«
»

Top

Myélome multiple : tout comprendre !

Publié le 7 oct. 2021 • Par Candice Salomé

Le myélome multiple, aussi appelé maladie de Kahler, est un cancer qui touche, chaque année, 5000 nouveaux patients en France. Peu connue, cette maladie de la moelle osseuse est due à l’accumulation anormale d’un type de globules blancs, les plasmocytes. 

Mais alors, qu’appelle-t-on réellement myélome multiple ? Comment le diagnostiquer ? Quelles en sont les causes et ses traitements ? Est-ce une maladie héréditaire ? 

On vous dit tout dans notre article ! 

Myélome multiple : tout comprendre !

Qu’est-ce que le myélome multiple ? 

La maladie de Kahler, ou myélome multiple, apparaît lorsque certains globules blancs (les plasmocytes) se transforment et se mettent à se multiplier de manière anarchique.  

Les plasmocytes sont des cellules du système immunitaire qui participent aux réactions de défense de l’organisme. Ces derniers sont produits par la rate à partir des lymphocytes B. Les plasmocytes migrent dans tous les organes mais plus particulièrement dans la moelle osseuse où ils se fixent. Le rôle des plasmocytes, qui sécrètent les anticorps, est de neutraliser les substances étrangères.  

Normalement, les plasmocytes n’ont pas la capacité de se multiplier et se trouvent en petite quantité dans la moelle osseuse.  

Un patient atteint du myélome multiple verra ses plasmocytes s’accumuler dans la moelle osseuse de plusieurs os. Ainsi, les plasmocytes malades qui s’accumulent, stimulent les cellules en charge de la destruction normale de l’os (les ostéoclastes) et inhibent les cellules en charge de la formation osseuse (les ostéoblastes). L’équilibre du renouvellement osseux, reposant sur une balance entre mécanismes de destruction et de reconstruction de l’os, s’en voit alors rompu. 

Les os se fragilisent entrainant de potentielles fractures. De plus, ce phénomène a également pour conséquence une diminution de la production des cellules sanguines saines. 

Le myélome est qualifié de “multiple” car plusieurs localisations osseuses sont simultanément atteintes. 

Quels sont les symptômes du myélome multiple ? 

Chez environ 20 % des personnes touchées de myélome multiple, la maladie ne provoque aucun symptôme

Néanmoins, chez les patients présentant des symptômes, on peut observer : 

  • Des douleurs osseuses ou de la colonne vertébrale résistantes aux traitements anti-douleurs,
  • Des fractures osseuses
  • Des douleurs, voire des troubles du mouvement ou de la sensibilité (fourmillements et perte de sensibilité dans les bras ou les jambes, difficultés à bouger les doigts...), 
  • Des signes liés à une viscosité du sang trop élevée due à la grande quantité d’immunoglobulines circulantes : troubles visuels, maux de tête, confusion... 
  • Des signes liés à un taux sanguin de calcium trop élevé (dû à la destruction des os qui libère de grandes quantités de calcium) : bouche asséchée, nausées, vomissements...  
  • Des signes liés à l’accumulation d’anticorps dans certains organes : troubles du rythme cardiaque, sensation anormale et douloureuse dans les pieds et les mains, douleurs dans les poignets... 
  • Des infections à répétition liées à la diminution de production de lymphocytes B par la moelle osseuse : bronchopneumonies, cystites... 
  • De l’anémie liée à la diminution de la production de globules rouges par la moelle osseuse, se traduisant par une fatigue et un essoufflement à l’effort. 

Quelles sont les causes du myélome multiple ? 

Pour l’heure, aucune cause et facteurs de risque n’ont été formellement identifiés hormis une exposition accidentelle aux rayons ionisants (radioactivité).  

Actuellement, des recherches sont menées pour identifier une prédisposition familiale éventuelle. 

Comment diagnostiquer le myélome multiple ? 

La découverte du myélome multiple est souvent fortuite. En effet, les circonstances de sa découverte sont, en général, liées à son degré d’évolution. Sans signes cliniques ou biologiques, le myélome multiple peut être suspecté lors d’un bilan de santé, d’un examen sanguin ou encore d’imagerie. 

Lorsque le myélome multiple évolue, il pourra alors provoquer des signes cliniques ou biologiques. Leur apparition fera alors suspecter sa présence et sera donc le point de départ d’un bilan diagnostic. Ces signes peuvent s’agir d’une hypercalcémie, d’une anémie, d’une ou plusieurs atteintes osseuses, d’une insuffisance rénale ou encore d’infections répétées. 

Pour établir le diagnostic, le médecin réalisera, dans un premier temps, un examen clinique. Par la suite, différents examens biologiques non-systématiques peuvent être effectués, notamment l’électrophorèse des protéines* et le myélogramme**. Enfin, un bilan d’imagerie peut également être prescrit. 

*Examen qui consiste à faire migrer les différentes protéines en fonction de leur poids et de leur charge électrique. Le tracé obtenu est observé et la morphologie des différentes fractions est interprétée. 

**La ponction de moelle osseuse est un geste médical consistant à prélever de la moelle osseuse au niveau sternal ou iliaque.

Quelle est l’évolution de la maladie et ses complications ? 

Pour 60 à 70% des patients touchés, le myélome multiple entraîne des complications rénales. En effet, les immunoglobines présentes en trop grande quantité dans le sang tendent à s’accumuler dans le rein et perturbent ainsi son fonctionnement. 

De plus, une insuffisance rénale aiguë peut être observée dans les cas les plus sévères de la maladie. Les principaux symptômes de cette insuffisance sont : la fatigue, des œdèmes des jambes et des pieds, une production d’urine anormalement faible ou, au contraire, anormalement élevée. 

Ainsi, la prévention de l’insuffisance rénale aiguë est essentielle. Cela passe par le fait d’éviter la déshydratation et les médicaments qui peuvent la favoriser (anti-inflammatoires non stéroïdiens tels que l’ibuprofène ou le kétoprofène, ou encore les produits de contraste iodés utilisés pour certains examens d’imagerie médicale). 

Enfin, la présence d’un myélome multiple augmente le risque de développer certains cancers comme le cancer du côlon et le cancer du sein. Les patients touchés par le myélome multiple et âgés de 50 à 74 ans doivent effectuer un dépistage des cancers mentionnés tous les deux ans. 

Sans traitement, cette pathologie met la vie du patient en danger au vu de ses conséquences sur le rein, les os et le sang. En France, entre 2010 et 2015, le taux de survie des personnes atteintes de myélome multiple est de 86% 1 an après le diagnostic et de 60% à 5 ans (59 % chez l’homme et 62 % chez la femme). 

Comment traite-t-on le myélome multiple ? 

L’objectif du traitement contre le myélome multiple est le soulagement des symptômes et la prévention de son évolution et de ses complications. Avec les traitements actuels, le myélome multiple reste une maladie incurable mais ces derniers permettent son passage à l’état de maladie chronique. 

L’équipe soignante, afin de décider de l’opportunité d’un traitement, se fonde sur l’existence de 4 éléments : un taux sanguin de calcium trop élevé, une insuffisance rénale aiguë, une anémie et des atteintes osseuses. 

En l’absence de ces éléments, la prise en charge médicale repose généralement sur la surveillance active du patient, sans traitement, appelé “abstention thérapeutique”. 

Pour les patients présentant un stade avancé de la maladie, des médicaments de chimiothérapie sont prescrits. 

Enfin, pour les patients de moins de 65 ans, il est possible de pratiquer des greffes de cellules souches, appelées “autogreffes”. 

De manière similaire à la plupart des cancers, le traitement du myélome multiple suit un des protocoles codifiés et adaptés aux particularités du patient. Ce traitement est administré spécifiquement dans des centres de lutte contre le cancer accrédités par l’Institut national du cancer (INCa)


Cet article vous a-t-il été utile ?     
  
Cliquez sur j’aime ou partagez votre ressenti et vos interrogations avec la communauté en commentaire ci-dessous !     
   
Prenez soin de vous ! 


9
avatar Candice Salomé

Auteur : Candice Salomé, Rédactrice Santé

Créatrice de contenus chez Carenity, Candice est spécialisée dans la rédaction d’articles santé. Elle a une appétence particulière pour les domaines de la psychologie, du bien-être et du sport.

Candice est... >> En savoir plus

Qui a revu : Charlotte Avril, Pharmacienne, Data Scientist

Charlotte est docteur en pharmacie et diplômée du mastère spécialisé en management pharmaceutique et des biotechnologies de l’ESCP. Elle a une forte appétence pour la e-santé, la Health Tech ainsi que pour les... >> En savoir plus

Commentaires

Vous aimerez aussi

Journée mondiale contre le cancer : tous concernés !

Myélome multiple

Journée mondiale contre le cancer : tous concernés !

Lire l'article
Immunothérapie : le Prix Nobel de médecine pour deux chercheurs

Myélome multiple

Immunothérapie : le Prix Nobel de médecine pour deux chercheurs

Lire l'article
Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (1/2)

Myélome multiple

Cancer et alimentation : les conseils d’une diététicienne (1/2)

Lire l'article
Manger bio permet-il d'éviter les cancers ?

Myélome multiple

Manger bio permet-il d'éviter les cancers ?

Lire l'article