Alimentation et cancer

La diversité ou non de notre alimentation, certains aliments spécifiques, ainsi que la fréquence des efforts physiques pratiqués influent sur la survenue des cancers.

/static/themes-v3/default/images/default/info/maladie/intro.jpg?1516194360

Les causes du cancer sont multiples : hérédité, exposition professionnelle à des substances chimiques, environnement, mutations génétiques... Parmi ces causes, l’alimentation a une incidence reconnue sur le cancer.

On peut distinguer 5 éléments qui favorisent le développement de cancers :
- Excès de sel dans l’alimentation : Il est fort possible que le risque de cancer de l’estomac soit accru en raison d’une alimentation trop salée.
- Compléments alimentaires à base de bêta-carotène : 27% des adultes en France consomment des compléments alimentaires. Or 16% d’entre eux sont composés de bêta-carotène. Selon une étude de l’E3N, pour les femmes fumeuses ou exposées à l’amiante, la consommation élevée de bêta-carotène accroit le risque de cancer du poumon.
- La consommation de boissons alcoolisées : A partir d’un verre consommé par jour, le risque de développer un cancer se voit accru. La probabilité de survenue de cancer, liée à la consommation d’alcool, est proportionnelle à la quantité d’alcool consommée.
Les types de cancers, favorisés par la consommation de boissons alcoolisées sont le cancer de la bouche, le cancer colorectal, le cancer de l’œsophage et les cancers du pharynx et du larynx. Les risques de développer un cancer du sein ou un cancer du foie sont accrus pour la femme. Les estimations évaluent que 10,8% des cancers de l’homme seraient imputables à la consommation régulière d’alcool. Pour les femmes, cette proportion est de 4,5%.
- Trop de charcuterie et de viande rouge : La charcuterie et la viande rouge sont beaucoup consommées en France. Ainsi, plus de 25% des français mangent un minimum de 50g de charcuterie par jour. Or le risque de survenue du cancer colorectal augmente de 21% pour 50g de charcuterie quotidienne.
- L’obésité et le surpoids : Manger trop est nuisible à notre santé. Ainsi, des cancers comme le cancer du pancréas, le cancer du rein ou encore le cancer du sein sont plus susceptibles de se manifester si nous souffrons d’obésité ou de surpoids. Le cancer de l’œsophage est aussi fortement influencé par notre mode d’alimentation. En effet, le risque de survenue de ce cancer augmente de 55% quand l’Indice de Masse Corporelle (IMC) augmente de 5 points. De manière générale, en 2000 en France, 23 000 décès dus au cancer auraient été provoqués en raison de l’obésité et du surpoids.

Au contraire une alimentation équilibrée et une pratique sportive régulière vont permettre de limiter le risque de déclencher certains cancers. En effet, ils agissent notamment sur le surpoids et l’obésité.

Manger des fruits et légumes aurait une action bénéfique pour protéger contre le cancer. En effet, ils contiennent des nutriments et des fibres qui agissent positivement sur l’organisme. Manger des aliments riches en fibres est aussi bon pour réduire le risque de cancer colorectal.
L’allaitement est aussi un comportement qui va induire une limitation du risque du cancer du sein pour la femme.

Adapter l'alimentation pendant et après le cancer

Dans certains types de cancers, un régime diététique spécifique doit être mis en place. C’est le cas si le cancer affecte l’appareil digestif (bouche, larynx, pharynx, intestin, estomac). Cela est aussi valable si le cancer est localisé à un organe actif dans le processus de digestion. Le cancer du foie et le cancer du pancréas peuvent ainsi entrainer des diarrhées ou des constipations et aussi amaigrissement et disparition de l’appétit.

Effectuer des repas plus légers mais plus nombreux, choisir des aliments que l’on affectionne, adapter son alimentation, choisir les horaires que l’on veut, sont des moyens de continuer à manger et de renouer avec l’appétit malgré les difficultés liées au cancer. Le conseil du médecin aidera aussi à adapter son alimentation.

En fonction du traitement suivi pour soigner le cancer, l’alimentation peut être affectée.

Après la chirurgie, et en particulier la chirurgie qui touche à la bouche, au pharynx, au larynx ou à l’œsophage, il sera plus difficile de manger des aliments solides. Il faudra faire des adaptations au démarrage. Manger sous forme de purées les aliments, préférer les textures molles et souples et tout ce qui est liquide, est une étape transitoire avant de reprendre une alimentation normale.

Si la chirurgie est effectuée au niveau de l’estomac, et entraine une réduction de sa taille, il faudra alors suivre un régime pauvre en fibres. La quantité à chaque repas est réduite mais leur fréquence augmentée. En effet, l’estomac peut alors moins stocker de nourriture lors de la digestion.

Si l’opération chirurgicale a visé le colon, on adaptera l’alimentation pour limiter les diarrhées ou les constipations.

Lors de la chimiothérapie, les effets secondaires fréquents sont les nausées et vomissements, le manque d’appétit et la perte de la sensibilité liée au goût. Le petit-déjeuner passe souvent plus facilement. Manger plus à ce repas si cela est possible est efficace. Il ne faudra pas insister trop si l’on manque d’appétit et éviter tout aliment acide, les épices, et limiter sel et sucre. Prescrit par le médecin, les compléments nutritionnels sont aussi bénéfiques. Une forte perte de poids devra toutefois être signalée à son médecin pour réévaluer votre traitement et régime alimentaire.

Enfin, la radiothérapie peut irriter l’appareil digestif. Pendant et après ce traitement, manger des aliments peu compliqués à faire passer, éviter les épices et séquencer les repas en en prenant plus souvent et avec des portions réduites, sont des mesures à prendre. Bien s’hydrater est aussi une consigne à observer.

L’après-cancer peut aussi être suivi par une prise ou une perte de poids. Il faut alors adapter son régime alimentaire afin de retrouver un certain équilibre. Le type d’aliments (graisses, féculents, fibres, sucres…), leur consistance, leur quantité et la fréquence des repas sont donc des éléments sur lesquels on peut jouer pour faire face aux troubles liés aux traitements et à la reprise de l’alimentation parfois difficile après le cancer.

Dernière mise à jour : 18/03/2019

avatar Équipe éditoriale de Carenity

Auteur : Équipe éditoriale de Carenity, Rédaction

L'équipe éditoriale de Carenity est composée de rédacteurs expérimentés et spécialistes du domaine de la santé qui ont pour objectif de proposer une information impartiale et de qualité. Nos contenus éditoriaux sont... >> En savoir plus

Actualité - Cancer