Interdire le cannabis thérapeutique, un refus de soins ?

le 30 nov. 2018

/static/themes-v3/default/images/default/info/article/intro.jpg?1516194360

Selon le Comité éthique et cancer, il n'existe aucune raison de s'opposer à la consommation de cannabis thérapeutique par des adultes atteints d'une maladie grave qui disent en tirer un bénéfice, même si ce bénéfice n'est pas démontré de façon rigoureuse.

cannabis-therapeutique

 

Y-a-t-il des raisons éthiques à s'opposer au cannabis thérapeutique ?

Le Comité éthique et cancer, une instance consultative, n'a pas trouvé de raison de s'opposer à l'usage du cannabis par 
des adultes atteints d'une maladie grave qui disent en tirer un bénéfice, même si ce bénéfice n'est pas démontré de façon rigoureuse. Une patiente atteinte d'un cancer, qui affirme que la consommation de ce produit la soulage de douleurs intenses et chroniques et de ses nausées, avait saisi le Comité en l'interrogeant sur le caractère éthique ou non de l'interdiction du cannabis dans un contexte thérapeutique. Pour cette patiente, l'interdiction actuelle est un refus de soins.

Malgré les données encore insuffisantes sur les effets thérapeutiques du cannabis, le Comité s'est attaché à déterminer s'il existe des raisons éthiques de s'opposer à la consommation de cannabis par des malades qui s'en disent soulagés. Suite à leur étude, aucun des arguments possiblement en défaveur d'une telle consommation ne lui est apparu de nature à continuer de l'interdire. Aucun effet néfeste avéré ne leur semble assez sérieux pour s'opposer à cette pratique chez des adultes atteints d'une maladie grave et potentiellement mortelle. Néanmoins, le Comité recommande de ne pas le fumer mais de privilégier d'autres formes de consommation.

Encadrer l'accès au cannabis par les autorités de santé

Selon le Comité, il conviendrait que l'accès au cannabis ou à ses substances actives puisse être encadré par les autorités de santé, afin d'apporter aux personnes malades les garanties nécessaires quant à la qualité, aux concentrations et aux modalités d'utilisation optimale du cannabis ou de ses substances actives. Cet encadrement permettrait de surcroît aux personnes malades de se dispenser de faire appel à des circuits parallèles pour s'en procurer et leur éviterait également de risquer des poursuites pénales du fait de leur consommation. 

Un comité d'experts de l'Agence du médicament ANSM remettra ses premières conclusions d'ici à la fin de l'année sur l'intérêt de mettre en place en France un accès à du cannabis thérapeutique, au-delà de l'huile de CBD.

 

Qu'en pensez-vous ?
Seriez-vous prêt(e) à essayer le cannabis thérapeutique ?

À en consommer plutôt que de l'huile de CBD ?

Commentaires

le 30/11/2018

Oui bien sur des qu il sera légalisé je m en ferais prescrire 

le 01/12/2018

oui aussi

tout doit bien être encadré et transparant

le 01/12/2018

Personnellement je n'ai pas attendu qu'on me donne le droit. C'est un décontractant musculaire, ça soulage et ça aide à l'endormissement.

Le lamaline et le tramadol sont des drogues avec dépendances. 

On est pas des ados qui se cherchent en quête de sensations fortes, on est des adultes qui souffrons et que la médecine n'arrive pas à soulager. 

le 03/12/2018

il n'y a pas que les seniors qui souffrent de graves maladies , d'où la nécessité d'un encadrement strict. On a déjà vu des malades échanger leur drogues , genre Lamaline contre des substances plus dures .
Par ailleurs j'ai connu un ancien danseur atteint de parkinson, retrouver une certaine aisance grace au cannabis !!ça lui a permis de tenir le coup plus longtemps, dans le bonheur d'exercer son art , et le cannabis n'était pas en vente facile !!   

le 04/12/2018

J'ai de très nombreux avis favorable concernant le cannabis, cependant, je tiens a différencier le cannabis médical du reste afin de ne pas faire d'amalgamme. DAns le cannabis il y a deux éléments : THC et CBD;

Le THC, est l'élément récréatif, c'est un excitant qui favorise par exemple la schizophrénie et je me refuse à entrer dans le débat d'une légalisation.

Le CBD lui par contre, calme et est bénéfique contre, la sclérose en plaque, parkinson, et les effets du cancer, tri thérapie, favorise le sommeil (ce que je cherche), donne de l'appetit (que je cherche aussi). A voir si la bi-polarité est une maladie mortelle et sinon, comment expliquer le suicide de nombreuses personnes atteinte en disant qu'elle ne l'est pas.

Je suis CONTRE le fait que cela soit dispensé dans des pharmacies, cela voudrait dire qu'il faudrait avoir un médecin qui soit formé à prescrire ce genre de "médicament" et cela demanderai beaucoup trop de temps, ce que les malades n'ont souvent plus. Les medecins & les pharmacies, prescrivent les médicaments des "grands groupes pharmaceutique" avec tous les travers qu'on leur connait car la recherche francaise est totalement a l'arret.
Ma compagne est atteinte d'une charcot marie touth (qui n'est pas considéré comme une maladie mortelle) , le cbd la soulage considérable de ses douleurs et selon ce qui est écrit, n'aurai pas le droit d'en avoir. Si la prescription s'adresse à un nombre infiniement petit de patients, cela ne sert à rien du tout. 

ajout : si l'on met le cannabis thérapeutique en vente dans les pharmacies cela entrainera un commerce parallèle par effet de ricoché. On trouve suffisement de médicaments avec prescription vendu à la sauvette au coin des rue ou sur le net, vous ne trouvez pas ? Se posera aussi la question du remboursement ? CQ ? Complémentaire ?
Je me vois assez mal dire à ma complémentaire santé : J'ai acheté 100g de cannabis médical, la note est de 800€, vous participez ? Car sans remboursement, cela devient un médicament de confort ! Est-ce que dire à un quelqu'un qui souffre de parkinson " c'est un médicament de confort " bref - continuez a trembler -  est-ce déontologique ?

le 04/12/2018

Lamaline est prescrit alors que c'est de l'opium... on est shooté grave avec, mais, c'est pas grave, ça enrichi l'industrie pharmaceutique ! Le cannabis permet d'atténuer sensiblement les douleurs, redonne de l'appétit,  détend tout cela en gardant l'esprit clair  par rapport à Lamaline. Alors entre drogue dure : Lamaline ou Cannabis : drogue douce ??   D'autant que s'il était possible de cultiver une certaine quantité, cela permettrait d'avoir un médicament pas cher ! Ce serait bien !  Pour  !! Et s'il pouvait y avoir une accélération du processus, cela serait parfait pour les personnes qui souffrent et qui ne veulent pas être stone en prenant de la poudre d'opium !!! Le cannabis médical est retiré de la pharmacopée française depuis 1953 (wikipédia)

le 05/12/2018

Oui, bien sur je suis prête à essayer.

Sincèrement, il serait temps !!

le 10/12/2018

oui et j'ai hâte bien sûr dommage que ça traîne autant à cause de  nos ministres de la santé trop frileuses !!!!!!!!!!!!!!!!!!

mais leur famille de doit pas être touchée ou  et ont des moyens financiers élevés et vont le chercher à l'étranger

comme des médecins qui ne s'en cachent pas (magasine de la santé sur la 5)

le 13/12/2018

Le Comité Scientifique Spécialisé Temporaire de l'Agence du Médicament s'est exprimé aujourd'hui en faveur d'une évolution de la législation concernant le cannabis médical. Ce n'est pas encore une conclusion définitive.

Plus d'infos : 

http://sante.lefigaro.fr/article/cannabis-medical-un-comite-d-experts-juge-son-autorisation-pertinente-/ 

icon cross

La réaction de nos membres vous intéresse ?

Rejoignez les 193 000 patients inscrits sur la plateforme, accédez à tous les commentaires / avis et partagez le vôtre.

C'est gratuit & confidentiel