Une molécule prometteuse pour le traitement d’Alzheimer

le 4 nov. 2016 • sur Le figaro santé

/static/themes-v3/default/images/default/info/article/intro.jpg
Le premier essai d’un nouveau médicament montre qu’il réduit la formation des plaques amyloïdes dans le cerveau.
 
900.000 personnes souffrent de la maladie d’Alzheimer en France aujourd’hui. Le million devrait être dépassé d’ici à 2020 et il n’existe toujours pas de traitement pour en guérir. Alors que l’efficacité des quatre seuls médicaments autorisés sur le marché pour atténuer les symptômes vient d’être réévaluée à la baisse par la Haute Autorité de santé, le monde médical et les proches des patients sont plus que jamais suspendus aux annonces de nouvelles pistes thérapeutiques.

L’une des dernières en date est celle de la molécule verubecestat portée par le laboratoire pharmaceutique américain Merck. À l’issue d’une première phase d’essais, elle a montré non seulement une faible toxicité mais aussi une efficacité porteuse d’espoir.

Le verubecestat vise à réduire la formation de plaques amyloïdes dans le cerveau, dont on pense qu’elles sont responsables de la mort des neurones qui signe la démence typique d’Alzheimer. La molécule inhibe l’action d’une enzyme (dite BACE1), nécessaire à la formation des protéines bêta-amyloïdes qui, en s’agrégeant, forment lesdites plaques nocives.


Deux pistes thérapeutiques
 
«C’est un mode d’action nouvellement exploré, et la molécule semble être puissante puisqu’elle a réduit la formation de protéines bêta-amyloïdes de 90 % chez l’animal et d’au moins 60 % chez l’homme», commente le Pr Bruno Dubois, chef du service des maladies cognitives et comportementales à la Pitié-Salpêtrière (Paris), dont l’équipe participe à ce projet de recherche.

Les conclusions publiées mardi dans la revue Science Translational Medicin ereposent sur des études animales et un petit nombre de patients en bonne santé ; elles restent donc à confirmer. C’est l’objectif de deux vastes essais en cours cumulant 3000 volontaires atteints de formes légères à modérées d’Alzheimer, dont les résultats sont attendus en juillet. D’ores et déjà, la tolérance observée est bonne, selon le Pr Bruno Vellas, chef du service de gérontologie au CHU de Toulouse qui y participe.

Néanmoins, la vraie question qui reste en suspens est l’impact du traitement sur l’état des patients. «Pour se prononcer sur l’intérêt de cette molécule, il faudra observer lors de l’essai de phase 3 un effet sur les symptômes», souligne le Pr Dubois. L’action de la molécule permettant en outre seulement de stopper la formation des plaques et pas de les détruire, l’un des enjeux sera de savoir à quel stade de développement de la maladie il est plus efficace de traiter les malades.

Deux pistes thérapeutiques sont explorées dans Alzheimer actuellement: l’inhibition des enzymes BACE comme le verubecestat, et la réduction des plaques avec des anticorps monoclonaux. Avant le présent essai, les précédentes molécules dans la première catégorie avaient une toxicité trop forte. La seconde approche est explorée dans deux essais cliniques de phase 3 (dernière étape avant une éventuelle demande de commercialisation) dont les résultats sont encore à paraître.

Source : http://sante.lefigaro.fr/

Commentaires

S’inscrire pour laisser un commentaire
le 04/11/2016

Merci pr cet article . 

le 07/11/2016

Excellente nouvelle. Merci de poursuite l'information dans cette voie..

Des millions de personnes en souffrent dans le monde!

Merci

le 07/11/2016

très bonne nouvelle car cette maladie touche de plus en plus de personnes jeunes : espérons que cela ne prendra pas trop de temps avant d être mis sur le marché

le 21/11/2016

En espérant que cette nouvelle piste aboutisse prochainemenr sur des résultats positifs...

le 22/11/2016

c est bien mais à quel prix pour le malade la sécu va t elle remboursée!

le 24/11/2016

J'espère qu'ils vont trouver rapidement un médicament efficace et sans effets secondaires.

le 28/11/2016

Très bonne nouvelle, quant aux effets secondaires ils sont à comparer à l'évolution connue..

le 28/11/2016

J'ai vu sur Arte que ce seraient les statines anti-cholesterol qui initieraient Alzheimer

icon cross

La réaction de nos membres vous intéresse ?

Rejoignez les 149 000 patients inscrits sur la plateforme, accédez à tous les commentaires / avis et partagez le vôtre.

Rejoindre

C'est gratuit & anonyme