Coeur artificiel : Carmat autorisée à reprendre l'essai

le 17 juil. 2014 • sur Le Parisien

/static/themes-v3/default/images/default/info/article/intro.jpg?1516194360

La société Carmat a annoncé ce mercredi avoir été autorisée à reprendre l'essai de son cœur artificiel bioprothétique.

Au lendemain du décès le 2 mars du premier patient âgé de 76 ans, Claude Dany, 75 jours après l'implantation à l'hôpital européen Georges Pompidou à Paris, le 18 décembre 2013, le recrutement des patients avait été suspendu par la société «pour permettre l'analyse des données issues de la première implantation».
Sur le même sujet

Mais la société Carmat avait annoncé maintenir son programme d'essais comprenant quatre patients «au pronostic vital engagé à brève échéance».

Le comité de protection des personnes, le comité de sécurité ainsi que les autorités réglementaires ont émis un avis favorable à la reprise du recrutement des trois patients suivants de l'essai de faisabilité.

La première implantation jugée probante

La société avait souligné en mars que le critère de succès retenu pour ces premiers essais était la «survie à 30 jours» des patients et qu'«avec 74 jours de survie», la première implantation était «probante». Des mesures complémentaires ont été mises en place pour poursuivre l'essai «dans les meilleures conditions de sécurité», selon Marcello Conviti, le directeur général de Carmat.

Le cœur artificiel Carmat n'est pas destiné à faire patienter un malade en attente de greffe cardiaque mais à remplacer définitivement le cœur défaillant. Cette technologie représente un espoir pour 100 000 patients dans le monde. Le prix de ce cœur est estimé par les analystes entre 140 000 et 180 000 €. Une transplantation classique coûte 250 000 € en France et presque 730 000 € aux Etats-Unis, d'après le groupe Carmat.

Mais ce «cœur artificiel total définitif n'a pas pour vocation de remplacer les transplantations cardiaques mais de les compléter en palliant le manque de greffons et en répondant aux malades qui sont pas éligibles à la transplantation», rappelle le Pr Alain Carpentier, concepteur de l'organe bioprothétique et cofondateur de la société Carmat.

Commentaires