit le rhumatologue. Mais le modèle de baignoire où l’on ne peut pas s’allonger, trop haut pour être facilement enjambé, surtout sans poignée pour s’aider à grimper dedans, est à proscrire si on souffre du dos. Dans ce cas, préférez la douche, si possible avec pommeau accroché en hauteur. Et pour se brosser les dents, si on a mal aux lombaires, on s’assied sur un tabouret devant le lavabo.

dos

--------------------------------------

Différents types de mal de dos

Mécanique ou inflammatoire ? Ceux qui souffrent du dos l'ignorent, mais les douleurs qui les tenaillent peuvent avoir différentes origines. La plus fréquente est mécanique, causée par le port de charges lourdes, par des traumatismes sportifs ou un accident de voiture, par exemple. Le mal de dos inflammatoire est, lui, généralement causé par des maladies comme le rhumatisme.

La lombalgie aiguë ou les douleurs lombaires se résolvent le plus souvent en moins de dix jours à l'aide de paracétamol et d'un peu de repos (mais pas de repos absolu, il faut maintenir une petite activité). Elles surviennent brutalement, à l'occasion d'un effort, par exemple, et peuvent être très violentes (on parle aussi alors de lumbago). Si la douleur devient trop invalidante, n'hésitez pas à consulter un médecin. D'autant qu'elle peut revenir et même, dans environ 10 % des cas, évoluer en lombalgie chronique.

La lombalgie chronique. Elle apparaît de façon progressive. On parle de lombalgies chroniques en cas de douleurs évoluant depuis plus de trois mois, sans tendance à l'amélioration. Le traitement repose sur la prise d'antidouleur, d'anti-inflammatoire et sur la kinésithérapie. Des infiltrations de corticoïdes peuvent aussi être pratiquées et, dans de rares cas, une intervention chirurgicale peut être nécessaire.

Sources : Le Point et Le Parisien

Et vous, avez-vous mal au dos ? 

4 commentaires


le 17/11/2017

Je le trouve intéressant et plein d'enseignements. Merci pour ces informations ! 


CISSIA
le 17/11/2017

bonsoir

le 1er problème a résoudre est L absence d écoute par les médecins!!!!!!


claire36
le 20/11/2017

Bonsoir , bouger quand on a mal au dos , facile à dire , mais je suis tombée dans un escalier et suis pleine d'hématomes, alors on fait ce que l'on peut...et on supporte....


mouthe
le 23/11/2017

Bonjour le mal de dos pour les évitaient il faudrait qu'il soit fait plus de prévention ,est que l'on écoute un peu plus les patients.faire du sport ils faut du temps de l'argent et quelq'un qui puisse donner de bons conseils.

Vous aimerez aussi

Semaine contre les douleurs | Les médecines douces et thérapies alternatives contre la douleur

Mal de dos

Semaine contre les douleurs | Les médecines douces et thérapies alternatives contre la douleur

Lire l'article
Semaine contre les douleurs | La fibromyalgie et les douleurs chroniques

Mal de dos

Semaine contre les douleurs | La fibromyalgie et les douleurs chroniques

Lire l'article
Des applications mobiles pour lutter contre la douleur

Mal de dos

Des applications mobiles pour lutter contre la douleur

Lire l'article
Soulager la douleur avec du chaud ou du froid

Mal de dos

Soulager la douleur avec du chaud ou du froid

Lire l'article

Discussions les plus commentées

Fiche maladie