Visite médicale : les consultations à distance sont autorisées

le 17 sept. 2018 • sur AFP

/static/themes-v3/default/images/default/info/article/intro.jpg?1516194360

À partir du 15 septembre 2018, les médecins pourront proposer à leurs patients des consultations à distance, par visioconférence, qui seront remboursées comme des consultations classiques. 

vidéoconférences médecins

Comment ça marche ?

En pratique, il sera possible de consulter un médecin depuis son domicile, via un ordinateur ou une tablette équipée d'une caméra. Pour cela le praticien enverra à son patient un lien l'invitant à se connecter sur un site ou une application sécurisés. Les malades qui le souhaitent pourront se faire assister par un professionnel de santé, comme par exemple un pharmacien ou un infirmier.

Cet examen médical pourra aussi être réalisé au moyen d'une cabine ou un chariot de téléconsultation comme il en existe déjà dans des maisons de santé. La téléconsultation pourra aussi se dérouler depuis le cabinet d'un médecin libéral, un hôpital ou encore un établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). 

"Dans tous les cas, c'est le médecin (...) qui décide des conditions dans lesquelles doit se réaliser cette consultation à distance", souligne la Caisse nationale d'assurance maladie.

Combien ça coûte ?

Cette consultation sera facturée au même tarif qu'une consultation classique, dont le montant varie de 23 à 58,50 euros selon la spécialité (hors dépassements d'honoraires), pris en charge par la Sécu à hauteur de 70% et par les complémentaires santé pour les 30% restants.

Le remboursement ne s'appliquera pas en revanche aux téléconsultations proposées par des entreprises privées qui salarient des médecins français - parfois basés à l'étranger - et dont les services sont commercialisés par certains assureurs et mutuelles.

À quoi ça sert ?

Le gouvernement a fait de la télémédecine un pilier de son plan de lutte contre les déserts médicaux. Dans le budget pour 2018, il tablait sur 500.000 actes en 2019, un million en 2020, puis 1,3 million en 2021. L'accord signé en juin entre l'Assurance maladie et les syndicats de médecins prévoit une aide pouvant aller jusqu'à 525 euros par an pour permettre aux praticiens de s'équiper en matériels et logiciels informatiques, notamment afin d'assurer la sécurité des données médicales échangées.

 

Qu'en pensez-vous ?
Avez-vous déjà souffert du peu de médecins présents près de chez vous ?

Source AFP

Commentaires

le 17/09/2018

pourquoi pas

le 17/09/2018

Je n'ai jamais eu à souffrir d'un manque de médecins (  ville avec CHU  et bien quadrillée par des cabinets médicaux et maisons médicales dans chaque quartier ) mais je trouve  excellente l'idée de ces consultations à distance ,d'autant que le patient pourra être assisté et ne se retrouvera donc pas perdu face au système .

je pense que cela permettra de  dépister plus tôt certains  dysfonctionnements qui, non soignés, pourraient dégénérer en maladies graves. ( l'hypertension par ex. ).

le 20/09/2018

OK Vu

le 20/09/2018

Partout est un bien grand mot @pseudo-masqué‍  mais s'il existe  la volonté politique  de réaliser l'idée , un mieux est possible.

le 20/09/2018

OK Vu

le 20/09/2018

Le charme de la salle d'attente @pseudo-masqué‍ .....  encore faut-il être sensible à ce charme là  !

le 20/09/2018

.

le 20/09/2018

.

le 21/09/2018

c'est une bonne idée si on en fait "bon usage " ! c'est là où j'ai des craintes ....les utilisateurs seront-ils  raisonnables? sauront-ils profiter à bon escient de cette formidable possibilité ? qu'ils soient médecins ou patients !