ROCEPHINE (CEFTRIAXONE SODIQUE) : Avis et témoignages de patients

/static/themes-v3/default/images/default/opinion/traitement/intro.jpg?1564492295

Indications du médicament

En pratique hospitalière Ce médicament est indiqué dans : - Infections sévères dues aux germes sensibles à la ceftriaxone, y compris les méningites à l'exclusion de celles à Listeria monocytogenes. En pratique de ville Les indications sont limitées : - à la poursuite de traitements débutés à l'hôpital. Il convient de tenir compte des recommandations officielles concernant l'utilisation appropriée des antibactériens.
Voie d'administration : Injectable
Molécule : CEFTRIAXONE SODIQUE

L'avis des patients sur ROCEPHINE

En résumé

Niveau de satisfaction général : 6.00/10 En savoir plus

Efficacité du traitement : Soyez le premier à évaluer

Simplicité de la prise : Soyez le premier à évaluer

Respect de la prise du traitement : Soyez le premier à évaluer

Effets indésirables perçus : 9.00/10 En savoir plus

Amélioration de la qualité de vie : Soyez le premier à évaluer

1 = Pas du tout satisfait
10 = Extrêmement satisfait

1 = Pas du tout satisfait
10 = Extrêmement satisfait

1 = Pas du tout satisfait
10 = Extrêmement satisfait

1 = Jamais
10 = Toujours

1 = Pas du tout important
10 = Extrêmement important

1 = Pas du tout satisfait
10 = Extrêmement satisfait

Conseils et astuces de la communauté


avatar
Soso1802
le 15/10/2020

 Bonjour,merci de votre témoignage car mon neurologue a décidé de me mettre sous rocephine en IM pour la maladie de lyme,pourtant j'ai déjà eu l'antibiothérapie de 3 semaines avec amoxiciline 1g et doxycycline,ça me fait peur

Merci sonia

Votre commentaire


avatar
ericanice
le 27/10/2019

J'ai commencé la rocéphine en perfusion dans le service des malades tropicale et infectieuse pour traiter un staphylocoque doré suite à l'implant d'un neurostimulateur médullaire à viser antalgique.

Ces perfusions à raison de 12g/jour matin et soir pendant dix jours.

Retour à domicile en HàD avec un piccline et une prescription de 2g matin et soir pendant 3 mois, (sans aucune prise de sang de contrôle rénale) et six mois d'injection IM 2g matin et soir.

Arrêt du traitement avec toujours un écoulement et l'absence de cicatrisation à un point de suture de l'implant 4 ans après.

Mais voilà, après l'arrêt de la rocéphine, sans changement dans mon quotidien, ni dans mes habitudes alimentaires j'ai commencé à subir une énorme prise de poids, jusqu'à doubler mon poids initial sans que cela n'interpelle aucun des médecins ou spécialistes qui me suivent.

Après un long combat solitaire j'ai perdu près de 50 kilos.

Ensuite ayant demandé de l'aide, j'ai obtenu un  un sesuivi dans un service de l'obésité, mais en suivant les conseils de la nutritionniste à la lettre mon poids ne bouge plus.

Je suis conscient que l'absence d'activité physique à cause de l'intensité de mes douleurs en est la principale raison, mais c'est un cercle vicieux mon poids important augmente mes douleurs en position assise ou debout.

Mon périmètre de marche déjà très limité à cause de mes chutes dues au "lâchage" de ma jambe droite, n'en ai que plus limité, sans parler de mon ventre qui tire sur mon arthrodèse.

Cet antibiothérapie a aggravé ma situation, et personnes ne s'en est inquiété.

J'en parle pour éviter que d'autres se retrouves dans ma situation, parce qu'aujourd'hui après coup bien sûr, on me dit qu'il s'agit d'un événement connu !!

Mais personne ne m'en a parlé avant et personne n'a eu la présence d'esprit de s'en inquiéter pendant mon traitement !!

Courage

Merci

Votre commentaire


avatar
ericanice
le 27/10/2019

J'ai commencé la rocéphine en perfusion dans le service des malades tropicale et infectieuse pour traiter un staphylocoque doré suite à l'implant d'un neurostimulateur médullaire à viser antalgique.

Ces perfusions à raison de 12g/jour matin et soir pendant dix jours.

Retour à domicile en HàD avec un piccline et une prescription de 2g matin et soir pendant 3 mois, (sans aucune prise de sang de contrôle rénale) et six mois d'injection IM 2g matin et soir.

Arrêt du traitement avec toujours un écoulement et l'absence de cicatrisation à un point de suture de l'implant 4 ans après.

Mais voilà, après l'arrêt de la rocéphine, sans changement dans mon quotidien, ni dans mes habitudes alimentaires j'ai commencé à subir une énorme prise de poids, jusqu'à doubler mon poids initial sans que cela n'interpelle aucun des médecins ou spécialistes qui me suivent.

Après un long combat solitaire j'ai perdu près de 50 kilos.

Ensuite ayant demandé de l'aide, j'ai obtenu un  un sesuivi dans un service de l'obésité, mais en suivant les conseils de la nutritionniste à la lettre mon poids ne bouge plus.

Je suis conscient que l'absence d'activité physique à cause de l'intensité de mes douleurs en est la principale raison, mais c'est un cercle vicieux mon poids important augmente mes douleurs en position assise ou debout.

Mon périmètre de marche déjà très limité à cause de mes chutes dues au "lâchage" de ma jambe droite, n'en ai que plus limité, sans parler de mon ventre qui tire sur mon arthrodèse.

Cet antibiothérapie a aggravé ma situation, et personnes ne s'en est inquiété.

J'en parle pour éviter que d'autres se retrouves dans ma situation, parce qu'aujourd'hui après coup bien sûr, on me dit qu'il s'agit d'un événement connu !!

Mais personne ne m'en a parlé avant et personne n'a eu la présence d'esprit de s'en inquiéter pendant mon traitement !!

Courage

Merci

Votre commentaire


avatar
ericanice
le 27/10/2019

J'ai commencé la rocéphine en perfusion dans le service des malades tropicale et infectieuse pour traiter un staphylocoque doré suite à l'implant d'un neurostimulateur médullaire à viser antalgique.

Ces perfusions à raison de 12g/jour matin et soir pendant dix jours.

Retour à domicile en HàD avec un piccline et une prescription de 2g matin et soir pendant 3 mois, (sans aucune prise de sang de contrôle rénale) et six mois d'injection IM 2g matin et soir.

Arrêt du traitement avec toujours un écoulement et l'absence de cicatrisation à un point de suture de l'implant 4 ans après.

Mais voilà, après l'arrêt de la rocéphine, sans changement dans mon quotidien, ni dans mes habitudes alimentaires j'ai commencé à subir une énorme prise de poids, jusqu'à doubler mon poids initial sans que cela n'interpelle aucun des médecins ou spécialistes qui me suivent.

Après un long combat solitaire j'ai perdu près de 50 kilos.

Ensuite ayant demandé de l'aide, j'ai obtenu un  un suivi dans un service de l'obésité, mais en suivant les conseils de la nutritionniste à la lettre mon poids ne bouge plus.

Je suis conscient que l'absence d'activité physique à cause de l'intensité de mes douleurs en est la principale raison, mais c'est un cercle vicieux mon poids important augmente mes douleurs en position assise ou debout.

Mon périmètre de marche déjà très limité à cause de mes chutes dues au "lâchage" de ma jambe droite, n'en ai que plus limité, sans parler de mon ventre qui tire sur mon arthrodèse.

Cet antibiothérapie a aggravé ma situation, et personnes ne s'en est inquiété.

J'en parle pour éviter que d'autres se retrouves dans ma situation, parce qu'aujourd'hui après coup bien sûr, on me dit qu'il s'agit d'un événement connu !!

Mais personne ne m'en a parlé avant et personne n'a eu la présence d'esprit de s'en inquiéter pendant mon traitement !!

Courage

Merci

Votre commentaire


avatar
ericanice
le 27/10/2019

J'ai commencé la rocéphine en perfusion dans le service des malades tropicale et infectieuse pour traiter un staphylocoque doré suite à l'implant d'un neurostimulateur médullaire à viser antalgique.

Ces perfusions à raison de 12g/jour matin et soir pendant dix jours.

Retour à domicile en HàD avec un piccline et une prescription de 2g matin et soir pendant 3 mois, (sans aucune prise de sang de contrôle rénale) et six mois d'injection IM 2g matin et soir.

Arrêt du traitement avec toujours un écoulement et l'absence de cicatrisation à un point de suture de l'implant 4 ans après.

Mais voilà, après l'arrêt de la rocéphine, sans changement dans mon quotidien, ni dans mes habitudes alimentaires j'ai commencé à subir une énorme prise de poids, jusqu'à doubler mon poids initial sans que cela n'interpelle aucun des médecins ou spécialistes qui me suivent.

Après un long combat solitaire j'ai perdu près de 50 kilos.

Ensuite ayant demandé de l'aide, j'ai obtenu un  un sesuivi dans un service de l'obésité, mais en suivant les conseils de la nutritionniste à la lettre mon poids ne bouge plus.

Je suis conscient que l'absence d'activité physique à cause de l'intensité de mes douleurs en est la principale raison, mais c'est un cercle vicieux mon poids important augmente mes douleurs en position assise ou debout.

Mon périmètre de marche déjà très limité à cause de mes chutes dues au "lâchage" de ma jambe droite, n'en ai que plus limité, sans parler de mon ventre qui tire sur mon arthrodèse.

Cet antibiothérapie a aggravé ma situation, et personnes ne s'en est inquiété.

J'en parle pour éviter que d'autres se retrouves dans ma situation, parce qu'aujourd'hui après coup bien sûr, on me dit qu'il s'agit d'un événement connu !!

Mais personne ne m'en a parlé avant et personne n'a eu la présence d'esprit de s'en inquiéter pendant mon traitement !!

Courage

Merci

Votre commentaire


avatar
ericanice
le 27/10/2019

J'ai commencé la rocéphine en perfusion dans le service des malades tropicale et infectieuse pour traiter un staphylocoque doré suite à l'implant d'un neurostimulateur médullaire à viser antalgique.

Ces perfusions à raison de 12g/jour matin et soir pendant dix jours.

Retour à domicile en HàD avec un piccline et une prescription de 2g matin et soir pendant 3 mois, (sans aucune prise de sang de contrôle rénale) et six mois d'injection IM 2g matin et soir.

Arrêt du traitement avec toujours un écoulement et l'absence de cicatrisation à un point de suture de l'implant 4 ans après.

Mais voilà, après l'arrêt de la rocéphine, sans changement dans mon quotidien, ni dans mes habitudes alimentaires j'ai commencé à subir une énorme prise de poids, jusqu'à doubler mon poids initial sans que cela n'interpelle aucun des médecins ou spécialistes qui me suivent.

Après un long combat solitaire j'ai perdu près de 50 kilos.

Ensuite ayant demandé de l'aide, j'ai obtenu un  un sesuivi dans un service de l'obésité, mais en suivant les conseils de la nutritionniste à la lettre mon poids ne bouge plus.

Je suis conscient que l'absence d'activité physique à cause de l'intensité de mes douleurs en est la principale raison, mais c'est un cercle vicieux mon poids important augmente mes douleurs en position assise ou debout.

Mon périmètre de marche déjà très limité à cause de mes chutes dues au "lâchage" de ma jambe droite, n'en ai que plus limité, sans parler de mon ventre qui tire sur mon arthrodèse.

Cet antibiothérapie a aggravé ma situation, et personnes ne s'en est inquiété.

J'en parle pour éviter que d'autres se retrouves dans ma situation, parce qu'aujourd'hui après coup bien sûr, on me dit qu'il s'agit d'un événement connu !!

Mais personne ne m'en a parlé avant et personne n'a eu la présence d'esprit de s'en inquiéter pendant mon traitement !!

Courage

Merci

Votre commentaire


avatar
ericanice
le 27/10/2019

J'ai commencé la rocéphine en perfusion dans le service des malades tropicale et infectieuse pour traiter un staphylocoque doré suite à l'implant d'un neurostimulateur médullaire à viser antalgique.

Ces perfusions à raison de 12g/jour matin et soir pendant dix jours.

Retour à domicile en HàD avec un piccline et une prescription de 2g matin et soir pendant 3 mois, (sans aucune prise de sang de contrôle rénale) et six mois d'injection IM 2g matin et soir.

Arrêt du traitement avec toujours un écoulement et l'absence de cicatrisation à un point de suture de l'implant 4 ans après.

Mais voilà, après l'arrêt de la rocéphine, sans changement dans mon quotidien, ni dans mes habitudes alimentaires j'ai commencé à subir une énorme prise de poids, jusqu'à doubler mon poids initial sans que cela n'interpelle aucun des médecins ou spécialistes qui me suivent.

Après un long combat solitaire j'ai perdu près de 50 kilos.

Ensuite ayant demandé de l'aide, j'ai obtenu un  un sesuivi dans un service de l'obésité, mais en suivant les conseils de la nutritionniste à la lettre mon poids ne bouge plus.

Je suis conscient que l'absence d'activité physique à cause de l'intensité de mes douleurs en est la principale raison, mais c'est un cercle vicieux mon poids important augmente mes douleurs en position assise ou debout.

Mon périmètre de marche déjà très limité à cause de mes chutes dues au "lâchage" de ma jambe droite, n'en ai que plus limité, sans parler de mon ventre qui tire sur mon arthrodèse.

Cet antibiothérapie a aggravé ma situation, et personnes ne s'en est inquiété.

J'en parle pour éviter que d'autres se retrouves dans ma situation, parce qu'aujourd'hui après coup bien sûr, on me dit qu'il s'agit d'un événement connu !!

Mais personne ne m'en a parlé avant et personne n'a eu la présence d'esprit de s'en inquiéter pendant mon traitement !!

Courage

Merci

Votre commentaire


avatar
ericanice
le 27/10/2019

J'ai commencé la rocéphine en perfusion dans le service des malades tropicale et infectieuse pour traiter un staphylocoque doré suite à l'implant d'un neurostimulateur médullaire à viser antalgique.

Ces perfusions à raison de 12g/jour matin et soir pendant dix jours.

Retour à domicile en HàD avec un piccline et une prescription de 2g matin et soir pendant 3 mois, (sans aucune prise de sang de contrôle rénale) et six mois d'injection IM 2g matin et soir.

Arrêt du traitement avec toujours un écoulement et l'absence de cicatrisation à un point de suture de l'implant 4 ans après.

Mais voilà, après l'arrêt de la rocéphine, sans changement dans mon quotidien, ni dans mes habitudes alimentaires j'ai commencé à subir une énorme prise de poids, jusqu'à doubler mon poids initial sans que cela n'interpelle aucun des médecins ou spécialistes qui me suivent.

Après un long combat solitaire j'ai perdu près de 50 kilos.

Ensuite ayant demandé de l'aide, j'ai obtenu un  un sesuivi dans un service de l'obésité, mais en suivant les conseils de la nutritionniste à la lettre mon poids ne bouge plus.

Je suis conscient que l'absence d'activité physique à cause de l'intensité de mes douleurs en est la principale raison, mais c'est un cercle vicieux mon poids important augmente mes douleurs en position assise ou debout.

Mon périmètre de marche déjà très limité à cause de mes chutes dues au "lâchage" de ma jambe droite, n'en ai que plus limité, sans parler de mon ventre qui tire sur mon arthrodèse.

Cet antibiothérapie a aggravé ma situation, et personnes ne s'en est inquiété.

J'en parle pour éviter que d'autres se retrouves dans ma situation, parce qu'aujourd'hui après coup bien sûr, on me dit qu'il s'agit d'un événement connu !!

Mais personne ne m'en a parlé avant et personne n'a eu la présence d'esprit de s'en inquiéter pendant mon traitement !!

Courage

Merci

Votre commentaire


avatar
ericanice
le 27/10/2019

J'ai commencé la rocéphine en perfusion dans le service des malades tropicale et infectieuse pour traiter un staphylocoque doré suite à l'implant d'un neurostimulateur médullaire à viser antalgique.

Ces perfusions à raison de 12g/jour matin et soir pendant dix jours.

Retour à domicile en HàD avec un piccline et une prescription de 2g matin et soir pendant 3 mois, (sans aucune prise de sang de contrôle rénale) et six mois d'injection IM 2g matin et soir.

Arrêt du traitement avec toujours un écoulement et l'absence de cicatrisation à un point de suture de l'implant 4 ans après.

Mais voilà, après l'arrêt de la rocéphine, sans changement dans mon quotidien, ni dans mes habitudes alimentaires j'ai commencé à subir une énorme prise de poids, jusqu'à doubler mon poids initial sans que cela n'interpelle aucun des médecins ou spécialistes qui me suivent.

Après un long combat solitaire j'ai perdu près de 50 kilos.

Ensuite ayant demandé de l'aide, j'ai obtenu un  un sesuivi dans un service de l'obésité, mais en suivant les conseils de la nutritionniste à la lettre mon poids ne bouge plus.

Je suis conscient que l'absence d'activité physique à cause de l'intensité de mes douleurs en est la principale raison, mais c'est un cercle vicieux mon poids important augmente mes douleurs en position assise ou debout.

Mon périmètre de marche déjà très limité à cause de mes chutes dues au "lâchage" de ma jambe droite, n'en ai que plus limité, sans parler de mon ventre qui tire sur mon arthrodèse.

Cet antibiothérapie a aggravé ma situation, et personnes ne s'en est inquiété.

J'en parle pour éviter que d'autres se retrouves dans ma situation, parce qu'aujourd'hui après coup bien sûr, on me dit qu'il s'agit d'un événement connu !!

Mais personne ne m'en a parlé avant et personne n'a eu la présence d'esprit de s'en inquiéter pendant mon traitement !!

Courage

Merci

Votre commentaire


avatar
ericanice
le 27/10/2019

J'ai commencé la rocéphine en perfusion dans le service des malades tropicale et infectieuse pour traiter un staphylocoque doré suite à l'implant d'un neurostimulateur médullaire à viser antalgique.

Ces perfusions à raison de 12g/jour matin et soir pendant dix jours.

Retour à domicile en HàD avec un piccline et une prescription de 2g matin et soir pendant 3 mois, (sans aucune prise de sang de contrôle rénale) et six mois d'injection IM 2g matin et soir.

Arrêt du traitement avec toujours un écoulement et l'absence de cicatrisation à un point de suture de l'implant 4 ans après.

Mais voilà, après l'arrêt de la rocéphine, sans changement dans mon quotidien, ni dans mes habitudes alimentaires j'ai commencé à subir une énorme prise de poids, jusqu'à doubler mon poids initial sans que cela n'interpelle aucun des médecins ou spécialistes qui me suivent.

Après un long combat solitaire j'ai perdu près de 50 kilos.

Ensuite ayant demandé de l'aide, j'ai obtenu un  un sesuivi dans un service de l'obésité, mais en suivant les conseils de la nutritionniste à la lettre mon poids ne bouge plus.

Je suis conscient que l'absence d'activité physique à cause de l'intensité de mes douleurs en est la principale raison, mais c'est un cercle vicieux mon poids important augmente mes douleurs en position assise ou debout.

Mon périmètre de marche déjà très limité à cause de mes chutes dues au "lâchage" de ma jambe droite, n'en ai que plus limité, sans parler de mon ventre qui tire sur mon arthrodèse.

Cet antibiothérapie a aggravé ma situation, et personnes ne s'en est inquiété.

J'en parle pour éviter que d'autres se retrouves dans ma situation, parce qu'aujourd'hui après coup bien sûr, on me dit qu'il s'agit d'un événement connu !!

Mais personne ne m'en a parlé avant et personne n'a eu la présence d'esprit de s'en inquiéter pendant mon traitement !!

Courage

Merci

Votre commentaire


avatar
ericanice
le 27/10/2019

J'ai commencé la rocéphine en perfusion dans le service des malades tropicale et infectieuse pour traiter un staphylocoque doré suite à l'implant d'un neurostimulateur médullaire à viser antalgique.

Ces perfusions à raison de 12g/jour matin et soir pendant dix jours.

Retour à domicile en HàD avec un piccline et une prescription de 2g matin et soir pendant 3 mois, (sans aucune prise de sang de contrôle rénale) et six mois d'injection IM 2g matin et soir.

Arrêt du traitement avec toujours un écoulement et l'absence de cicatrisation à un point de suture de l'implant 4 ans après.

Mais voilà, après l'arrêt de la rocéphine, sans changement dans mon quotidien, ni dans mes habitudes alimentaires j'ai commencé à subir une énorme prise de poids, jusqu'à doubler mon poids initial sans que cela n'interpelle aucun des médecins ou spécialistes qui me suivent.

Après un long combat solitaire j'ai perdu près de 50 kilos.

Ensuite ayant demandé de l'aide, j'ai obtenu un  un sesuivi dans un service de l'obésité, mais en suivant les conseils de la nutritionniste à la lettre mon poids ne bouge plus.

Je suis conscient que l'absence d'activité physique à cause de l'intensité de mes douleurs en est la principale raison, mais c'est un cercle vicieux mon poids important augmente mes douleurs en position assise ou debout.

Mon périmètre de marche déjà très limité à cause de mes chutes dues au "lâchage" de ma jambe droite, n'en ai que plus limité, sans parler de mon ventre qui tire sur mon arthrodèse.

Cet antibiothérapie a aggravé ma situation, et personnes ne s'en est inquiété.

J'en parle pour éviter que d'autres se retrouves dans ma situation, parce qu'aujourd'hui après coup bien sûr, on me dit qu'il s'agit d'un événement connu !!

Mais personne ne m'en a parlé avant et personne n'a eu la présence d'esprit de s'en inquiéter pendant mon traitement !!

Courage

Merci

Votre commentaire


avatar
ericanice
le 27/10/2019

J'ai commencé la rocéphine en perfusion dans le service des malades tropicale et infectieuse pour traiter un staphylocoque doré suite à l'implant d'un neurostimulateur médullaire à viser antalgique.

Ces perfusions à raison de 12g/jour matin et soir pendant dix jours.

Retour à domicile en HàD avec un piccline et une prescription de 2g matin et soir pendant 3 mois, (sans aucune prise de sang de contrôle rénale) et six mois d'injection IM 2g matin et soir.

Arrêt du traitement avec toujours un écoulement et l'absence de cicatrisation à un point de suture de l'implant 4 ans après.

Mais voilà, après l'arrêt de la rocéphine, sans changement dans mon quotidien, ni dans mes habitudes alimentaires j'ai commencé à subir une énorme prise de poids, jusqu'à doubler mon poids initial sans que cela n'interpelle aucun des médecins ou spécialistes qui me suivent.

Après un long combat solitaire j'ai perdu près de 50 kilos.

Ensuite ayant demandé de l'aide, j'ai obtenu un  un sesuivi dans un service de l'obésité, mais en suivant les conseils de la nutritionniste à la lettre mon poids ne bouge plus.

Je suis conscient que l'absence d'activité physique à cause de l'intensité de mes douleurs en est la principale raison, mais c'est un cercle vicieux mon poids important augmente mes douleurs en position assise ou debout.

Mon périmètre de marche déjà très limité à cause de mes chutes dues au "lâchage" de ma jambe droite, n'en ai que plus limité, sans parler de mon ventre qui tire sur mon arthrodèse.

Cet antibiothérapie a aggravé ma situation, et personnes ne s'en est inquiété.

J'en parle pour éviter que d'autres se retrouves dans ma situation, parce qu'aujourd'hui après coup bien sûr, on me dit qu'il s'agit d'un événement connu !!

Mais personne ne m'en a parlé avant et personne n'a eu la présence d'esprit de s'en inquiéter pendant mon traitement !!

Courage

Merci

Votre commentaire

Cartes des membres utilisant ROCEPHINE

Maladies associées au médicament

Voir la fiche