«
»

Top

Après la guerre au tabac, la guerre aux sodas ?

9 juin 2014 • 16 commentaires

Après la guerre au tabac, la guerre aux sodas ?

Obésité, diabète, caries... Les boissons sucrées sont dans le collimateur des experts, qui préconisent des taxes et des avertissement sur les emballages.

La "guerre" contre les sodas, qui entraînent obésité et maladies graves, doit être menée comme celle contre le tabagisme : avec des avertissements sur les emballages et des taxes.

Ce sont quelques-unes des solutions préconisées par des experts réunis cette semaine à Washington dans un "Sommet sur les sodas", souvent considérés comme parmi les principaux responsables de l'obésité qui frappe les Américains.

Pour Harold Goldstein, l'un des nombreux médecins, consommateurs ou experts réunis par l'association de consommateurs Center for Science in the Public Interest (CSPI) : Il s'agit de dire la vérité sur ces produits et laisser le consommateur décider"

"Les avertissements sur les paquets de cigarettes ont montré qu'ils étaient efficaces, et cela impulse un mouvement", explique ce militant associatif anti 'junk food' (CCPHA) de Californie, en présentant un projet de loi qui impose un avertissement sur les étiquettes des boissons à sucres ajoutés.

Limiter la taille des boissons sucrées

Le texte, voté fin mai par le Sénat de Californie et qui n'attend plus que la signature de son gouverneur, ferait de cet Etat de l'ouest des Etats-Unis le premier à imposer ce type d'avertissement. On pourrait donc bientôt lire sur les étiquettes : "Consommer des boissons avec des sucres ajoutés contribue à l'obésité, le diabète et les caries dentaires"

"Une fois que le consommateur a l'information, il peut aller plus loin", a assuré Harlod Goldstein en estimant, comme tous les experts présents, que la lutte contre la consommation de boissons trop sucrées demande de multiples approches.

Le congrès, deuxième sommet organisé par le CSPI sur ce thème, a ainsi rappelé que la ville de New York était retournée mercredi en appel pour pouvoir limiter à 47 centilitres les boissons sucrées individuelles offertes dans les restaurants ou les cinémas.

La représentante démocrate Rosa DeLauro a affirmé pour sa part, par vidéo interposée, qu'une taxe nationale sur ces boissons allait être proposée au Congrès. "Quand une bouteille de cola de deux litres est vendue 99 cents et que des myrtilles valent plus de trois dollars, c'est que quelque chose ne va pas", a-t-elle lancé aux congressistes.

Diabète et maladies cardiovasculaires

Outre la prise de poids et l'obésité, la forte consommation de ces boissons à sucres ajoutés (sodas, boissons énergétiques, jus de fruits à sucres ajoutés) est la cause directe de maladies graves, disent les experts.

Ainsi, Kimber Stanhope, biologiste de l'université de Californie, a montré comment ces sucres entraînent directement un engraissement du foie qui conduit à des maladies métaboliques, diabètes et maladies cardiovasculaires.

Si les chiffres de consommation actuels ne changent pas, 33% des garçons et 38% des filles nés en l'an 2000 vont développer un diabète ou un pré-diabète, un chiffre qui s'élève à 50% dans la population afro-américaine ou hispanique, grandes consommatrices, s'est alarmé le congrès.

Néanmoins, les militants anti-sodas estiment qu'ils sont "en train de gagner la guerre".

Consommation en baisse

"La consommation de sodas et boissons à sucres ajoutés a clairement diminué depuis qu'elle a atteint des sommets en 1998", a expliqué un des organisateurs Jim Krieger, responsable santé du comté de King (Etat de Washington, nord-ouest).

Ainsi, la consommation annuelle moyenne d'un Américain est passée de 208 litres à 166 litres sur la période, soit une diminution de 17%, dit-il.

Chez Coca-Cola, la consommation de sodas, qui représentent environ 75% de ses volumes de ventes, continue de baisser en Amérique du nord (-1% au premier trimestre sur un an), de loin son premier marché.

"Nous gagnons la guerre grâce aux campagnes de sensibilisation et au mouvement de plus en plus fort pour que les sodas soient enlevés des écoles, des hôpitaux et des bureaux. Il faut aller plus loin", conclut Jim Krieger.

Le Nouvel Observateur

Commentaires

le 14/06/2014

Je suis entièrement pour, on peut très bien changer son mode de vie  et ne plus boire de sodas mais les remplacer par des jus de fruits naturels ou à la limite très peu de sirop. C'est aux parents à sensibiliser leurs enfants dès à présent.

le 15/06/2014

Mais vu que les USA sont le grand modèle ...ce n'est pas gagné .

Mais avec force conviction , le message peut passer .

le 16/06/2014

Bonjour,

Les jus de fruits sont plus caloriques que les sodas, et oui, voir Là de plus, culpabiliser les parents qui n'ont pas les moyens d'en acheter à leurs enfants, pas sympa.

Les sodas light ne sont vraiment pas caloriques, et il existe des "sirop" sans sucre. Ca fait d'ailleurs le bonheur de mon mari diabétique.

Bonne journée

Francine

le 16/06/2014

scoobidoo sensibiliser ne veut pas dire culpabiliser..Quand je dis sensibiliser c est dans les générations futures on peut très bien éviter les sodas et manger plus de fruit !Après, chacun fait comme il veut. Bonne fin d'am 

le 16/06/2014

a quand la mention :  ATTENTION MANGER TUE

je plaisante évidemment a chaque siecle son mal, avant c'était la famine, les grandes épidémies de disettes etc.....

laissons a chacun sa liberte.

Bientôt l'on ne pourra plus librement disposer de son corps

Bien triste tout cela.

Amicalement Naldjorpa

Vous aimerez aussi

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Adamantinome
Astrocytome
Cancer
Cancer colorectal
Cancer de l'amygdale
Cancer de l'anus
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'estomac
Cancer de l'oesophage
Cancer de l'ovaire
Cancer de la bouche
Cancer de la gorge
Cancer de la langue
Cancer de la parotide
Cancer de la peau
Cancer de la plèvre
Cancer de la prostate
Cancer de la thyroïde
Cancer de la vésicule biliaire
Cancer de la vessie
Cancer de la vulve
Cancer des os
Cancer du col de l'utérus
Cancer du foie
Cancer du larynx
Cancer du nasopharynx
Cancer du palais
Cancer du pancréas
Cancer du poumon
Cancer du poumon à petites cellules
Cancer du rein
Cancer du sein
Cancer du testicule
Cancer du Thymus
Cancer du vagin
Cancer endocrinien
Carcinome basocellulaire
Carcinome épidermoïde de la tête et du cou
Carcinome épidermoïde du palais
Carcinome papillaire de la thyroïde
Chondrosarcome myxoide extrasquelettique
Chordome
Choriocarcinome
Dermatofibrosarcome de Darier-Ferrand
Esthésioneuroblastome
Glioblastome
Leucémie
Leucémie lymphoïde aigue
Leucémie lymphoïde chronique
Leucémie myéloide aigue
Leucémie myéloide chronique
Lymphome à cellules du manteau
Lymphome anaplasique à grandes cellules
Lymphome cutané
Lymphome de Hodgkin
Lymphome diffus à grandes cellules B
Lymphome folliculaire
Lymphome non hodgkinien
Lymphome T cutané
Macroglobulinémie de Waldenstrom
Mastocytose cutanée
Mastocytose systémique
Mésothéliome
Myélofibrose
Myélome multiple
Néoplasie endocrinienne multiple
Néphroblastome
Neuroblastome
Ostéosarcome
Phéochromocytome
Rétinoblastome
Sarcome d'Ewing
Sarcome de Kaposi
Schwannome vestibulaire
Syndrome de Sézary
Syndromes myélodysplasiques
Tumeur au cerveau
Tumeur de Merkel
Tumeur gliale
Tumeur maligne de la trompe
Tumeur neuroendocrine
Tumeur neuroendocrine entéropancréatique
Tumeur osseuse rare
Tumeur péritonéale primaire
Tumeur rhabdoide
Tumeur stromale gastro-intestinale

Les traitements du cancer : biothérapie et immunothérapie

Lire l'article
Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Maladie de Crohn
Polyarthrite rhumatoïde
Psoriasis
Rectocolite hémorragique
Rhumatisme psoriasique
Spondylarthrite ankylosante

Qu’est-ce qu’une biothérapie ? Spécial maladies inflammatoires

Lire l'article
Interview d’expert : tout savoir de l’ergothérapie

Interview d’expert : tout savoir de l’ergothérapie

Lire l'article
Ostéoporose et alimentation : nos conseils

Ostéoporose

Ostéoporose et alimentation : nos conseils

Lire l'article