«
»

Top

Le témoignage de Natacha : se réveiller avec la fibromyalgie et une polyarthrite non invalidante

Ce témoignage s'inscrit dans le projet de fin d'études de Gaëlle Regnier, étudiante en photographie à l’école de photographie et de techniques visuelles Agnès Varda, à Bruxelles. Elle a choisi comme thème de ce reportage photo la douleur chronique afin de mettre en lumière les patients et leur combat.

Le témoignage de Natacha
Se réveiller avec la fibromyalgie et une polyarthrite non invalidante

natacha-temoignage-fibromyalgie"Ce matin, je me lève, et comme tant d'autres jours depuis des années, mon corps est comme un arbre mort. Il lui faut du temps pour se mettre en route. Je mets un pied par terre et c'est comme si mes chevilles étaient une branche qui craque. Un morceau de bois vert qui s'enfonce dans ma chair, mes os, comme des milliers d'échardes qui me rentrent dans la peau.

Comme un arbre sous le vent, j'oscille avant de trouver un semblant d'équilibre. Les murs, les portes, les meubles viennent à moi comme si je les attirais. Me tenir aux murs pour ne pas tomber mais mes bras font mal, mes épaules sont fixées par des poignards de douleur, mes mains sont en griffes... sans parler de mes jambes, mon dos qui me dit que j'ai dormi sur un lit de cailloux.

Il me faut de la chaleur pour détendre ce corps qui me paraît tellement souvent avoir 100 ans. Je vais bouger, sortir, avancer, avoir le courage de vivre une journée qui sera peut-être un enfer mais peut-être pas trop.

Comme toujours je sourirai, je serai debout et je trouverai de la beauté dans un nuage, le vol d'un oiseau, la musique, l'amitié et l'amour de mes proches. Je ne montrerai pas aux autres ce que je vis car cela m'enferme encore plus dans une cage de douleurs.

Demain je ne pourrai peut-être pas me lever car j'en aurai trop fait aujourd'hui, j'aurai trop essayé de vivre mais après-demain je serai là. Je penserai peut-être à fractionner mon temps de vie contre des temps de repos qui me permettent d'avancer, même au rythme d'un escargot.

Bienvenue dans mon monde qui s'appelle fibromyalgie et polyarthrite non invalidante."


Autres témoignages

Claire : continuer à travailler avec une polyarthrite déformante
Alain : le marché du travail exclut les malades chroniques
Delphine : des années d’errance diagnostique face au syndrome d’Ehlers-Danlos de type hypermobile
Marie : le syndrome du côlon irritable empêche de vivre
Ornella : le syndrome de KiSS, d'une mère à son fils
Virginie : garder espoir malgré les effets secondaires des traitements contre la polyarthrite rhumatoïde
Quentin : la rectocolite hémorragique et le voyage
Emmanuelle : si le syndrome d'Ehlers-Danlos pouvait parler

Merci beaucoup à Natacha d'avoir partagé son histoire ! N'oubliez pas de commenter ce témoignage pour apporter votre soutien et pour partager avec d'autres membres ce qui est le plus dur au quotidien pour vous.

avatar Louise-B

Auteur : Louise-B, Content & Community Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le vécu des patients et qui portent leur voix. Forte d'une formation pluridisciplinaire axée sur le journalisme, elle coordonne la rédaction des contenus des plateformes Carenity et facilite l'expérience des membres sur le site.

Commentaires - Page 3

avatar
le 17/06/2019

Bonjour Natacha,

Merci pour ton témoignage, je me retrouve tellement à travers ce que tu vis.

Souffrir en silence, essayer de ne rien montrer au boulot, jusqu'à ce que mon corps me rappelle à l'ordre et que je sois obligée de rester au repos à la maison.

Sourire, sourire, et quelques fois je suis tellement épuisée "malaise vagal".

Bon courage à tous. Je vous embrasse

avatar
le 18/06/2019


avatar
le 21/08/2019

Très beau témoignage, même situation douleur jour est nuit c’est limite plus possible met , nos médecins n’arrange pas les choses chaque foi que j’ai un nouveau problème il met sur le compte de la fibro , quand je demande un radio il me dit non , la fibromyalgie cache les maladies alors aucun traitement, je me retrouve seule mon ex m’a laissé , je me dit que je suis plus rien , ma vue baisse tout les ans ,mes hanches c’est horrible dernièrement je suis tombé devant un magasin il y avait ma fille de 12 ans , elle n’a pas su quoi faire est c’est sur la hanche que je suis tomber les gens rit est s’en vont sans vous aider qu’elle triste vie nous avons tous bon courage à toutes