«
»

Top

Vaccination : le laser à la place des aiguilles

21 déc. 2015

Vaccination : le laser à la place des aiguilles
Des chercheurs français ont mis au point un nouveau procédé de vaccination capable d’être injecté sans aiguille ni adjuvant, mais grâce à un laser. Un espoir pour les plus sensibles.
 
Il en sera peut-être bientôt fini de la galère des piqûres et des polémiques de l’aluminium dans les vaccins. C’est en tout cas ce que laisse espérer une étude menée par des chercheurs de l’Inserm, du CNRS et de l’université d’Aix-Marseille. Ils sont parvenus à vacciner des souris contre le mélanome en leur administrant une préparation vaccinale sans adjuvant, et le tout grâce à des micropores formés dans la peau via un laser. Les résultats de cette étude ont été publiés dans The Journal of Immunology.
 
Court-circuiter le réseau de cellules dendritiques

« Actuellement, un vaccin est injecté avec une aiguille qui traverse le derme et libère la solution vaccinale dans l’hypoderme ou dans le muscle », explique Bernard Malissen, coauteur de ces travaux. Les chercheurs ont développé un vaccin « ciblé » et isolé un antigène présent à la surface de cellules de mélanome. Ils l’ont ensuite couplé à une molécule appelée XCL1 qui se lie spécifiquement à un récepteur présent à la surface des cellules dendritiques du derme (XCR1).
 
« On court-circuite donc le derme et son réseau très dense de cellules XCR1. Ces cellules sont des sentinelles extrêmement performantes du système immunitaire : elles présentent les antigènes aux lymphocytes T immatures en vue de leur différenciation en lymphocytes T effecteurs, capables d’éliminer l’agent pathogène. Nous voulions donc cibler spécifiquement ces cellules dendritiques* du derme afin de stimuler la réponse immunitaire », précise l’auteur. Cette méthode évite ainsi le recours à des adjuvants, classiquement utilisés pour stimuler l'activation du système immunitaire.
Le récepteur XCR1 étant présent d’une espèce à l’autre, et notamment chez l’homme, « le transfert de cette approche devrait relativement simple à mettre en œuvre », estiment les chercheurs. Par ailleurs, le procédé pourrait être « être utilisé pour vacciner contre différents agents infectieux ». 

Commentaires

le 21/12/2015

Approche séduisante mais l'article dit que ce procédé"pourrait être utilisé pour vacciner contre différents agents infectieux" .Alors...plusieurs agents infectieux  en un seul vaccin ou en plusieurs? Si c'est en un seul vaccin, on se retrouve dans le cas des vaccins polyvalents qui malmènent fortement le système immunitaire.

Quel est votre avis?

le 21/12/2015

.

le 21/12/2015

A suivre 

Vous aimerez aussi

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Kinésithérapie, maladies chroniques et douleurs : les réponses d’un expert

Lire l'article
Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Études, publications scientifiques et projets innovants : Carenity s’engage pour les patients

Lire l'article
Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Quelles maladies et quels médicaments sont incompatibles avec l’ibuprofène ?

Lire l'article
Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Une nouvelle pratique pour éviter les erreurs médicamenteuses, même en cas d’hospitalisation

Lire l'article