Médicaments : le grand gâchis des traitements mal suivis

le 8 déc. 2014 • sur LesEchos.fr

/static/themes-v3/default/images/default/info/article/intro.jpg?1516194360
Un quart des dépenses de médicaments, soit 5 milliards d’euros par an, pourraient être économisées par un meilleur respect du suivi des traitements par les patients. C’est le constat dressé par Vincent Bildstein, président d’ IMS Health France, et Denis Delval, président du CRIP (Cercle de réflexion de l’industrie pharmaceutique) dans une étude, la première du genre, menée auprès de 170.000 patients en France. Un mauvais suivi des traitements génère en effet des surcoûts de l’ordre de 9 milliards d’euros (médicaments, hospitalisations, visites médicales...) par rapport à un montant total des dépenses de santé d’environ 170 milliards d’euros par an.

Parmi les pathologies étudiées, seuls 13 % des asthmatiques sont considérés comme « observants ». Il en est de même pour l’hyper-tension artérielle (HTA), dont seuls 40 % des patients suivent régulièrement leur traitement. Cela est d’autant plus dommageable que l’HTA est la première cause d’accident vasculaire cérébral.
 
Les causes sont multiples, tenant au patient lui-même, au médecin et au pharmacien, aux caractéristiques des médicaments (posologie, présentation, durée de traitement etc.) et enfin à la manifestation des pathologies.

Les auteurs suggèrent de sensibiliser les professionnels de santé à cette problématique et d’améliorer l’information des patients. Les nouveaux outils technologiques offrent une aide précieuse et un accélérateur d’observance. Enfin, ils soulignent l’intérêt d’une action spécifique en direction des associations de patients et de l’environnement social et familial des malades.
50 % d’observance d’ici à 2020

L’étude met en lumière le vaste champ d’amélioration des prises en charge thérapeutiques actuelles. Celles-ci justifient une mobilisation des pouvoirs publics et de l’industrie pharmaceutique dont les intérêts sont, pour une fois, alignés.

Un objectif raisonnable pourrait être d’atteindre 50 % d’observance d’ici à 2020. A cet égard, les pouvoirs publics devraient adopter une politique incitative pour promouvoir l’observance. Cette incitation pourrait être d’ordre financier, en rémunérant les efforts effectués par les pharmaciens et médecins pour parvenir à ces objectifs.

L’enjeu n’est pas seulement financier. «  On devrait parler d’une grande cause nationale. Avec une meilleure observance, l’efficacité des traitements est décuplée, ce qui va rejaillir de façon décisive sur toutes les étapes de la prise en charge des patients », conclut Vincent Bilstein.

Commentaires

le 08/12/2014

Bonjour à tous 

C'est dommage mais un peu normal, lorsque l'on vous donne le droit d'être malade, il y a quelques temps il y avait en publicité sur les camionnettes de livraison pharmacie "LA PHARMACIE C'EST LA VIE" un peu grave comme pub.

Le fait que c'est gratuit "beaucoup en profite" c'est presque un droit. Et de toutes façons l'argent santé déduis sur les salaires vont dans la manne des Laboratoires ont vous aide lors d'une maladie, mais pour les yeux,les prothèses dentaires et les appareils auditifs les remboursement sont nuls et pour causes ça n'intéresse  pas les labos. Dans la nature toute la pharmacie est présente et puis certains médecins chercheurs ont été écarté et pour cause ils avaient trouvé la ou les solutions à moindre coût 

le 09/12/2014

Si tout le monde est responsable alors pas de quoi s'affoler pour une fois qu'on n'accuse pas les mêmes : les patients. De plus, les contrôleurs sont les professionnels et parfois on se demande où ils se planquent.

Dans le forum "des génériques". On n'est pas débiles et pourtant on se plante parce que les pharmaciens ne disent rien, n'écrivent pas sur les boîtes l'original et même le médecin pourrait indiquer entre guillements l'original.

Mais si le médecin en 1er ne l'indique pas, c'est pour éviter que le patient ne s'en rende compte. Il est mis au pied du mur par le pharma qui ordonne le générique et sans les finances, le patient est pieds et poings liés.

Séréna

icon cross

La réaction de nos membres vous intéresse ?

Rejoignez les 192 000 patients inscrits sur la plateforme, accédez à tous les commentaires / avis et partagez le vôtre.

C'est gratuit & anonyme