«
»

Top

Complémentaire santé : de nouvelles règles pour les remboursements

1 avr. 2015 • 13 commentaires

 Complémentaire santé : de nouvelles règles pour les remboursements
En octobre 2012, lors du congrès de la Mutualité de Nice, François Hollande avait annoncé une refonte des complémentaires santé pour que ces contrats «permettent de mieux maîtriser les dépenses et de meilleurs remboursements en optique et dentaires». A partir de ce mercredi, de nouvelles règles entrent en vigueur, avec la fixation de planchers et de plafonds sur les remboursements en optique.

Il incite aussi les assurés à consulter des médecins qui se sont engagés à modérer leurs tarifs.

Au moins 50 euros pour les lunettes. Pour la souscription d’un nouveau contrat de complémentaire santé dit responsable, soit 95% des contrats existants, le décret du 19 novembre 2014 fixe de nouveaux barèmes en fonction du niveau de correction nécessaire. Par ailleurs, pour les assurés, ce remboursement sera limité à un équipement tous les deux ans, sauf pour les enfants dont la vue peut évoluer plus rapidement. Là, les besoins de correction pourront être remboursés tous ans.

Désormais, le remboursement de lunettes à verres simples, c'est-à-dire pour la correction d'un seul défaut d'optique, va être encadré avec un minimum de 50 euros et un maximum de 470 euros. Pour des verres complexes ou progressifs, le minimum de remboursement va être de 200 euros mais l'assuré ne pourra pas toucher plus de 850 euros. Par ailleurs, la prise en charge des montures sera limitée à 150 euros.

Dans le même temps, un observatoire des prix sur les lunettes et sur la prise en charge par les mutuelles va être créé. Celui-ci sera chargé d'analyser les évolutions de prix sur le marché dans un rapport public. En 2013, l'UFC-Qua Choisir avait pointé du doigt les «dérapages tarifaires» des opticiens, avec des marges pouvant atteindre 300%. Et d'affirmer que le budget moyen pour les dépenses de lunettes était le plus élevé d'Europe.

Un remboursement de 125% du tarif de la sécu pour les dépassements d'honoraires. La prise en charge des dépassements d'honoraires des médecins (c'est-à-dire les médecins de secteur II comme les spécialistes) qui n'adhèrent pas au dispositif d'accès aux soins sera limitée à 125% du tarif de la Sécurité sociale. Il passera à 100% à partir de 2017.

Un socle pour un panier de soins. En principe, les mutuelles vont prendre en charge le ticket modérateur (c'est-à-dire ce qui reste à la charge du patient après prise en charge par la Sécurité sociale) pour tous les soins, à l'exception des cures thermales, des médicaments homéopathiques et de ceux remboursés à 15 et 30 %. En outre, tous les assurés bénéficient d'un forfait hospitalier sans limite de durée.

LeParisien.fr

Commentaires

le 12/04/2015

bonjour dominical

pardonne moi de te contredire dame de pique, mais pour moi, la mort est un manque de savoir vivre

le 13/04/2015

Ton opinion sur la mort, empruntée à Pierre Dac, ne contredit en rien mon opinion sur la vie 001dom ! 

quesaquo
le 14/04/2015

Il est d'autant plus difficile d'apprécier la vie, qu'elle s'apparente à un combat de chaque instant contre tout...si on avait moins à se battre, on aurait plus d'énergie pour l'apprécier et se battre contre nos maladies!!!Et là, il faut se battre pour connaitre les subtilités supplémentaires du régime de santé...piou...n'en peux plus!

Vous aimerez aussi

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Notre guide pour un rendez-vous réussi chez le médecin

Lire l'article
Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Lire l'article
Fin de vie assistée : ce que veulent vraiment les patients et leurs proches

Fin de vie assistée : ce que veulent vraiment les patients et leurs proches

Lire l'article
Vie professionnelle et maladie chronique : le vécu et les solutions des membres Carenity

Vie professionnelle et maladie chronique : le vécu et les solutions des membres Carenity

Lire l'article