«
»

Top

Comment réussir à arrêter de fumer et ainsi stabiliser sa BPCO ?

Atteint d’emphysème et d’une BPCO niveau 4 sévère, notre membre @ledalle‍ a réussi à arrêter de fumer il y a 6 ans, sans rechute, alors qu'il était fumeur depuis ses 16 ans. À l'occasion du Mois sans Tabac, il a accepté de nous raconter son parcours pour arrêter de fumer, grâce à des patchs, un suivi psychologique et une bonne dose de volonté !

Comment avez-vous découvert que vous aviez une BPCO ? Quelle était votre consommation de tabac ?  

Suite à des bronchites à répétition, on m’a diagnostiqué une BPCO niveau 2. Quand j’ai commencé à fumer, j’avais 16 ans ; quand j’ai été diagnostiqué, j’avais 54 ans et j’étais à un paquet de 20 cigarettes par jour.

[Le tabagisme est la cause de 90% des BPCO, ndlr]

Un professionnel de santé vous a-t-il immédiatement conseillé d’arrêter de fumer ? Avez-vous été accompagné par un médecin ?

Un pneumologue m’avait conseillé d’arrêter et m’a fait suivre par mon médecin traitant. La décision d’arrêter n’a pas, de mon côté, était immédiate, car je n’ai pas tout pris au sérieux… Tout en craignant quand même les avertissements du pneumologue. J’en ai donc parlé à mon médecin, qui m’a aidé à essayer d’arrêter de fumer.

bpco

Comment avez-vous procédé pour arrêter de fumer ? 

J’ai commencé par les patchs, pour un programme de 6 mois avec le suivi du généraliste et ses conseils. À la fin de mon traitement avec les patchs, je fumais encore 4 cigarettes par jour, je suis donc allé revoir mon pneumologue tout content de moi… Seulement, après le diagnostic, celui-ci m’annonce qu’il ne faut plus 1 seule cigarette car ma BPCO est au niveau 4 sévère et qu’il n’y a pas d’autre solution pour stabiliser la maladie qui était à présent très sévère.

Du coup, j’ai opté pour la e-cigarette, nicotine zéro. L’avantage, c’est le goût n’est pas trop enviable pour ne pas être accro à la e-cigarette. Plus de cendrier ni briquet ni cigarettes à la maison. Le goût étant déplaisant et n’ayant rien d’autre je vapotais de moins en moins et j’ai évité les endroits de fumeurs. Je me suis mis au vélo. Mon généraliste m’a donné quelques calmants pour m’aider et j’avais que le vélo pour me défouler dans la nature.

Vos proches vous ont-ils aidé dans votre parcours ?

Chez moi, personne ne fume et tout le monde m’a encouragé. C’était super pour m’aider. J’avais aussi prévenu mes collègues de travail que j’arrêtais de fumer et qu’il ne fallait pas me tenter. J’ai refusé les pauses café avec les fumeurs.

Qu’est-ce qui a été le plus dur pour arrêter ? Quels ont été les obstacles ?

Le plus dur, c’est de tenir les 6 premiers jours, et pour ça je m’occupais un max à des tas de choses, ça a commencé à être plus facile après 1 semaine en restant sur mes gardes. Après l’arrêt de la cigarette électronique, je n’avais plus rien, et là j’ai ressenti du stress. Mon généraliste m’a aidé avec quelques remèdes pour rester zen.

Avez-vous pris du poids suite à l’arrêt du tabac ? Cela effraye bon nombre de patients.

Je n’ai pas pris un kilo ! Il faut dire que plutôt que de fumer, je faisais du vélo.

Depuis combien de temps avez-vous arrêté de fumer ? Comment vous sentez-vous physiquement et moralement ?

Cela fera 6 ans le 23 novembre que je ne fume plus. Eh oui, on se rappelle de la 1ère fois sans clope ! Aujourd’hui, je revis ! Tout en souffrant de la BPCO, toujours stabilisée grâce à l’arrêt du tabac, je ressens à nouveau les parfums, j’ai retrouvé le goût car je n’avais plus de palais avec le tabac, j’apprécie toutes ces bonnes odeurs dont j’avais oublié le parfum… Par contre le tabac froid m’incommode désormais et je ne supporte plus une personne qui a une haleine de tabac !

Que conseilleriez-vous à un fumeur qui souhaite arrêter de fumer ?

Je ne pourrais plus fumer de ma vie car je ne supporte plus l’odeur et je n’en ai surtout plus l’envie. Et après 6 ans d’arrêt du tabac ma maladie est toujours stabilisée.

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaite arrêter de fumer ?

Pour arrêter de fumer, il faut d’abord le vouloir fortement puis être suivi psychologiquement et par l’entourage. Il faut surtout regarder les avantages et les inconvénients parce que... y'a pas photo !

Merci beaucoup à @pseudo-masqué d'avoir partagé son expérience avec nous. Avez-vous vécu la même chose ? Comment avez-vous réussi à arrêter de fumer ou quels sont vos obstacles ? N'hésitez pas à commenter ce témoignage pour en discuter !

avatar Louise-B

Auteur : Louise-B, Content & Community Manager

Community Manager de Carenity en France, Louise est également rédactrice en chef du Magazine Santé pour proposer des articles, vidéos et témoignages centrés sur le vécu des patients et qui portent leur voix. Forte d'une formation pluridisciplinaire axée sur le journalisme, elle coordonne la rédaction des contenus des plateformes Carenity et facilite l'expérience des membres sur le site.

Commentaires - Page 4

avatar
le 08/11/2018

@pseudo-masqué  ledalle

bonsoir @pseudo-masqué‍  je ne connais de personnes ayant subit cette intervention mais essaye de contacter en mp  @pseudo-masqué‍  elle en connait un rayon et est très bonne conseillère

bonne chance bonne soirée

Dan

avatar
le 08/11/2018

@pseudo-masqué ledalle

bonsoir  @pseudo-masqué‍  merci de ton témoignage

,sache que pour stabiliser ta maladie ,demande a ton pneumo une rééducation respiratoire en clinique ,c'est top, tu vas apprendre beaucoup sur ta maladie et a faire du sport adapté a tes capacités respiratoire, et vite regagner en respiration  et stabiliser la bpco  qui est une maladie irréversible

bon courage

Dan

avatar
le 08/11/2018

J'ai la chance malgré mes 71 ans passé d'être très actif. Je possède un "petit bois" où je m'emploie à des activités forestières qui m'ont permis de gagner de la capacité respiratoire; J'ai été aidé par une kiné qui faisait de la kiné respiratoire il y a un peu plus d'un an. J'ai arrêté n'en ressentant plus le besoin. Je sais que cette maladie est irréversible, pourtant elle est moins lourde depuis que je ne suis plus assis devant mon PC. Alors je considère comme une grande chance de me sentir mieux et je le souhaite à tous ceux  qui sont dans notre cas. Je dois aussi à la vérité de dire que ma BPCO est à un stade qualifié de léger. Il faut donc tout mettre en œuvre pour la tenir le plus longtemps possible dans cet état. Merci cher Dan pour ta sympathique réponse encourageante. Amicalement Joêl

avatar
le 08/11/2018

@pseudo-masqué ledalle

 @pseudo-masqué‍  de rien

reste vigilant car a la moindre bronchite  ou infection des bronches tu vas perdre de la capacité respiratoire, fais toi vacciner pour la grippe, et fais toi suivre par un pneumo au moins 1 fois /an 

bonne soirée  Dan

avatar
le 08/11/2018

Oui je me fais suivre par un pneumo qui ne "s'empresse" pas vraiment ! Je suis vacciné au pneumo 23 (pas à l'antigrippe qui me fatigue). Et je suis sous azythromicine d'octobre à avril à raison de 3 comprimés par semaine. Je pense que l'effet préventif, en créant une barrière aux infections, à réduit l'an dernier , très sérieusement l'inconfort que j'avais ressenti l'année précédente. Il est vrai que je ne suis pas à l'abri des grippes qui circulent et que l'on s'échangent. Mais ce médicament a été très efficace pour moi. Je croise les doigts mais je vois régulièrement mon médecin traitant qui est très attentif à mes deux problèmes BPCO et diabète de type 2. Je n'hésite donc pas à voir mon pneumo, a en accord avec elle, dès que nécessaire.

Merci encore pour ces très bons conseils et bonne soirée. Joël