«
»

Top

Vincent Lambert : le rapporteur du Conseil d’État se prononce contre le maintien en vie

23 juin 2014 • 33 commentaires

Vincent Lambert : le rapporteur du Conseil d’État se prononce contre le maintien en vie

Le rapporteur public du Conseil d’État s’est prononcé ce vendredi 20 juin contre le maintien en vie de Vincent Lambert, tétraplégique en état végétatif chronique depuis six ans.

 

Le Conseil d’État n’a pas tant à décider de la vie ou de la mort de l’ancien infirmier psychiatrique, qu’à se prononcer sur la légalité de la procédure mise en œuvre par l’équipe du Dr Kariger au CHU de Reims. Précisément, Rémi Keller a recommandé l’annulation de la décision du tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, qui s’était prononcé pour le maintien en vie de Vincent Lambert, après que le CHU de Reims, où est hospitalisé le patient, avait décidé d’arrêter l’alimentation et l’hydratation artificielle.

 

« Nous ne proposerons pas de confirmer le jugement du tribunal ; la décision d’interrompre le traitement de Vincent Lambert correspond aux conditions de la loi de 2005 » sur la fin de vie, a-t-il déclaré. Il a notamment rappelé que, d’après une récente expertise médicale demandée par le Conseil d’État en février aux Prs Marie-Germaine Bousser, Jacques Luauté et Lionel Naccache, « Vincent Lambert est en état végétatif totalement inconscient. Le traitement n’a pas d’autre effet que de le maintenir artificiellement emmuré dans son état », a-t-il affirmé. Les experts avaient en effet conclu à la « compatibilité des résultats des explorations cérébrales avec un état végétatif » et « au caractère irréversible des lésions cérébrales », avec un mauvais pronostic clinique.

Déchirements familiaux

 

 
 

Vincent Lambert avait, selon son épouse et un de ses frères, « exprimé à plusieurs reprises son souhait de ne pas être maintenu dans un état de dépendance, si cela devait lui arriver un jour. La voix de Vincent Lambert nous apparaît, ainsi, certes tenue et fragile, mais constitue un élément du dossier que vous ne pouvez pas ignorer », a poursuivi Rémi Keller.

 

Certes, a-t-il noté, les membres de la famille du patient sont en désaccord : les parents, catholiques traditionalistes, ainsi qu’un frère et une sœur se battent pour le maintenir en vie, contre l’avis de l’épouse, du neveu, de 6 autres frères et sœurs et du corps médical, qui refusent l’obstination thérapeutique.

 

« Si vous deviez interdire un arrêt de traitement au seul titre que des membres de la famille s’y opposent, vous leur donneriez un droit de veto que le législateur n’a pas voulu leur apporter », a estimé le rapporteur.

Décision mardi 24 juin

Les 17 membres de l’assemblée du contentieux du Conseil d’État rendront leur décision le 24 juin à 16 heures. Elle sera définitive ; aucun recours ne pourra lui être fait. Ils ont entre les mains, outre la nouvelle expertise médicale, quatre avis portant sur l’application de la loi de Leonetti, issus de l’Académie nationale de médecine, du Comité consultatif national d’éthique, du Conseil national de l’Ordre des médecins, et de Jean Leonetti en personne.

 

« Si vous suivez les requérants, ce sera la première fois de votre histoire, que vous, juges des libertés, prononcerez une décision irrémédiable », a déclaré Maître Claire Le Bret-Desaché, avocate des parents.

 

« Imaginez un instant que cet homme soit votre fils, ce fils qui n’est pas atteint d’une maladie grave (...) qui n’est pas en fin de vie, ce fils qui ne souffre pas, mais ce fils lourdement handicapé, en état de dépendance, dont l’état est stabilisé », a-t-elle affirmé, expliquant que Vincent Lambert « dort, se réveille, ouvre les yeux, sourit, pleure, suit du regard ». Et de lire une lettre de la mère.

 

Le Dr Kariger espère de son côté que la décision que prendra le Conseil soit « suffisamment explicite pour que cela apporte une réponse claire à tous les patients qui sont ou seront dans la même situation ».

LeQuotidiendumédecin.fr

Commentaires

nadine54130
le 23/06/2014

Mais pourquoi les parents de Vincent veulent ils s'affliger encore plus de peine. Leur fils n'est plus qu'un légume, qu'attendent ils dans l'avenir? qu'il se réveille et avec des séquelles irréversibles. On ne comprend pas très bien. Je sais de quoi je parle, ayant perdu mon fils de 34 ans suite à arrêt cardiaque et je dis bien que ça a été très dur, mais je préfère cette issue à celle d'avoir un fils handicapé moteur et mental. Je souhaite bon courage à ces parents atteints dans leur chair.

kikoulo
le 23/06/2014

dans un cas pareil c'est un grand exemple pour" le lacher prise"!!

associé a l'egoisme faussé par un amour possessif

dans les fins de vie les benevoles subgèrent aux proches de dire au patient qui est parfois leur enfant!!

"dites que vous vous etes pres et qu'il est libre de partir"!!!

souvent dans les heures qui suivent le patient part libéré!!

bebeluna
le 23/06/2014

je sais une chose et tous les membres de ma famille savent que je ne voudrais en aucun cas continuer à vivre dans un corps qui ne m'appartient plus!

le 23/06/2014

Il est difficile de faire changer la mentalité de nombreuses personnes, ( pour ne pas dire 90% ): l'ignorance et l'attachement sont, tout simplement , de grandes sources de souffrances.

- Accorder trop de confiance aux médecins

- Dire qu'on aime le malade, en suivant les errements dans les acharnements thérapeutiques, alors c'est contraire à la demande du malade lui-même.

Il faut chercher la meilleure pédagogie pouvant arrêter l'hypocrisie encore dominante, derrière laquelle se cache une certaine lâcheté et immaturité sentimentale.

le 24/06/2014

J'ai eu un frère , qui va très bien a ce jour , qui suite a un accident de la route , a été plus de 15 jours dans le comas , vous me direz , ce n'était qu'une quinzaine de jours et non des années , mais , je ne comprend pas , vous voulez tous mourir , a votre aise , mais cette famille a besoin de soutient , certe , pour le moment ce jeune homme ne peu communiqué , ces sans doute sur que s'il venait a se réveiller ce serait difficile, je sais qu'un cerveau qui reste plus de 4 mn sans oxygène est irrémédiablement endommagé , mais tout cela c'est la maintenant , la médecine , la technologie avance , on peu donner la vue aux aveugles , redonner un membre a un amputé , etc , qui vous prouve que dans quelques années , il ne sera pas possible de poser des éléctrodes dans le cerveau de ces malade leur perméttant ainsi de pouvoir communiquer , via internet ou autre , tout est réparable , ce n'est qu'une question de temps et de savoir , mais si on le débranche maintenant , il va mourir , alors qu'il ne semble pas souffrir , je ne suis pas un fanatique religieux ou autre , je constate ces tout , regardez , comme tout avance vite de nos jours au niveau de la recherche , il faut lui donner une chance , ça fait des années qu'il est comme il est , pourquoi ne pas lui laisser encore quelques années , que je sache , pour le moment , temps qu'il reste branché ,IL N'EST PAS EN FIN DE VIE

Vous aimerez aussi

Déconfinement - Comment vivre avec le coronavirus ?

Déconfinement - Comment vivre avec le coronavirus ?

Lire l'article
En savoir plus sur le Méthotrexate

En savoir plus sur le Méthotrexate

Lire l'article
Coronavirus et VIH

SIDA-VIH

Coronavirus et VIH

Lire l'article
Polyarthrite rhumatoïde & coronavirus

Polyarthrite rhumatoïde

Polyarthrite rhumatoïde & coronavirus

Lire l'article