Cancer et contraception

Le choix d’une contraception adaptée pour les femmes souffrant d’un cancer est parfois difficile. Voici quelques pistes pour aider à la prise de décision.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Quand une patiente découvre qu’elle est atteinte d’un cancer, il est important de bien réfléchir avec l’aide du médecin au choix d’une contraception adaptée. En effet, une grossesse non programmée lors d’un cancer peut avoir de lourdes conséquences sur les choix thérapeutiques à effectuer. Il n’existe de plus aucunes données scientifiques sur lesquelles s’appuyer afin de choisir la meilleure contraception possible en fonction du cancer. Dans la plupart des cas, il est néanmoins préférable de stopper les contraceptifs hormonaux que l’on remplace généralement par un dispositif intra-utérin au cuivre.

Les données scientifiques concernant la relation entre les différents types de contraception et l’augmentation du risque de cancer ne permettent pas de contrindiquer un contraceptif. Cependant, face aux données actuelles sur les contraceptifs hormonaux, il convient d’être prudent et de choisir des méthodes de contraception non hormonales durant et après un cancer.

Parmi les techniques de contraceptions non hormonales, on retrouve :
- Le dispositif intra-utérin au cuivre. C’est la méthode de contraception non hormonale généralement recommandée après ou pendant un cancer.
- Les méthodes locales, telles que les spermicides et les préservatifs. Ce choix de contraception ne correspond généralement pas aux femmes chez lesquelles la vie intime est déjà difficile suite à la maladie.

Après un cancer : quelle contraception ?

Les traitements de certains cancers peuvent avoir de lourdes conséquences sur la fertilité de la femme. Cependant, chez les plus jeunes, les répercussions ovariennes peuvent varier et laisser entrevoir la possibilité d’avoir des enfants. Il est néanmoins très important de contrôler cette fertilité pour choisir un moment adapté à une grossesse. En effet, le risque de récidive est important pour de nombreux cancers, et c’est pourquoi il est préférable d’attendre au moins trois ans après la rémission du cancer. Cela permet d’éviter les risques de récidive durant la grossesse.

Sources : ONCOPACA

Dernière mise à jour : 22/12/2017

avatar Équipe éditoriale Carenity

Auteur : Équipe éditoriale Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Actualité - Cancer