Humains génétiquement modifiés : entre polémique et espoir contre les maladies héréditaires

le 28 nov. 2018 • sur AFP

/static/themes-v3/default/images/default/info/article/intro.jpg?1516194360

Pourra-t-on bientôt éradiquer toutes les maladies héréditaires en modifiant les gènes ? Un chercheur chinois affirme avoir fait naître les premiers bébés génétiquement modifiés mais, en raison du tollé général, il a annoncé suspendre ses essais.

genetique

 

Des jumelles génétiquement modifiées

Durant le second Sommet international sur l'édition du génome, à Hong Kong, le chercheur He Jiankui affirme qu'il a permis la naissance de jumelles dont l'ADN a été modifié pour les rendre résistantes au virus du sida. Huit couples - tous composés d'un père séropositif et d'une mère séronégative - se seraient portés volontaires pour l'essai, mais que l'un d'eux s'était rétracté. 

L'annonce de ces naissances, qui seraient une première mondiale si elles étaient confirmées, n'a laissé personne indifférent au sein de la communauté scientifique, beaucoup dénonçant l'absence de vérification indépendante ou le fait d'avoir exposé des embryons sains à des modifications génétiques. Les chercheurs présents ont reconnu l'aspect historique d'un tel acte mais ont déploré que la prudence n'ait pas été de mise.

Certains experts estiment que de telles modifications pourraient générer des mutations non désirées dans des zones différentes de celles ciblées. M. He, qui a œuvré sans le soutien de son Université, a défendu son travail à la tribune, en déclarant que les parents volontaires étaient parfaitement conscients des risques.

La méthode des "ciseaux génétiques"

He Jiankui a employé la technique Crispr-Cas9, dite des "ciseaux génétiques", qui permet d'enlever et de remplacer des parties indésirables du génome, comme on corrige une faute de frappe sur ordinateur.

Les jumelles sont selon lui nées après une fécondation in vitro, à partir d'embryons modifiés avant leur implantation dans l'utérus de la mère. Cette technique ouvre des perspectives dans le domaine des maladies héréditaires. Mais elle est extrêmement controversée, notamment parce que les modifications réalisées seraient transmises aux générations futures, et qu'elles pourraient au final affecter l'ensemble du patrimoine génétique.

La Chine cherche à devenir un leader de la recherche génétique et du clonage. Les zones grises de la législation locale ont ouvert la voie à des expérimentations parfois controversées, car les règles bioéthiques chinoises restent très floues. 

Des mutations des gènes déjà pratiquées

Des scientifiques chinois ont été les premiers en 2015 à parvenir à modifier des gènes d'embryons humains, selon la revue Nature. La même année, un site de clonage d'animaux était en construction à Tianjin, avec notamment l'ambition de produire jusqu'à un million de vaches à viande par an. Début 2018, des chercheurs chinois sont parvenus à faire naître pour la première fois des singes génétiquement identiques, par la même technique de clonage utilisée il y a plus de 20 ans pour la célèbre brebis Dolly, premier mammifère cloné.

 

Qu'en pensez-vous ?
Pour vous, est-ce un espoir vers la guérison, ou une boîte de Pandore ?
À vos claviers !

Source AFP

Commentaires

le 28/11/2018

.

le 28/11/2018

Selon ce qu'on fera ...... la technique des " ciseaux génétiques" sera un espoir vers la guérison ou aboutira à la naissance d'une humanité  hors de contrôle par le jeu de la descendance et des mutations induites possiblement  irréversibles.

le 28/11/2018

.

le 28/11/2018

L'important n'est pas tant les cartes que l'on a en mains que ce qu'on en fait! un mauvais jeu ne conduit pas forcément à l'échec pas plus qu'un bon au succès assuré.  Chacun ses goûts @pseudo-masqué‍  mais pour moi,l'incertitude humaine et ses failles est ce qui rend attachante l'humanité . L'être parfait .... l'ennui total si tout le monde devenait semblable et interchangeable!  Le meilleur des mondes peut facilement tourner à l'horreur.....

le 28/11/2018

si on pouvait supprimer certaines maladies génétiques ce serait bien quand même ! quand je vois tous ces enfants qui luttent dès leur plus jeune age j'ai mal pour eux . 

le 28/11/2018

.

le 28/11/2018

Je  vous comprends @pseudo-masqué‍ et d'autant que je pourrais bien dire aussi qu'avec le diabète + l'insuffisance rénale j'ai dû considérablement diminuer  voire supprimer tout ce qui comportait du  sucre ,du sel  du gras,  et, pour ainsi dire , oublier le  pain  tout en limitant fortement la viande  et les produits laitiers.Je crois que c'est plus ou moins le sort de tous les affectés d'une maladie métabolique .

Pour le reste arkadia  votre vie ...".affective"  n'est pas dépendante  de votre histaminose et sur ce plan là les "ciseaux génétiques " n'auraient pas eu grand effet .    En fin .... il me semble.    

le 28/11/2018

.

le 28/11/2018

C'est pas faux    @pseudo-masqué‍