«
»

Top

Comment réussir à arrêter de fumer et ainsi stabiliser sa BPCO ?

Atteint d’emphysème et d’une BPCO niveau 4 sévère, notre membre @ledalle‍ a réussi à arrêter de fumer il y a 6 ans, sans rechute, alors qu'il était fumeur depuis ses 16 ans. À l'occasion du Mois sans Tabac, il a accepté de nous raconter son parcours pour arrêter de fumer, grâce à des patchs, un suivi psychologique et une bonne dose de volonté !

Comment avez-vous découvert que vous aviez une BPCO ? Quelle était votre consommation de tabac ?  

Suite à des bronchites à répétition, on m’a diagnostiqué une BPCO niveau 2. Quand j’ai commencé à fumer, j’avais 16 ans ; quand j’ai été diagnostiqué, j’avais 54 ans et j’étais à un paquet de 20 cigarettes par jour.

[Le tabagisme est la cause de 90% des BPCO, ndlr]

Un professionnel de santé vous a-t-il immédiatement conseillé d’arrêter de fumer ? Avez-vous été accompagné par un médecin ?

Un pneumologue m’avait conseillé d’arrêter et m’a fait suivre par mon médecin traitant. La décision d’arrêter n’a pas, de mon côté, était immédiate, car je n’ai pas tout pris au sérieux… Tout en craignant quand même les avertissements du pneumologue. J’en ai donc parlé à mon médecin, qui m’a aidé à essayer d’arrêter de fumer.

bpco

Comment avez-vous procédé pour arrêter de fumer ? 

J’ai commencé par les patchs, pour un programme de 6 mois avec le suivi du généraliste et ses conseils. À la fin de mon traitement avec les patchs, je fumais encore 4 cigarettes par jour, je suis donc allé revoir mon pneumologue tout content de moi… Seulement, après le diagnostic, celui-ci m’annonce qu’il ne faut plus 1 seule cigarette car ma BPCO est au niveau 4 sévère et qu’il n’y a pas d’autre solution pour stabiliser la maladie qui était à présent très sévère.

Du coup, j’ai opté pour la e-cigarette, nicotine zéro. L’avantage, c’est le goût n’est pas trop enviable pour ne pas être accro à la e-cigarette. Plus de cendrier ni briquet ni cigarettes à la maison. Le goût étant déplaisant et n’ayant rien d’autre je vapotais de moins en moins et j’ai évité les endroits de fumeurs. Je me suis mis au vélo. Mon généraliste m’a donné quelques calmants pour m’aider et j’avais que le vélo pour me défouler dans la nature.

Vos proches vous ont-ils aidé dans votre parcours ?

Chez moi, personne ne fume et tout le monde m’a encouragé. C’était super pour m’aider. J’avais aussi prévenu mes collègues de travail que j’arrêtais de fumer et qu’il ne fallait pas me tenter. J’ai refusé les pauses café avec les fumeurs.

Qu’est-ce qui a été le plus dur pour arrêter ? Quels ont été les obstacles ?

Le plus dur, c’est de tenir les 6 premiers jours, et pour ça je m’occupais un max à des tas de choses, ça a commencé à être plus facile après 1 semaine en restant sur mes gardes. Après l’arrêt de la cigarette électronique, je n’avais plus rien, et là j’ai ressenti du stress. Mon généraliste m’a aidé avec quelques remèdes pour rester zen.

Avez-vous pris du poids suite à l’arrêt du tabac ? Cela effraye bon nombre de patients.

Je n’ai pas pris un kilo ! Il faut dire que plutôt que de fumer, je faisais du vélo.

Depuis combien de temps avez-vous arrêté de fumer ? Comment vous sentez-vous physiquement et moralement ?

Cela fera 6 ans le 23 novembre que je ne fume plus. Eh oui, on se rappelle de la 1ère fois sans clope ! Aujourd’hui, je revis ! Tout en souffrant de la BPCO, toujours stabilisée grâce à l’arrêt du tabac, je ressens à nouveau les parfums, j’ai retrouvé le goût car je n’avais plus de palais avec le tabac, j’apprécie toutes ces bonnes odeurs dont j’avais oublié le parfum… Par contre le tabac froid m’incommode désormais et je ne supporte plus une personne qui a une haleine de tabac !

Que conseilleriez-vous à un fumeur qui souhaite arrêter de fumer ?

Je ne pourrais plus fumer de ma vie car je ne supporte plus l’odeur et je n’en ai surtout plus l’envie. Et après 6 ans d’arrêt du tabac ma maladie est toujours stabilisée.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaite arrêter de fumer ?

Pour arrêter de fumer, il faut d’abord le vouloir fortement puis être suivi psychologiquement et par l’entourage. Il faut surtout regarder les avantages et les inconvénients parce que... y'a pas photo !

Merci beaucoup à @pseudo-masqué d'avoir partagé son expérience avec nous. Avez-vous vécu la même chose ? Comment avez-vous réussi à arrêter de fumer ou quels sont vos obstacles ? N'hésitez pas à commenter ce témoignage pour en discuter !

avatar Louise-B

Auteur : Louise-B, Content & Community Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le vécu des patients et qui portent leur voix. Forte d'une formation pluridisciplinaire axée sur le journalisme, elle coordonne la rédaction des contenus des plateformes Carenity et facilite l'expérience des membres sur le site.

Commentaires - Page 5

avatar
le 08/11/2018

Bonjour à tous et bravo pour votre combat contre le tabac moi je ne fume plus depuis très longtemps car j'ai de l'emphysème et de plus je suis sous oxygène ( Pour moi l'arrêt de tabac a été une question de de volonté de ma part ) . je cherche quelqu'un qui aurait subi une intervention chirurgicale au sujet de valve pulmonaire car l’hôpital de Toulouse veut me placer des valve pulmonaire au niveau des poumons j’espère que que quelqu'un qui a subi ce genre d'intervention pourra me donner des renseignements afin que je puisse prendre une décision pour cette intervention . ( Si quelqu'un connait un site où une personne qui aurai subi se genre d'intervention pourriez-vous me dire comment faire pour entrer en contact Merci beaucoup MICHEL

avatar
le 08/11/2018

Bonsoir,

Je ne vais pas vous compter tout mon parcours mais voilà comment j'ai fait. 

J'ai arrêté de fumer à 48 ans après au moins 5 essais infructueux mais là j'ai investi sur l'avenir. Oui j'ai fait de l'hypnose. Sur le coup j'ai ralenti mais pendant 6 mois je me suis remémoré ces séances thérapeutiques et la veille de mon départ en vacances j'ai fumé ma dernière cigarette. J'en ai parlé à personne, dès que j'avais envie de fumer je me mettais en auto-hypnose et cela fluidifiée mon envie. Au bout d'une dizaine de jours les gens autour de moi se sont aperçus qu'il se passait quelque chose. J'en avais touché 2 mots avec mon épouse mais je lui avais demandé surtout de ne pas m'en reparler, de laisser faire les choses. Trois semaines plus tard je reprenais le chemin du travail et les gens se sont rendus compte qu'il y avait un changement. A cette époque je ne savais pas que j'avais un emphysème. Le cardio avec qui j'en parlais m'a dit qu'il fallait dix ans avant que tout s'en aille. Sauf que 5 ans après j'ai fait une insuffisance cardiaque sévère qui m'a mené aux soins intensifs où l'on a dit à mon épouse que le "pronostic vital était engagé". Après scanner et IRM on a noté qu'en plus je faisais un Emphysème. Bon je suis sorti et je me suis rétabli et l'on m'a posé  un défibrillateur. Bon j'ai repris une vie où je marchais beaucoup 10 à 15 kms * 3 fois par semaine sans contrainte à l'étonnement général. Puis j'ai eu un accident de moto me laissant couché pendant 3 mois et après ces 3 mois là il y a eu des problèmes à un an d'intervalle 2 pneumothorax côté droit. C'est sévère et on ne peut rien faire c'est une épée de Damoclès au dessus de la tête. On vous draine vous repartez mais pas toujours dans les mêmes conditions qu'auparavant par contre ce que j'ai pu noter et j'en ai fait part aux pneumo et cardio c'est que le Ramipryl avait sensiblement modifié le terrain pulmonaire et d'ailleurs quand il m'a été enlevé j'ai ressenti de meilleures conditions d'oxygénation. Toujours est-il que la question posé aux pneumologues c'est la cigarette a t'elle modifié le terrain pulmonaire et à cette question la réponse a été la suivante :"certes ce n'est pas cela qui a amélioré l'état mais l'emphysème vient, pour vous, d'autres facteurs. Le tabagisme passif, le stress et le terrain héréditaire, le tout concentré sur une personne. Faîtes vos jeux, rien ne va plus.

Voilà, voilà. Par contre si voulez vraiment aller mieux faîtes des activités, bougez mais ne vous asseyez pas dans une chaise en attendant le lendemain. Devenez acteur plutôt que spectateur. Je sais il y a des niveaux mais on peut stabiliser la situation. Prenez vous en main et avancez est un remède excellent pour ce que vous avez mais aussi pour votre tête et même cela deviendra une bonne drogue.

Allez les amis, avançons l'avenir est au futur comme me disait un collègue.

Rémi,

avatar
le 08/11/2018

Bonsoir Le dalle                                                                                                                                          Merci pour le compliment et tes encouragements, toi aussi tu as superbement expliqué ta  maladie et l'intéret  d' arreter la cigarette. J'éspère  avoir autant de courage que toi pour tenir dans le temps Mais je suis bien déterminé à me soigner malgré  les hauts et les bas que j'ai du mal à accepter .Je voulais te poser une question concernant des douleurs légères  dans la poitrine ou plutot une gène difficile a définir . Est il possible que ce soit encore l'effet du sevrage tabagique au bout de 6 mois 1/2 il me semble que tu l'avais expliqué à un de tes amis sur ce site. J'ai toujours un problème pour reconnaitre si ces gènes  dépendent du sevrage, de la BPCO ou de l' emphysème,?trop jeune encore! lol  Merci de ta réponse et bonne soirée  Berihl

avatar
le 08/11/2018

@pseudo-masqué ledalle

merci de m'avoir répondu , @pseudo-masqué‍  oui c'est fort possible il te faut compter 1 année pour commencer a vraiment ressentir  tous les effets bénéfiques de l’arrêt du tabac, ,sache que par moment tu est en manque, et ton corps réagit  sous forme de stresse poitrine qui serre  quelques angoisse qui sont passagère, mais qui sont signe que ton corps réagit  surtout dans c'est moment la essaye de t’occuper  , pense a boire un grand verre d'eau car comme la dit @pseudo-masqué‍  une envie passe très vite, c'est intense mais de courte durée ,il faut la détournée de ton esprit, en bougeant  t’occuper boire un grand verre d'eau etc  un conseil prend contact avec ton pneumo tous les 3 mois au début  il te réconfortera et tu  iras de mieux en mieux en voyant que tu as stabiliser la maladie , et te prescrira peut être un remède

demande lui pour qu il te prescrive une réhabilitation respiratoire ça te fera un bien fou ,et t'aidera a stabiliser la maladie, et renforcer ton sevrage tabagique, la bas en clinique tu  te trouveras entourer de professionnels de santé ,qui t'aideront par le sport a regagner du souffle, et tout connaitre sur ta maladie et apprendre a la gérer, moi je te le recommande vivement ,si tu as le temps vas voir le post  forum EMPHYSÈME  et remonte les pages jusque poste de  @pseudo-masqué‍   tu verras comment elle était il y a 6 semaines et comment elle est aujourdhui elle finit sa réhabilitation demain  ,elle se reconnait pas va lire ça va te motivé

voila je te souhaites un bon courage une très bonne soirée

Dan

avatar
le 08/11/2018

Salut. Je suis heureux pour vous d'avoir arrêté de fumer. Vous avez eu vraiment une volonté de fer pour l'avoir fait. Il faut savoir qu'en plus du tabagisme, il y a aussi l'alcool qui fait des ravages. Souvent, l'un ne va pas sans l'autre. En effet, à eux deux seuls, ils sont la cause de la mort de beaucoup de personnes comme l'indiquent les statistiques. Voir lien ci-après : http://www.leparisien.fr/laparisienne/sante/tabac-et-alcool-les-deux-premieres-causes-evitables-de-mortalite-07-06-2013-2878301.php