JO: le corps humain a-t-il atteint ses limites?

le 9 août 2016 • sur Figaro Santé

Les chercheurs de l'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport ont remarqué l'apparition d'un plafond physiologique dans la plupart des disciplines depuis les années 1980.

«Citius, Altius, Fortius», telle est la devise des Jeux olympiques. «Plus vite, plus haut, plus fort». Pour Henri Didon, prêtre français et auteur de ces mots, «ils sont le fondement et la raison d'être des sports athlétiques». Pourtant, les records du monde sont en danger.

Selon une étude de l'Institut de recherche biomédicale et d'épidémiologie du sport (Irmes) publiée en 2015 dans Sports Medecine, les performances stagnent. Non seulement les records se font de plus en plus rares mais l'écart entre eux s'affaiblit. «Dans quelques années, il faudra chronométrer les courses au millième de seconde près pour continuer à avoir des records du monde», estime Jean-François Toussaint, directeur de l'Irmes.
Produits dopants

En analysant les dix meilleures performances réalisées chaque année dans 147 ...

S'inscrire pour lire la suite

Rejoindre

C'est gratuit

Commentaires

le 10/08/2016

.

le 10/08/2016

"beau spectacle" les dopés sur un podium ?

le 10/08/2016

.

le 11/08/2016

Beaux corps hyper naturels autant que les botoxées ou prothèses mammaires. Mêmes les mecs utilisent du silicone pectoraux, fessiers.

Le sport est une performance personnelle selon le mode de vie et les efforts de chaque jour sans tricher.

Les médias les plaindront quand la maladie les touchera pov' chéris et ça fera des "tirages" . Faut bien vivre is'nt it ?