Cancer et grossesse

Découvrir que l’on est enceinte peut dans certains cas être assombrie par une triste découverte : le cancer.

Chaque année en France, plusieurs centaines de femmes découvrent qu’elles ont un cancer lors de leur grossesse et doivent alors faire face à des choix très difficiles à faire. Aujourd’hui, grâce aux progrès de la médecine, il est désormais possible de porter à terme sa grossesse lorsque l’on découvre la présence d’une tumeur.

Les médecins affirment en effet qu’il est maintenant possible de combattre un cancer durant la grossesse. Les néoplasies les plus fréquentes lors de la grossesse sont le cancer du sein, les tumeurs hématologiques comme les leucémies et les lymphomes, les cancers de type gynécologique comme les sarcomes aux ovaires et à l’utérus et le mélanome.

Le nombre de cancers diagnostiqués lors de la grossesse est en constante augmentation à travers le monde, et le premier facteur de risque sous-jacent est l’âge avancé des mères, qui est toujours plus élevé. Les femmes affectées d’un cancer durant leur grossesse ne doivent cependant pas se décourager, car il est possible de relever le défi de porter à terme sa grossesse tout en se soignant soi-même. Il est cependant nécessaire que la femme soit assistée par une équipe pluridisciplinaire dans des centres spécialisés, présentant de grandes compétences en la matière.

Face à un tel diagnostic, de nombreuses femmes choisissent encore aujourd’hui entre deux différentes solutions : environ 30 à 40% d’entre elles décident d’avorter pour mieux pouvoir lutter contre le cancer, et plus de la moitié des patientes choisissent de ne pas suivre de traitement contre le cancer durant leur grossesse afin de préserver la santé de leur enfant. Cependant, il n’est aujourd’hui pas forcément nécessaire de choisir car, dans de nombreux cas, les traitements contre le cancer peuvent être reportés après l'accouchement.
Le médecin doit alors définir le stade de la maladie, afin de minimiser les effets négatifs possibles d'un traitement retardé dans le temps.

Mener une grossesse à terme avec un cancer

Il existe actuellement de nombreuses thérapies par rapport à quelques années en arrière, et le cancer durant la grossesse peut désormais être traité avec des techniques chirurgicales et médicales qui étaient avant contre-indiquées. Ainsi, certaines procédures peuvent être effectuées durant la grossesse, comme la biopsie de la tumeur, alors qu’en ce qui concerne la chimiothérapie, elle est en général reportée après le début du second trimestre de grossesse. Parmi les médicaments les plus dangereux lors de la grossesse, on retrouve le methotrexate, aussi déconseillé dans les phases successives à la grossesse ; à l’inverse, parmi les traitements les plus surs, on retrouve les anthracyclines, et les antibiotiques anticancéreux qui peuvent être utilisés après le premier trimestre, sans effet secondaire évident sur la mère ou sur le fœtus. La grossesse doit cependant être tenue sous surveillance rapprochée dans un endroit extrêmement spécialisé.

La chirurgie peut aussi être pratiquée sans problème particulier, alors que la principale thérapie contre les tumeurs au sein Her2-positif, le trastuzumab, ne peut pas être administrée durant la grossesse. En ce qui concerne les autres médicaments comme par exemple le bevacizumab et les inhibiteurs de la tyrosine kinase, les résultats scientifiques sont encore inconnus.

Pour les tumeurs de type gynécologique, la résonance magnétique aide à stabiliser l’état de la maladie, facilitant ainsi la planification d’une approche gynécologique successive. Lorsque le cancer est à un stade initial, on peut décider de ne pas intervenir jusqu’à ce que le fœtus ait rejoint la maturité pulmonaire, alors qu’en cas de cancer à un stade avancé, la stratégie thérapeutique lors de la grossesse devient plus complexe. Théoriquement, l’exposition aux médicaments de chimiothérapie après le premier trimestre de grossesse n’engendre pas de dommages au fœtus, mais dans tous les cas il s’agit de grossesses très complexes qui doivent continuellement être contrôlées, même suite à l’accouchement.